Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Game of Silence. Saison 1. Pilot.

13 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Game of Silence

Critiques Séries : Game of Silence. Saison 1. Pilot.

Game of Silence // Saison 1. Episode 1. Pilot.


D’une série avec David Lyons en héros il faut toujours se méfier. En effet, lui que l’on a déjà vu dans Revolution ou encore The Cape était loin d’être un brillant acteur même si je trouve qu’il s’est amélioré dans la production de J.J. Abrams et qu’il n’était pas mauvais dans Truth mais difficile d’être mauvais dans ce film ultra académique dans un sens. Quoi qu’il en soit il est maintenant le héros de Game of Silence, une toute nouvelle série de NBC créée par un ancien scénariste de Frida Night Lights : David Hudgins. En somme, il y avait sur le papier en tout cas quelque chose d’intéressant se profiler. Sans compter que le pitch avait tout du petit thriller bien sympathique avec le passé qui rattrape le héros alors qu’il est au sommet de sa gloire. Mais le créateur de l’incomprise Past Life (oui, car il est passé aussi par la création de cette très série aussi étrange que fascinante de FOX il y a quelques années) n’a pas forcément su forcer le destin et faire de cette série une réussite. En plus du fait que le titre même de la série ne soit pas vraiment efficace en soit, Game of Silence est l’adaptation d’une série turque qui a des points en commun avec le film Sleepers (1996), dont le héros était lui-même inspiré par Le Comte de Monte Christo. Bon, on ne va pas forcément aller beaucoup plus loin. L’introduction de Game of Silence ressemble à un téléfilm de l’après-midi que l’on regarde simplement quand on a la gueule de bois et que l’on cherche à se reposer.

Jackson Brooks, un avocat en pleine ascension, voit son passé ressurgir lorsque ses amis d'enfance, qu'il a perdus de vue depuis longtemps, refont surface dans sa vie. Face à la menace d'un sombre secret qu'ils pensaient avoir enterré pour de bon, le petit groupe va tenter de réparer les erreurs commises il y a 25 ans.

Du coup, Game of Silence fonctionne un peu comme la première partie d’un téléfilm sans ambition racontant une histoire simpliste sans chercher à véritablement nous intriguer. L’idée de départ avait ce risque, de nous tromper dans des tas de trucs pompeux alors qu’il y avait largement de quoi faire beaucoup plus. Mais quand on voit l’introduction de ce premier épisode, on comprend tout de suite le problème de Game of Silence. Ce n’est pas suffisamment fort pour tenir le téléspectateur en haleine jusqu’au bout. Une fois passé le premier acte, on a déjà envie de passer à autre chose et l’on se demande donc en toute logique ce que l’on fait encore devant Game of Silence. Pour un film de 2h comme Sleepers (que j’aime bien, avec un casting très solide d’ailleurs, entre Brad Pitt, Robert de Niro et Dustin Hoffman) mais au delà de ça, je n’ai pas trouvé l’ensemble si intéressant que ça ici. La série prend son temps pour tout installer, sans pour autant prendre soin de véritablement nous attacher aux personnages. Du coup, on se retrouve avec un truc qui manque cruellement de profondeur alors que j’aurais adoré que cela soit l’inverse bien évidemment. Ce que Game of Silence pourrait avoir besoin c’est d’un whodunnit sympathique afin de partir dans une direction plus rythmée.

Mais rien de tout cela n’arrive dans ce premier épisode. Il y a un mystère vers la fin de ce premier épisode au sujet d’une attaque mais sincèrement, est-ce suffisamment fort pour porter la suite de Game of Silence ? Je ne pense pas. Je dirais même que c’est tout le contraire. La série n’est pas non plus aidée par son casting de seconds couteaux. David Lyons n’est pas forcement risible mais il est très loin d’être ce que l’on peut appeler un bon acteur. Je ne sais pas du tout ce que vaut la série turque mais je ne pense pas que cela soit si brillant que ça. Parfois, on est séduit par un concept, on ne sait pas quoi en faire et en l’adaptant on se rend compte à quel point c’était finalement une très mauvaise idée.

Note : 3/10. En bref, une bonne idée tournant à la catastrophe.

Commenter cet article