Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 4. Episodes 5 et 6.

20 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Bates Motel

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 4. Episodes 5 et 6.

Bates Motel // Saison 4. Episodes 5 et 6. Refraction / The Vault.


Dans « REfraction », le psychiatre de Norman va pouvoir analyser le problème de schizophrénie qu’il y a chez notre héros. La scène est impressionnante, en grande partie pour la façon dont Freddie Highmore l’interprète. Cet épisode était aussi l’occasion pour nos personnages préférés de respirer un peu, ce qui a aussi permis plus ou moins de se concentrer sur les personnages, leur développement et l’étude de l’évolution de leur personnalité. Cela fait un bout de temps que la famille Bates n’avait pas vraiment eu de moment de prendre son temps et comprendre le monde qui l’entoure. Cet épisode est l’un des plus silencieux de la saison, voire même depuis un bout de temps. Mais cela se fait de façon intelligente et chacun a donc une chance d’effectuer une vraie transition. Norman voulait mentir, surtout pour se protéger lui mais aussi sa mère. Je ne suis pas convaincu que Norma n’avait vraiment pas présente le jour d’avant et que Edwards n’a pas monté tout cela en épingle dans le but d’avoir les réponses qu’il voulait mais en guise de psy, Edwards est le meilleur. En tout cas, le meilleur que Bates Motel nous ait introduit jusqu’à présent. Ce qui est intéressant avec Norman dans cet épisode c’est qu’il tente à la fois d’être lui et donc le petit garçon honnête tout en servant la soupe au psy, en somme ce qu’il veut entendre pour pouvoir sortir de l’hôpital.

Il a envie d’aller mieux, il veut dire la vérité mais son besoin désespérer de voir sa mère à ses côté fait que son honnête a un barrage à passer à un moment donné. Norman sait qu’il est contrôlé par son désir d’être libre, d’être avec Norma. Mais son alter ego le sait aussi. Quand Norma/n dit à Edwards que Norman est un petit garçon très confus, au fond c’est la vérité qui revient au galop à cause de ce vilain alter ego. C’est une confession honnête dans un sens. Accessoirement, nous avons l’histoire d’Emma Decody qui continue d’évoluer, avec Dylan dans les parages bien évidemment. Si je ne suis pas convaincu que Dylan et Emma forment le meilleur des duos qu’il soit, la perspective d’un départ anime un peu Bates Motel et pourrait donner une vraie place à Norman pour devenir le cinglé de Psychose qu’il est sensé devenir. Emma reste cependant une présence mignonne et touchante dont Bates Motel a besoin. La série en fait bon usage pour le moment et l’on espère que la suite sera d’aussi bonne augure même si au fond la série n’a plus besoin d’Emma, ni même de Dylan dans une certaine mesure. Enfin, il y a Romero. Ce dernier s’est vraiment sacrifié cette année. Sa nouvelle vie est compliquée et cela ne va probablement pas aller en s’arrangeant. La scène entre lui et Norma au piano était vraiment mignonne. Romero n’a semble t-il d’yeux que pour Norma, bonne nouvelle pour elle.

« The Vault » permet d’ailleurs de poursuivre le fait que Romero est plus ou moins le sauveur de Norma, celui qui l’a sorti de l’eau. Il l’accepte pour ce qu’elle est. Elle n’a donc pas besoin de se cacher et c’est un vrai soulagement pour elle. Il l’accepte également pour celle qu’elle était auparavant, ce qui est tout simplement magique. Combien de chances nous avons de tomber sur une telle âme soeur dans nos vies ? Je pense qu’elles sont très maigres. Romero et Norma forment en tout cas un joli petit couple que j’aime beaucoup. Mais le passé continue de venir frapper à la prote de Norma. Romero est quelqu’un de bon, quelqu’un qui a du coeur et qui sait s’en servir pour le donner à ceux qu’il aime. En l’occurence ici à Norma. Il est donc quelqu’un capable de savoir le grand secret de Norma sans avoir envie de prendre la fuite. Sa confession pleine de tendresse et d’émotion, à la fois tragique et pitoyable, est quelque chose de difficile peut-être car Norma n’est pas la femme la plus honnête qu’il soit. Avec Romero elle peut être honnête et elle ne cherche pas à tromper qui que ce soit. Vera Farmiga continue donc de briller sous les traits de cette femme folle et forte.

Je me demande vraiment dans quelle direction compte se conclure cette saison mais cela ne peut pas bien se terminer pour beaucoup de personnages et surtout beaucoup de raisons. On se rapproche de plus en plus du coup fatal et je suppose qu’une galerie de personnages doivent laisser leur vie sur le palier avant que Bates Motel ne puisse réellement entrer dans le vif du sujet. Mais si Bates Motel se séparer de personnages intéressants, ce serait aussi plus ou moins la fin de la série. Bates Motel ne peut pas se concentrer sur Norman qui tue des clients de son hôtel. Ce serait répétitif et surtout une mauvaise copie de l’histoire de Psychose que l’on connaît. Du coup, Bates Motel doit encore trouver de nouvelles façons de mettre en scène ses personnages jusqu’au dénouement qui arrivera forcément dans les années à venir. Les problèmes avec le passé permettent aux personnages de prendre conscience de tout un tas de choses et surtout de passer à l’acte. Cet épisode fait en tout cas bon usage de tout cela et j’ai vraiment hâte d’en voir encore plus.

Note : 7/10. En bref, deux jolis épisodes.

Commenter cet article

robi 22/04/2016 21:58

Et j'oubliais de te remercier pour tes critiques, que je trouve souvent justes et bien détaillées dans le ressenti. Continu comme ça c'est top !

robi 22/04/2016 21:54

Une série toujours aussi captivante, avec une ambiance si particulière que j'adore !

La fin de l'épisode 6 est touchante, Vera Farmiga au top !