Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : 11.22.63. Mini-series. Episodes 7 et 8.

7 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #11 22 63

Critiques Séries : 11.22.63. Mini-series. Episodes 7 et 8.

11.22.63 // Saison 1. Episodes 7 et 8. Soldier Boy / The Day in Question.
SERIES FINALE


En voilà une mini-série bien réussie. Elle a connue ses problèmes mais dans un sens, c’est assez réussi dans son ensemble. L’avant dernier épisode a son lot de surprises qui permettent bien évidemment de nous mettre dans l’ambiance. Il y a pas mal de moments étonnants dans « Soldier Boy » qui sont pourtant plus ou moins ensevelis sous des trucs un peu moins efficaces. Pourtant, cet avant dernier épisode est aussi assez frustrant. Ce qui le rend frustrant ce sont tous ces moments qui ne s’assemblent pas forcément de la façon dont ils devraient. Cela fonctionne d’un point de vue intellectuel mais il y a quelque chose qui ne fonctionne pas toujours non plus. La structure de l’épisode est pourtant bonne mais c’est comme ça tout au long de l’épisode finalement et cela a déjà été le cas tout au long de la saison. L’une des réussites de 11.22.63 a toujours été de prendre son temps et de se concentrer sur certains défauts, d’une certaine façon qui a toujours permis au casting de la série de montrer le meilleur de lui-même. Jake sort enfin de sa convalescence dans cet épisode alors qu’il navigue toujours être le passé et le présent dans une séquence hallucinatoire assez efficace dans son ensemble.

Rapidement, on comprend aussi comment Jake s’est transformé et tout ce que cela peut bien impliquer. Les flashs que Jake a tout au long de l’épisode permettent de mieux cerner 11.22.63 et surtout de voir dans quelle sens la série doit se diriger. Cela ne veut pas pour autant dire que c’est brillant, mais bien au contraire, que la série tente quelque chose (sans que cela ne soit pour autant totalement réussi). La mécanique de l’épisode ne sort pas nécessairement du lot pour autant alors que l’utilisation des flashs aurait pu justement être une façon originale de remettre le héros dans le bain de son problème. Ensuite, l’histoire de Lee n’a pas forcément le même intérêt ou en tout cas n’a pas la même implication que celle de Jake. Peut-être aussi car Jake est plus important que les autres. Sadie de son côté sait que quelque chose va se passer mais elle le sait pas quoi. C’est peut-être l’un des éléments les plus intéressants dans la seconde partie de l’épisode quand elle confronte Jake sur ce sujet. Mais voilà, « Soldier Boy » est loin de montrer le meilleur de chacun des personnages alors que la série n’a pas encore tout raconté (ou en tout cas elle ne semble pas avoir tout raconté) et s’approche de plus en plus rapidement de la date fatidique.

Quand on connaît l’issue de 11.22.63 (et donc quand on a lu le livre de Stephen King), on ne regarde pas forcément 11.22.63 de la meilleure façon. Pour autant, je trouve que narrativement parlant, la série a plutôt bien reproduit à la fois les qualités et les défauts du livre. Narrativement parlant, le livre s’est par moment égaré avant de se reprendre sur la fin et de nous balancer dans quelque chose d’assez efficace, sans temps mort. C’est ce qui arrive alors à « The Day in Question ». En voilà un épisode que j’attendais, celui du dénouement d’une histoire fascinante sur fond de thriller conspirationniste. Pourtant, ce n’est pas totalement comme ça que la série fonctionne non plus étant donné qu’elle a énormément mis l’accent sur les sentiments de chacun. Si Stephen King n’est pas le meilleur pour terminer ses bonnes histoires, ici la fin est pile poil celle qu’il fallait pour une adaptation. Toute l’histoire de Kennedy était finalement passionnante et est avant tout là pour parler d’une sorte de réflexion. C’est en tout cas un exemple parfait de ces scénaristes qui sont capables de construire du suspense autour de tout un tas de choses de façon aussi attendues qu’inattendues. Les 15 premières minutes de l’épisode sont par exemple parfaites pour nous mettre dans le bain de ce qui nous attend.

Plus encore, peu de temps est finalement consacré à la tentative d’Oswald ou encore Jake et Sadie dans leur tentative eux aussi. Voilà quelque chose d’intéressant dans le sens où ce dernier épisode préfère se donner du temps sur tout un tas d’autres choses, tout aussi intéressantes. Sadie n’est cependant pas la seule personne pour qui Jake a de l’affection, de la vraie. Le retour de Leon Rippy n’est pas si réussi que ça mais dans un épisode comme celui-ci, cela a tout de même du sens. Il est parfait dans le Harry des deux univers mine de rien. Je me demande cependant comment 11.22.63 va bien pouvoir vieillir. Certes, c’est une très jolie petite série et elle fonctionne plutôt bien mais j’ai peur que dans quelques années on re-regarde cette mini-série comme quelque chose de dépassé par l’ambition de son récit. Car il y a tout de même eu des épisodes sacrément déplaisants aussi, ou en tout cas ennuyeux. Au départ, on vient pour une histoire de voyage dans le temps afin d’arrêter l’assassinat de JFK. Puis finalement 11.22.63 s’est mutée en quelque chose de complètement différent, une série centrée sur une romance et les relations entre les personnages plus que sur tout le reste. La réflexion proposée est donc celle de la personnalité et de la dramaturgie. En somme, un choix assez judicieux. En tout cas, la seconde partie de cet épisode brille par l’émotion qu’elle fait subsister jusqu’à la magnifique scène finale.

Note : 6/10 et 8/10. En bref, une mini-série s’achevant de façon assez sympathique.

Commenter cet article