Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Criminal Minds : Beyond Borders. Saison 1. Episodes 2 et 3.

24 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Criminal Minds Beyond Borders

Critiques Séries : Criminal Minds : Beyond Borders. Saison 1. Episodes 2 et 3.

Criminal Minds : Beyond Borders // Saison 1. Episodes 2 et 3. Harvested / Denial.


L’ambition de Criminal Minds : Beyond Borders est de nous plonger aux quatre coins du monde afin d’aller sauver des américains. Dans un sens, cette série fait l’erreur de débutant qu’avait fait Covert Affairs lors de sa première saison : des tas de fonds verts afin de nous faire croire que l’on est dans le dit pays alors que l’on est dans un studio à Hollywood. Criminal Minds : Beyond Borders a des moyens mais elle ne parvient pas à les utiliser de façon judicieuse. J’aurais largement préféré que la série aille dans les pays (quitte même à tourner au Maroc quand il faut faire croire que l’on est en Irak ou je ne sais pas où). Cela aurait à mon sens était un peu plus intelligent. L’accent mis sur les décors de cette série n’est pas forcément brillant dans le sens où dès que nos héros sont dans la rue, on a l’impression de voir toujours et encore la même rue, le même décor, qui n’a même pas été bougé pour apporter un petit plus. « Harvested » nous plonge à Mumbai en Inde. C’est un pays parfait pour le dépaysement et dans un sens, Criminal Minds : Beyond Borders pourrait jouer ce rôle de carte postale que l’on ne peut qu’apprécier avec des séries de ce genre là, surtout quand le scénario ne suit pas vraiment derrière.

Dans cette version internationale d’Esprits Criminels, Beyond Borders a au moins le mérite de vouloir raconter quelque chose d’autre que ce que Esprits Criminels fait mais la formule est la même alors bon, la surprise vient surtout de la situation internationale des choses. Un américain se retrouve sans un rein et son ami a disparu alors qu’ils sont tous les deux partis pour un voyage à Mumbai. Le résultat de cette histoire est que le vilain chirurgien pourrait être beaucoup plus qu’un vendeur d’organes sur le marché noir. C’est là que l’’affaire commence à devenir un poil plus palpitante. Ecrit par une jeune scénariste qui avait auparavant travaillé sur Grey’s Anatomy, « Harvested » tente alors de nous offrir quelque chose d’un poil plus sympathique que je n’aurais pu penser. Surtout par rapport au premier abord qui était sacrément ridicule. Ce n’est pas forcément brillant pour autant, mais ça a le mérite de rester entrainant et efficace du début à la fin malgré des décors qui font vraiment peine à voir. Ce n’est pas comme si CBS n’avait pas les moyens d’aller réellement en Inde tourner un ou deux épisodes de leur série. Coté mise en scène, Rob Bailey fait ce qu’il a déjà fait auparavant dans Les Experts : Cyber ou même Les Experts : Manhattan. Rien de bien transcendant en somme. Cette ambiance de série un peu vieillotte ne l’est qu’à côté de la mise en scène.

Avec « Denial », nous restons dans les pays exotique alors que nous sommes en Egypte au Caire. C’est encore un parfait pays pour une histoire sordide dirons nous. Je me demande d’ailleurs si Criminal Minds : Beyond Borders va tenter un épisode façon Hostel en Europe de l’Est. Ce pourrait être pas mal, non ? Quoi qu’il en soit, dans ce nouvel épisode un ancien officier américain est tué dans une attaque au gaz toxique et son ami… a disparu. J’ai l’impression que dans les affaires de Criminal Minds : Beyond Borders, il y a toujours un mort et un ami du mort qui a disparu. La formule ne change vraiment pas. Rod Holcomb (Numb3rs, Chicago Fire) ne cherche pas forcement à faire grand chose d’un point de vue de la mise en scène de cet épisode mais il a le mérite d’être un moins conventionnel que celui des deux premiers épisodes. Même Adam Glass (The Cleaner, Supernatural) apporte un truc dans son récit qui sort un peu des sentiers battus. Mais l’échec reste plus ou moins total. Le problème c’est que cette série est vraiment aux antipodes de ce que j’avais imaginé. Disons que la xénophobie est présente encore une fois. Peut-être un peu moins que pour le pilote mais c’est l’un des trucs les plus problématiques de Criminal Minds : Beyond Borders.

Cette série ne connait pas les pays dans lesquels elle va alors d’un point de vue culturel, elle est complètement idiote. Il n’y a rien de bien intéressant. Si avec « Harvested » la série est plus ou moins restée sobre dans sa façon de parler de l’Inde et de Mumbai (outre la scène ridicule à la fin qui donne l’impression que les américains sont toujours là pour sauver tout le monde), « Denial » était proche de ce que le premier épisode représentait de plus ridicule. Je trouve ça dommage de ne pas avoir su faire bon usage de l’univers de Criminal Minds pour en dégoter derrière une toute nouvelle série qui n’est pas ridicule et qui ne cherche pas à ridiculiser les étrangers. Car c’est aussi une façon de ridiculiser les autorités de l’étranger, ce qui est à mon sens un poil ridicule… Mais si je venais à compter tous les trucs ridicules que j’ai vu dans Criminal Minds : Beyond Borders, alors je n’ai vraiment pas terminé.

Note : 5/10 et 3/10. En bref, la série continue de faire des erreurs de débutantes.

Commenter cet article