Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago Med. Saison 1. Episode 14, Chicago Fire. Saison 4. Episode 19

22 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Chicago Med, #Crit. Sér. : Chicago Fire

Critiques Séries : Chicago Med. Saison 1. Episode 14, Chicago Fire. Saison 4. Episode 19

Chicago Med // Saison 1. Episode 14. Hearts.
Chicago Fire // Saison 4. Episode 19. I Will Be Walking.


Il y a des moments où il faut forcément prendre des décisions et ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile. Quoi qu’il en soit, le Dr. Charles est quelqu’un de très occupé. Je me demande s’il y a quelqu’un de plus occupé que lui dans « Hearts ». Heureusement pour lui que Sarah a été capable de diagnostiquer elle-même. Je ne pense pas qu’il avait plus de temps que ça dans son emploi du temps pour l’aider là dessus. C’est une bonne chose que le personnage se retrouve dans une sorte d’enchainement d’intrigues. J’adore quand les personnages sont mis dans des situations de tension où ils n’ont pas le temps de respirer. La série n’oublie pas non plus de mettre en scène des cas de la semaine efficaces et d’utiliser intelligemment les personnages. Chicago Med a beau ressembler à une série un peu simpliste par moment et même un peu trop pleine de bons sentiments, ce que j’apprécie c’est qu’elle tente d’être une série médicale un poil différente. Les relations entre les personnages continuent de prendre forme petit à petit et de délivrer quelque chose d’un poil plus intéressant que l’on ne pourrait l’imaginer au premier abord. Cela ne veut pas pour autant dire que « Hearts » était le meilleur épisode de Chicago Med. Bien au contraire, ce que j’ai apprécié dans cet épisode ce sont les éléments les plus personnels autour des personnages alors que les cas sont uniquement là pour tenter de faire passer le temps.

Il y a d’autres changements comme Jeff Hephner de Chicago Fire qui devient étudiant médical pour la saison 2 de Chicago Med. Alors que l’on se rapproche petit à petit de la fin de la saison (il y aura 18 épisodes en tout), la série tente de croiser les liens de façon assez intelligente et à sa façon. En tout cas, j’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire se développe avec un brin d’émotions sans pour autant en faire des tonnes non plus. « I Will be Walking » de Chicago Fire était totalement différent mais pas sur le registre des bons sentiments. Encore une fois Casey vient en aide à quelqu’un. En effet, Victor, un jeune garçon déterminé, est retrouvé attaché sous un pont. La caserne est donc là pour le descendre de là et l’aider. Grâce à Casey, à la caserne et même aux flics, ils vont parvenir à créer l’une des scènes les plus touchantes de cette saison à la fin de l’épisode. J’ai adoré ce moment qui vient montrer la solidarité qu’il y a derrière. Le ton employé est vraiment intéressant et même s’il y a une chemin sinueux entre courage et stupidité, personne ne devrait se sentir apeuré de marcher dans la rue, de sortir de chez soi. Tout ce que voulait faire Victor c’est aller à l’école sur ses deux jambes et il n’allait pas changer. Si Casey a compris et respecté la décision de Victor, il n’aurait pas été capable de vivre sereinement s’il lui était arrivé quelque chose.

C’est pourquoi cette scène finale était parfaite pour conclure cette belle histoire touchante. Casey fait toujours les bons choix et cet épisode vient nous le rappeler de façon assez intelligente. En tout cas, il y a toujours des trucs qui m’embêtent là dedans et c’est l’histoire du Détective Holloway et Severide. Je n’arrive vraiment pas à me faire à ces romances à deux francs six sous. C’est très loin d’être passionnant malheureusement. Certes, on ne peut pas virer Severide car je l’aime bien aussi mais je préférerais que la série le laisse un peu de côté ou alors qu’elle nous offre une intrigue autre qu’une romance. Je n’en peux plus, au bout d’un moment j’ai l’impression que Chicago Fire va créer des romances uniquement avec ce personnage. C’est faire un raccourci et pourtant, ce n’est pas si différent de ce qui se passe réellement. Finalement, s’il y a des trucs que Chicago Fire tente de faire et semble maîtriser, ce sont les trucs ridicules comme le côté du Bar Olympics. C’est drôle bien que cela soit un poil crétin à mon goût. Du coup, il y a des tas de trucs sympathiques au travers de ces deux épisodes, sans pour autant que cela ne soit exceptionnel. De toute façon, Chicago Med et Chicago Fire ne sont pas des séries exceptionnelles et elles démontrent à de rares occasions ici pourquoi je les regarde encore.

Note : 5/10. En bref, deux épisodes très différents à sa façon.

Commenter cet article