Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Tout Pour Être Heureux (2016)

23 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Tout Pour Être Heureux (2016)

Tout pour Être Heureux // De Cyril Gelblat. Avec Manu Payet, Audrey Lamy et Aure Atika.


Le cinéma français sur des familles monoparentales vivant dans des 100 m2 en plein Paris, j’ai l’impression que cela s’enchaîne encore et encore. Avec son point de départ, Tout pour Être Heureux n’avait donc pas tout pour être heureux avec moi. Par chance, ce n’est pas aussi raté que le point de départ ne le laissait imaginer. Certes, la vie de ces personnages ne permet pas forcément de se retrouver dans les rôles mais elle cache quelque chose de très différent. Notamment grâce à Manu Payet (Situation compliquée). Ce dernier, que j’aime beaucoup, a tendance a choisir des rôles un peu médiocres ces dernières années alors je suis content de voir qu’ils s’est trouvé ici un rôle à la hauteur de son talent comme il se doit. En nous proposant une jolie composition, Tout pour Être Heureux parvient donc à faire quelque chose de différent de ce que j’avais imaginé au départ, même par rapport à lui. Certes, Tout pour Être Heureux repose énormément sur lui, plus que sur Aure Atika ou encore Audrey Lamy. Cette dernière est d’ailleurs transparente et ses apparitions sont moins d’être enchanteresses. Avec ce film, on retrouve certes des tas de clichés du genre mais aussi une vraie envie de raconter quelque chose à mi chemin entre la comédie romantique inversée, sur le monde de la musique folk et sur ce Paris bobo souvent très mal représenté.

Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.
Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.
Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».
Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

Car oui, Tout pour Être Heureux c’est des bobos qui vivent dans des 100m2, qui font de la musique et qui sortent comme des gens branchés mais Tout pour Être Heureux évite les clichés et donc de nous faire la carte postale parisienne des soirées gratinées. On se retrouve alors assez souvent au milieu d’une comédie dramatique familiale. Certaines scènes sont délicates, touchantes et l’esprit parfois un poil déluré permet de passer un agréable moment, bien loin de ce que j’avais imaginé au départ là aussi. Certaines situations en font des tonnes (notamment dans le supermarché avec le rayon bio) et c’est quelque chose qui va malheureusement tirer Tout pour Être Heureux vers le bas. C’est plus au travers de cette histoire d’un père, trop occupé par sa carrière, qui redécouvre ses filles et le fait qu’il avait déjà tout ce qu’il fallait pour être heureux avant que cela ne patauge pour lui, que Tout pour Être Heureux fonctionne. On sait comment cela va se terminer et pourtant, cela reste assez bon car la façon dont le film nous embarque dans un mélange aussi étrange qu’intéressant, entre blagues grasses, émotions un poil tirées, mais une histoire plutôt bien brodée entre tout cela qui évolue de façon fluide.

La chose à laquelle je ne m’attendais cependant pas c’est l’évolution de la dernière demi-heure du film. Tout pour Être Heureux joue aussi sur certains caractères sociaux qui ne sont pas non plus très bien développés, ce qui ne permet pas forcément de créer une réflexion mais Tout pour Être Heureux parle de quelque chose d’intéressant : notamment sur la vie de couple qui vieillie, sur la relation que l’on peut avoir avec les sites de rencontres après avoir construit une famille, tenter d’élever ses enfants tout en leur faisant comprendre que papa et maman ne sont plus ensemble alors qu’ils ne comprennent pas tout. Finalement, Tout pour Être Heureux laisse un arrière goût doux-amer assez sympathique qui change de ce que j’avais imaginé au départ. Ce n’est pas plus mal même si je dois avouer que je n’en attendais rien du tout.

Note : 6.5/10. En bref, une comédie dramatique sur le remariage sur fond de milieu musical folk parisien, pas trop mal.

Commenter cet article