Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Crazy Ex-Girlfriend. Saison 1. Episode 11.

12 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crazy Ex Girlfriend

Critiques Séries : Crazy Ex-Girlfriend. Saison 1. Episode 11.

Crazy Ex-Girlfriend // Saison 1. Episode 11. That Text Was Not Meant for Josh!.


Parfois, Crazy Ex-Girlfriend est une série plus dramatique que comique. Je dirais même que la plupart du temps elle est dramatique, peut-être car son héroïne est une femme dramatique qui a une vie dramatique et misérable. Elle est amoureuse de Josh, elle n’a pas pu l’assumer il y a de ça deux épisodes. Et elle en vient dans cet épisode à dire quelque chose qu’elle n’aurait peut-être pas dû laisser échapper. C’est aussi là que « You Ruined Everything, You Stupide Bitch » est un titre parfait qui aurait clairement dû conclure l’épisode. Déjà que l’épisode est à mon humble avis parfait, je le trouve encore plus parfait avec des chansons de ce genre là. Mais cet épisode a aussi de beaux moments, comme quand tout va de mal en pis dans la vie de notre héroïne. Même le face à face avec Greg à la fin de l’épisode était riche en émotions. C’était un moment qui incarne parfaitement le problème de Rebecca et le fait qu’elle ne peut pas aller de l’avant. Elle est égoïste et n’arrive même pas à le reconnaître. Tout ce qu’elle fait, elle ne le fait pas en pensant aux autres mais uniquement à elle. Crazy Ex-Girlfriend démontre aussi avec cet épisode pourquoi c’est l’une des meilleures séries actuellement diffusées.

L’épisode est bourré de belles choses, mais la clé du succès de cet épisode c’est la musique qui colle plus que jamais à l’univers de l’épisode et à ce que Crazy Ex-Girlfriend cherche à nous raconter. Cela ne veut pas dire que le reste ne fonctionne pas. Au contraire, l’épisode permet à chacun des membres du casting de démontrer qu’ils sont importants dans la narration et aussi que la série a besoin d’eux. Je crois aussi que la force de Crazy Ex-Girlfriend c’est sa façon d’explorer quelque chose de terrible dont peu de gens parlent : être malade mental. Non pas dans un sens péjoratif, mais dans un sens réaliste. Car une maladie mentale cela existe et pour le coup, Rebecca en a une. Une grave, et la faire disparaître ne va pas être facile. Elle est amoureuse de Josh certes mais elle en est suffisamment dingue pour en devenir complètement frappée. Pour en revenir à la chanson que j’ai cité plus haut et qui est pour moi la plus belle chanson de la série jusqu’à maintenant, c’est un symbole, une sorte d’hymne à la connerie de Rebecca. Elle se parle à elle-même, du fait qu’elle a fait une grosse bêtise en disant tout cela à Josh, en étant une fille qui n’arrive pas à être normale. Elle a besoin de ruiner sa vie afin de mieux comprendre ce dont elle est victime.

Rebecca ne peut plus mentir, elle ne peut plus aller plus loin dans ses mensonges à répétition et je pense que c’est ce que cherche aussi à dire cet épisode. Dès le départ, l’épisode veut justement nous prouver que Rebecca ne peut pas changer, qu’elle est quelqu’un qui est épris de ses mensonges et qu’elle ne peut pas en sortir. Finalement, je crois que cet épisode équilibre les éléments les plus dramatiques avec le cynisme évident de la série. C’est peut-être même ce qu’il y a de plus beau là dedans. Rachel Bloom et Alice Brosh McKenna, les co-créatrices de Crazy Ex-Girlfriend, ont fait ici quelque chose de brillant qui ne ressemble à rien de ce que l’on a pu voir à la télévision en parallèle, quelque chose de sombre et de drôle à la fois. Honnêtement, c’est tellement original, travaillé et réussi que Crazy Ex-Girlfriend reste pour moi l’une des énigmes de cette saison, un peu comme Jane the Virgin a pu l’être l’an dernier. The CW a une manie de trouver des séries brillantes en nous les proposant comme ça, sans parvenir à savoir ce à quoi il faut s’attendre. Alors que Jane the Virgin respirait la pire série l’an dernier, elle s’est révélée être la meilleure nouveauté. Crazy Ex-Girlfriend réitère cet exploit.

Note : 10/10. En bref, parfait.

Commenter cet article