Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Broad City. Saison 3. BILAN.

30 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Broad City

Critiques Séries : Broad City. Saison 3. BILAN.

Broad City // Saison 3. 10 épisodes.
BILAN


Alors que Comedy Central a pris soin de renouveler son bébé jusqu’à la saison 5 (oui, deux saisons de plus sont prévues après celle-ci), Broad City a continué d’être l’une de mes comédies préférées cette année. Cette comédie aime la connerie et continue de l’assumer tout en restant très proche de ses deux héroïnes dont la relation est vraiment le point fort de cette série. Dès que le premier épisode de la saison 3 a commencé, la série m’a donné l’impression d’être toujours plus surréaliste mais c’est aussi ce qui a toujours fait l’intérêt et le succès de cette série. L’ouverture de la saison est déjà un symbole en soi de ce que la série délivre certainement l’une des meilleures séquences de son histoire. Le montage en split-screen était en plus d’être assez osé, plus que réussi. On suit alors l’histoire de nos personnages au travers de plusieurs mois de leurs vies. Tout cela se déroulant bien entendu dans la salle de bain d’Abbi et Ilana. Cela sert d’excellent moyen de nous souvenir de ce que chacun des personnages de la série incarne et de ce que cela veut dire aussi sur ce qu’ils ont en commun. Il y a des tas de trucs dans cette séquence qui rend presque un hommage à la folie de cette série et sa capacité encore une fois à se renouveler. Car Broad City se renouvelle aussi bien dans ce qu’elle raconte, que dans la façon dont elle met en scène les choses.

Le montage passe donc au travers de séquences aussi touchantes que cocasses, voire même dégueulasses pour certaines mais bon, Broad City ne change pas. Elle a toujours été capable de tout et elle continu eue l’être. En suivant la formule gagnante, la série nous réintroduit donc à l’histoire d’Abbi et Ilana. Mais si cette séquence est forte, le reste de l’épisode est aussi très réussi. J’ai bien aimé l’histoire de la galerie par exemple, et tout ce que Maxanne est sensée apporter dans cet ensemble. Broad City est une comédie qui excelle dans sa façon de créer des petits moments de folie exagérée tout cela dans une histoire qui reste pourtant assez classique. Comme dans le premier épisode de la saison quand Abbi et Ilana ont une discussion afin de savoir quel personnage de Sex & the City elles sont. Mais jusqu’au bout de la saison la série use de ce qu’elle sait faire. Même dans le dernier épisode, empilant les guests comme un Jenga sans jamais le faire tomber. Car ce n’était pas facile de tout condenser dans un avion et de tenter de créer des situations comiques à la fois originales et fortes. Par chance, la série sait s’y prendre et parvient à nous surprendre. Car encore une fois, elle excelle à créer des petits moments de comédie dans un ensemble. L’ensemble dans le dernier épisode c’est l’avion, ensuite nous suivons des tas de petites séquences au sein de ce décor.

Et elles sont toutes originales même si par moment Broad City reprend des trucs que l’on a déjà vu dans d’autres comédies. En s’inspirant ailleurs, Broad City trouve presque une façon de renouveler la comédie à sa façon. On ne compte d’ailleurs plus les comédies qui semblent s’être inspirées de celle-ci. Idiositter semble en faire partie (et Comedy Central a d’ailleurs misé sur cette dernière, renouvelée pour une saison 2). Abbi et Ilana sont des femmes vraiment originales et elles sont tellement bien incarnées que l’on n’a qu’une seule envie quand un épisode se terminer : enchaîner avec le suivant. Ce genre de comédies n’est pas forcément rare mais s’y attacher n’est vraiment pas ce qu’il y a de plus facile. Il y a toujours un truc qui vient nous lécher les yeux et les oreilles. Notamment quand dans « Co-Op » les deux femmes passent la plupart du temps de l’épisode séparées et que Abbi finit par imaginer Ilana. La façon dont l’amitié de ces deux femmes est dépeinte change de ce que l’on a pour habitude de voir mine de rien et c’est aussi peut-être pour cela que j’apprécie le résultat. Car l’amitié d’Abbi et Ilana a son intérêt. Voir Abbi dans la peau d’ilona, c’est une recette parfaite pour un épisode à succès.

Mais la plupart du temps, les blagues dans Broad City fonctionnent sur plusieurs étages et pas seulement un seul. Ce ne sont pas que des répliques drôles, ou bien des commentaires ciblés. Il y a des détails dans la comédie qu’est Broad City qui font aussi les personnages aujourd’hui. Les blagues dans Broad City développent donc la profondeur du monde de la série et des personnages qui vivent dedans. Je pense d’ailleurs que « Burning Bridges » est l’un des épisodes les plus intéressants que j’ai pu voir dans tout Broad City. Il y a quelque chose de très touchant ici qui change complètement de ce que l’on a pour habitude de voir dans cette série. Le changement est en tout cas le bienvenu. Mais l’émotion ne se fait pas sans garder ce qui fait le succès et l’intérêt de Broad City. La série continue d’être étrange à sa façon et donc originale. Elle n’oublie pas de rester une comédie même si le but de cet épisode par exemple est plutôt de nous émouvoir. Et je pense que la série a besoin de faire des trucs de ce genre là. Finalement, Broad City a réussi à garder au coeur de son histoire ce qui fait le succès de celle-ci : l’amitié entre Abbi et Ilana. Cette amitié ne semble pas pouvoir se briser et c’est tant mieux.

L’amitié entre deux femmes n’est pas si fréquent que ça en télévision (même si depuis Broad City, on a l’impression que cela se fait de plus en plus : la dernière en date restant Witless chez nos amis britanniques). Mais cette amitié est vraiment spéciale car elle n’est pas basée sur des conflits. Au contraire, les deux femmes sont plus complices que jamais. Abbi et Ilana sont pourtant deux femmes très différentes qui ne sont pas toujours sur la même longueur d’ondes mais elles ne sont jamais en compétition l’une avec l’autre. Pourtant, cette année la série a introduit un conflit intéressant, celui des mensonges d’Abbi au sujet de sa relation avec Trey. Jusqu’à ce que Ilana découvre le pot aux roses au plus mauvais moment de son existence. Finalement, avec une saison aussi complète et réussie, Broad City brille et délivre quelque chose de vraiment neuf à sa façon. On a envie d’en voir plus et d’être surpris, une fois la saison terminée on est comblés mais l’on a toujours envie d’en voir encore plus.

Note : 8/10. En bref, Broad City est l’une des meilleures comédies actuellement diffusées et elle continue de nous le prouver.

Commenter cet article