Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : DC’s Legends of Tomorrow. Saison 1. Episodes 8 et 9.

3 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Legends of Tomorrow

Critiques Séries : DC’s Legends of Tomorrow. Saison 1. Episodes 8 et 9.

DC’s Legends of Tomorrow // Saison 1. Episodes 8 et 9. Night of the Hawk / Left Behind.


En se réveillant enfin avec l’épisode 1.07, la série est maintenant sur une agréable route qui nous délivre étrangement deux épisodes assez sympathiques. Surtout « Left Behind », dernier épisode en date, particulièrement efficace, démontrant à merveille pourquoi cette série est finalement beaucoup plus intéressante que l’on ne pourrait le croire. Au départ, Legends of Tomorrow s’était perdue avec trop de personnages et d’intrigues. Maintenant, les choses ont un peu bougé, ce qui n’est pas plus mal dans un sens. « Night of the Hawk » est une occasion de peut-être donner un sens supplémentaire à pourquoi cette série existe. Notre équipe retrouve donc la trace de Vandal Savage et vont alors tenter de le traquer en 1958. Tout cela dans une petite ville tranquille … en apparence. J’ai toujours adoré les histoires dans des petites villes des Etats-Unis qui cachent tout un tas de choses. Je suis fasciné par des séries comme Wayward Pines, Persons Unknown, etc. Elles ne sont pas toujours brillantes mais elles me fascinent malgré tout. Du coup, cet épisode était fait pour moi et il a eu l’effet escompté. En plus d’être un solide épisode, c’est aussi une occasion de dérouler toujours un peu plus (et mieux) la mythologie de la série car toute l’histoire de Vandal Savage a depuis le début de gros défauts.

Karen et Ray de leur côté ont forcement des difficultés à gérer le fait d’être un couple unique en son genre. Mais pourquoi pas, c’est une occasion de rappeler que Legends of Tomorrow est aussi une série de The CW. Elle reste donc assez fidèle à des trucs que l’on voit déjà dans les autres séries de la franchise. Les romances sont très importantes mine de rien. A côté de ça, Jax et Sara vont devoir faire face à quelque chose de caractéristique des années dépeintes : le racisme et l’homophobie. Le fait que la série s’y intéresse est une bonne chose puisque cela permet aussi de voir que Legends of Tomorrow n’est pas creuse et qu’elle cherche à raconter aussi bien d’autres choses en parallèle. Du coup, en plus d’être un épisode emprunt à raconter des tas de choses intéressantes sur une époque, c’est aussi un épisode passionnant par rapport à son univers. La petite ville tranquille qui cache des choses, il m’en faut peu pour être heureux. L’ambiance est là aussi brillamment dosée grâce à une utilisation savoureuse du temps, des décors, de la musique, etc. Je crois que c’est la première fois de l’histoire de Legends of Tomorrow que cette dernière nous donne vraiment l’impression d’être une série de super-héros. Comme quoi, il a fallu près de 8 épisodes pour nous en convaincre. Ce qui est énorme.

« Left Behind » est accessoirement un épisode où les scénaristes réalisent qu’ils peuvent faire des tas de choses étonnantes et excellentes avec le développement des personnages dans une série de super-héros traversant les époques et le temps. Après le très solide épisode précédent, la série revient ici plus forte que jamais. Peut-être aussi car la narration utilise avantageusement les bonds dans le temps afin de donner un tout nouveau sens à la dynamique personnage. Mine de rien, cela aurait pu être un échec mais c’est tout l’inverse. Ray, Kendra et Sara sont en 1958, mais le reste de l’équipe sont restés pendant deux ans, durant lesquels Ray et Kendra ont commencé une nouvelle vie ensemble alors que Sara est retournée à la League des Assassins afin de servir Ra’s Al Ghul et sa jeune fille Talia, qui fait ses débuts dans l’univers d’Arrow. Le reste de l’équipe apparaît pour les sauver mais loupe la date de retour de deux ans et maintenant, les évènements de ces deux années font partie de la vie de Ray, Kendra et Sara. Dans un sens, c’est un choix judicieux qui permet de redéfinir complètement l’univers de la série. Bien entendu, il y a toujours les trucs un peu sots de Legends of Tomorrow qui sont caractéristiques de cette série comme l’ouverture de l’épisode assez ridicule mais drôle où les acteurs tentent d’être à la hauteur de l’ambition générale de Legends of Tomorrow.

Mais la série n’est pas un film (même si elle veut l’être au fond d’elle-même). Et c’est presque aussi ce que la saison 7 de Doctor Who n’a pas réussi à être par moment alors que Steven Moffat l’avait présenté comme une volonté de faire des films chaque semaine. Finalement, tout ce qui se passe dans ces deux épisodes fonctionne assez bien pour que l’on ait envie d’en voir encore plus. Sans compter qu’un bon face à face entre deux acteurs de Prison Break, deux anciens frères, fait à mon sens le vrai succès aussi de cet épisode. Cela ne dure pas une éternité mais cela donne toujours plus de pertinence à l’évolution dramatique des personnages et le développement des intrigues de chacun.

Note : 7.5/10. En bref, l’univers de Legends of Tomorrow s’étend et continue de surprendre. La série gagnerait cependant à être un peu plus terre à terre.

Commenter cet article