Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grandfathered. Saison 1. Episodes 10 et 11.

19 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Grandfathered

Critiques Séries : Grandfathered. Saison 1. Episodes 10 et 11.

Grandfathered // Saison 1. Episodes 10 et 11. Perfect Physical Specimen / The Sat Pack.


Avec ces deux épisodes, je me suis rendu compte que Grandfathered avait finalement réussi à trouver un équilibre. Cela se voit encore plus dans « The Sat Pack » qui est pour moi un brillant épisode de comédie. Mais « Perfect Physical Spécimen » permet surtout de dire à quel point John Stamos est le héros de cette série. Et personne d’autre. Je ne savais pas trop quoi attendre de cette série avec son retour cette année. Les neuf premiers épisodes n’étaient pas mauvais mais n’étaient pas brillants non plus. C’était de la comédie feel-good qui permet de passer un bon petit moment et rien de plus. Du coup, avec le retour de la série, je ne savais pas trop quoi faire. Après avoir vu ces deux épisodes, je me rends compte que j’ai peut-être sous estimé la capacité de Grandfathered à être une bonne comédie. Ces deux épisodes incarnent à merveille tout ce que je pouvais attendre. De plus, « Perfect Physical Specimen » permet de remettre au centre de la série tout ce que j’attendais, notamment avec notre très cher héros. Les scénaristes ont délivré avec ces deux épisodes ce qu’ils ont pu faire de mieux depuis le pilote de la série. Il y a des tas d’opportunités pour John Stamos de faire de vraies choses, d’humour et d’être bon. Jimmy apprend toujours des choses depuis le début de la série.

Dans une série un peu moins bonne, il apprendrait à ne plus être bête et superficiel sauf qu’il est comme ça et Grandfathered ne veut pas le changer. La série le démontre encore une fois ici dans ces deux épisodes que Jimmy a beau apprendre des choses, il reste égal à lui-même. Jimmy apprend donc à être affecté par les sentiments, par l’idée d’avoir une famille, alors que tout cela il ne le connaissait pas vraiment auparavant. C’est un point de vue intéressant qui change de ce que l’on avait pour habitude de voir. Grandfathered reprend donc ici une structure assez classique pour une sitcom et dans ce cas là le coup des soins médicaux. C’est un épisode bourré de moments pour Stamos mais tous le sont pas des sous-textes. Etant donné que Grandfathered n’a pas le méta-humour de The Grinder par exemple, elle doit s’appuyer sur d’autres choses et elle nous prouver qu’elle est pleine d’idée encore et encore. Avec « The Sat Pack », la série a réussi quelque chose qui m’a vraiment étonné. L’idée de faire une réunion Fête à la Maison ce n’est pas étrange d’autant plus que je m’y attendais énormément dans Grandfathered. L’arrivée de Bob Saget dans cet épisode, faisant face à John Stamos c’est une brillante idée.

C’est presque dommage que ce genre de choses ne peuvent pas arriver plus souvent. On sent qu’il y a une vraie alchimie entre les deux acteurs qui portent parfaitement l’épisode du début à la fin. De plus, il y a un vrai rapport à la Fête à la Maison dans cet épisode qui me donne encore plus envie de voir la suite que prépare Netflix : Fuller House. Ce reboot-suite, s’il est aussi réussi que cet épisode de Grandfathered, ce pourrait bien être l’un des reboot-suite les plus réussi de ces dernières années. La vie de Jimmy, associée à la présence de Bob Saget, est en train de nous rappeler la vieille comédie que l’on a tous déjà vu au moins une fois. Personnellement, j’aimais bien Full House. Peut-être pas autant que certains, mais c’était une comédie avec laquelle j’ai toujours passé un agréable moment. Grandfathered est donc ici en train de proposer son meilleur épisode et je me demande même si au fond cela ne restera pas mon épisode préféré de toute l’histoire de la série. A moins qu’une autre réunion soit proposé d’ici la fin de la saison (ce qui serait là aussi une bonne chose). Ce qui fait le succès de cet épisode aussi, au delà de la réussite de cette réunion c’est la façon dont le comique de situation est utilisé. Jimmy et Ronnie savent nous faire rire sans déconvenues.

Il fallait qu’un tel épisode soit réussi, sinon cela aurait été un peu la honte pour les scénaristes de Grandfathered mais franchement, ils ont envoyé tout ce qu’ils avaient ici, pour notre plus grand plaisir. Alors que dans les premières minutes de l’épisode Jimmy tente de prouver à lui et aux autres qu’il est toujours quelqu’un de cool, je savais bien qu’avec ça l’épisode ne pouvait pas être mauvais. Je savais déjà la fin aussi (qu’il allait retrouver la famille à la fin) mais malgré tout, c’est l’un des épisodes les plus intéressants que j’ai vu dans le registre des comédies familiales cette année. Je pourrais bien le mettre au même niveau que les meilleurs épisodes de The Goldbergs cette année, autant dire que c’est beaucoup pour moi.

Note : 8/10 et 10/10. En bref, entre une réunion d’anciens fêtards à la maison et un épisode centré sur un Stamos en forme, Grandfathered réussie son retour !

Commenter cet article