Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grey’s Anatomy. Saison 12. Episode 21.

30 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Grey's Anatomy

Critiques Séries : Grey’s Anatomy. Saison 12. Episode 21.

Grey’s Anatomy // Saison 12. Episode 21. You’re Gonna Need Someone On Your Side.


Cet épisode était presque étrange dans le sens où il m’a rappelé une certaine heure des débuts de Grey’s Anatomy. Comme pas mal de choses cette année, j’ai l’impression que Grey’s Anatomy me fait penser à son passé. C’est pas si mal que ça dans un sens et j’aurais adoré que la série continue à le faire sur certains épisodes un peu plus faibles cette année. Cependant, « You’re Gonna Need Someone On Your Side » est un choix judicieux qui nous conduit petit à petit à la fin de la saison tout en nous rappelant ce que la série incarnait il y a quelques années de ça. Bien que cet épisode ne permet pas forcément de retrouver totalement la magie des débuts de la série, il parvient cependant à mettre les relations complexes des personnages au centre et sur le devant de l’épisode. Il y a en plus de ça tout un tas de petites répliques sympathiques qui permettent de détendre l’atmosphère. Ce n’est pas un épisode que les gens vont citer comme un excellent épisode plus tard mais il était plutôt bon par rapport à ce que l’on a vu il y a quelques temps. Après l’histoire de Callie et Arizona dans l’épisode précédent alors qu’elles tentent toutes les deux de recruter des ami(e)s dans leur camp pour la bataille à venir pour la garde, l’épisode explore aussi la dynamique compliquée quand on passe chaque moment de sa vie avec le même groupe de gens.

Tous les personnages du Grey Sloan Memorial Hospital sont finalement très liés, à la fois par ce qui s’est passé mais aussi car c’est un boulot où ils sont amenés à travailler tous ensemble. C’est aussi ce qui rend le tout si intéressant finalement, cette sorte de relation qu’il y a entre chacun des personnages et qui, il faut bien l’avouer, fonctionne à merveille. Par ailleurs, l’histoire de la tumeur de Kyle n’est pas forcément ce qu’il y a de plus intéressant dans cet épisode. Wilmer Valderrama n’est pas mauvais mais disons que je me demande si son cas justifie une présence aussi longue dans Grey’s Anatomy. Stephanie va en tout cas être forcé de se confronter à l’idée d’être quelqu’un de proche pour un patient plus qu’un docteur. Le problème c’est que pour que l’histoire de Stephanie fonctionne, Grey’s Anatomy semble avoir à transformer Amelia et je ne suis pas sûr que cela soit nécessairement ce qu’il y a de mieux non plus. Certes, Amelia a raison de protéger (ou tenter de protéger) mais elle n’avait pas besoin d’être comme ça. Du coup, même si Kyle a une présence limitée dans l’épisode tout de même (et heureusement), ce dernier s’implique finalement dans les relations entre les personnages et créé des tensions. Ce qui, dans un sens, n’est pas une mauvaise chose non plus.

La série tente d’explorer de son côté ce que c’est que la difficulté d’avoir un second bébé quand l’on a perdu le premier. April est parfaite dans cette situation et la série créée des tensions intéressantes dans sa relation avec Arizona. Surtout que l’histoire d’Arizona dans cet épisode (qui vit une journée de merde, il n’y a pas d’autres mots) parvient à donner un vrai champ d’évolution à l’ensemble qui me plaît.

Note : 6.5/10. En bref, du bon Grey’s Anatomy.

Commenter cet article