Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 10.

6 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Crime Story

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 10.

American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson // Saison 1. Episode 10. The Verdict.
SEASON FINALE


Bon, American Crime Story ne pouvait pas baser son dernier épisode uniquement sur le résultat puisque l’on sait pertinemment ce qui s’est passé quand on connaît un minimum l’histoire d’O.J Simpson et le fait qu’il a été acquitté. Perdre ce procès, pour la défense, a été un vrai coup de massue. Des choses ont beaucoup changées, ne serait-ce que pour la façon dont le personnage de Sarah Paulson a été traité tout au long de cette saison. Cette dernière aura été brillante du début à la fin et je ne serais pas surpris qu’elle remporte l’Emmy Award de la meilleure actrice dans un second rôle dans une mini-série ou un téléfilm. Marsha aura donc été au top, jusqu’à son discours devant la presse. Il y a quelque chose de magique dans cette scène qui fait tout de suite son effet et surtout fonctionner la mécanique comme il se doit car ce dernier épisode est avant tout un épisode d’émotions. Tout de même, ce procès a connu tellement de sales rebondissements (la rébellion des jurés afro-américains face aux blancs par exemple), que forcément on ne pouvait pas attendre un verdict positif pour Marsha et son équipe. Pour autant, cette saison (et l’on s’en rend compte encore plus dans « The Verdict » n’a jamais été la saison d’O.J. Simpson mais plutôt de la perception extérieur de celui-ci au travers de son procès.

Cuba Gooding Jr a eu l’occasion de briller, à sa façon, dans le second épisode quand O.J. décide de s’enfuir dans sa Bronco blanche avec son chauffeur. Mais d’un autre côté, l’acteur a été parfait, dans son mutisme (et aussi dans ses quelques lignes de dialogue tout au long de la saison). Car il a toujours su capturer le besoin d’O.J. de parler de ce qu’il ressent, de ce qu’il pense. La série nous offre aussi quelque chose d’intéressant par rapport à l’Histoire avec un grand H. Quand Bill Clinton fait ce discours au sujet de l’égalité, la série remet au centre de son histoire quelque chose qui a beaucoup fait avancer les mentalités aux Etats-Unis. Et toutes ces petites choses ont permis de créer une vraie réflexion qui m’a beaucoup plu (alors que je ne m’y attendais pas du tout au premier abord). La série continue de parler de célébrité, du problème de la ségrégation qui au fond fait encore acte de présence dans la mentalité américaine (et la façon dont la couleur de peau est vue comme quelque chose). Tout au long, la première partie de l’épisode se déroule autour du procès et de son dénouement. On ne passe pas trop de temps sur le plaidoyer (même si le temps consacré est suffisant), ou encore sur le débat des jurés (réglé en quelques coups de cuillère à pot alors qu’il aurait été possible d’en faire tout un épisode aussi je suis sûr).

Mais American Crime Story parvient donc à faire quelque chose d’intelligent autour d’O.J. et de son procès, grâce à de vraies réflexions. Tout en capturant aussi le mystère qui reste encore entier aujourd’hui. Finalement, American Crime Story est aussi l’occasion pour la série d’explorer la place de Robert Kardashian et la façon dont ce dernier vit le dénouement de ce procès. Il ne va pas vraiment le vivre comme tout le monde et encore moins comme une victoire. Pour lui, la justice a laissé un meurtrier en liberté. Le portfolio à la fin qui permet de voir ce que tout le monde est devenu m’a là aussi plu, ne serait-ce que de sa petite célébrité autour de ce procès, Kris Jenner s’est créée un empire de milliardaire à la mort de son mari.

Note : 10/10. En bref, parfaite conclusion à une série sans faute.

Commenter cet article