Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Lucifer. Saison 1. Episodes 6 à 13.

27 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Lucifer

Critiques Séries : Lucifer. Saison 1. Episodes 6 à 13.

Lucifer // Saison 1. Episodes 6 à 13.
BILAN


Au départ, Lucifer n’était qu’une petite série policière avec un twist fantastique autour du plus grand des vilains : Lucifer. Sauf que le résultat n’était pas toujours à la hauteur des attentes. Cependant, au fil des épisodes la série s’est révélée afin de devenir quelque chose de complètement différent. Je dirais que le changement s’est amorcé vers l’épisode 7 et que petit à petit les relations entre les personnages et la série en elle-même a su devenir beaucoup plus intelligente et passionnante. Ne serait-ce que « St. Lucifer » quand ce dernier se retrouve avec Chloe dans le même lit. La scène d’ouverture de cet épisode est l’occasion de montrer un côté peut-être un peu différent de la série. L’épisode précédent s’achevait avec Chloe et Lucifer partageant une petite scène sur un piano. C’était fun et dans l’esprit de ce que l’on peut attendre de la part d’une telle série. Quand je repense au premier épisode (que j’avais aimé) et ce que la série était devenue par la suite, je me suis demandé si finalement elle pourrait un jour être à la hauteur de mes attentes. Par chance, cette seconde partie de saison a su dérouler des intrigues policières classiques mais avec l’esprit fun et torturé de son héros, Lucifer Morningstar accompagné d’une Chloe toujours un peu plus chaste et tendue mais la confrontation des deux fait son petit effet.

Je pourrais également parler de Linda Martin (incarnée par Rachael Harris) qui apporte dans le rôle de la psy de Lucifer quelque chose de toujours plus fun là aussi. La confrontation entre Rachael Harris et Tom Ellis est toujours quelque chose de vraiment drôle que l’épisode maîtrise à sa façon. Aidée bien souvent par un Tom Ellis en roue libre, Lucifer se permet tout ce qu’il est possible de faire pour nous amuser à sa façon. Chaque épisode joue énormément du charme de son héros, mais aussi de la relation toujours plus ambiguë qu’il y a entre lui et Chloe. Lauren German de son côté reste fidèle à ce qu’elle a toujours été, c’est à dire une actrice de seconde zone, pas toujours brillante. Si dans Lucifer elle s’est trouvée une place et qu’elle parvient à l’incarner de façon plutôt intelligente, ce qui nous intéresse le plus dans cette série c’est l’aspect le plus sombre de cette dernière. Notamment par rapport à ce dont Lucifer est réellement capable. Alors que Lucifer est renouvelée pour une saison 2 (que j’ai presque hâte de découvrir), je suis pour le moment convaincu que finalement Lucifer a beaucoup plus à nous raconter qu’elle ne semblait le démontrer dans les premiers épisodes. L’aspect le plus sombre de la série et donc de la personnalité de notre héros est séduisant.

Même les menaces qui se profilent en parallèle sont tout aussi intéressantes. Quand on voit le vilain de la saison passer son temps à déguster tout ce qu’il est possible et imaginable de déguster, cela reste assez drôle. Mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant dans le sens où le choc culturelle (le fait que des personnages de l’Enfer viennent sur Terre et découvrent ce que c’est que le monde que l’on connaît n’est pas neuf, on a déjà plus ou moins vu la même chose dans Sleepy Hollow dans un registre différent mais proche). Ce qui est une bonne chose avec la seconde partie de la saison c’est que Lucifer sort un peu des sentiers déjà battus par ce genre de séries. Au départ, je pensais que Lucifer n’allait pas profiter du fait qu’elle ait le roi des Enfers dans ses rangs pour créer des intrigues surprenantes et fantastiques en parallèle. Sauf que c’est ce qui est en train de se profiler au fil des épisodes. Pour quelqu’un comme moi qui a déjà vu toutes les saisons de la franchise Law & Order, toutes celles de la franchise CSI, je connais très bien les cas de la semaine et ce que cela peut vraiment impliquer de connaître l’issue de toutes les petites histoires qu’une série comme Lucifer tente de nous raconter. Car Lucifer passe après des tas de séries policières et quand on est un minimum fan du genre, on peut dire que l’on a déjà tout vu.

Sauf que Lucifer a l’occasion de faire des choses différentes, d’apporter un peu de légèreté et bien d’autres trucs en parallèle. Au fil des épisodes, les menaces grandissent et la série devient quelque chose de différent, de beaucoup plus palpitant également. Basée sur les comics du même nom, Lucifer s’appuie donc forcément sur quelque chose d’intéressant. Je ne connais pas les comics qui ont inspiré Lucifer, mais je pense que généralement une série inspirée de comics échoue rarement. En tout cas, des épisodes comme les deux derniers épisodes de la saison démontrent par exemple à quel point le fait que notre héros soit là pour résoudre des crimes pour le fun n’est pas une fin en soi. La série a beau utiliser une mécanique policière huilée, elle la déconstruit au fil des épisodes afin de rapprocher les personnages (notamment Lucifer et Chloe), créer et développer des relations plus fortes et des intrigues personnelles pour chacun qui soient un peu plus intenses. L’évolution de la saison est assez drastique sur la fin, ce qui est une très bonne nouvelle. Elle se donnant par exemple dans « #TeamLucifer » l’occasion de proposer un cas de la semaine centré sur des satanistes, la série plonge nos personnages dans un environnement bien particulier.

Il était temps tout de même que des satanistes soient présentés dans un cas de la semaine pour Lucifer. En grande partie car cela colle avec l’univers de la série et ce que le héros cherche à incarner à sa façon. La série a donc ici enfin une vraie raison pour que Lucifer soit impliqué dans l’affaire. Il était temps. Il y a des tas de séquences assez amusantes finalement, qui permettent à la série de sortir un peu des sentiers battus (en tout cas un peu plus qu’avec l’épisode 1.11 qui était déjà une première bonne démonstration). Si je devais découper ces derniers épisodes en deux, je dirais dans un premier temps que les 6 à 10 développent en filigrane l’intrigue sombre qui menace Lucifer. Les questionnements de ce dernier (notamment sur son penthouse quand il parle au ciel) sur la vie sur Terre, etc. cela reste plutôt pas mal non ? Je pense que la série manquait au début d’affaires un peu plus liées à la nature de son héros. Bon, Lucifer ne peut pas non plus créer des intrigues d’anges contre anges chaque semaine, mais une saison 2 peut-être plus impliquée dans les éléments dramatiques de la série serait à mon sens la bienvenue. « #TeamLucifer » est aussi le premier épisode qui donne une occasion à notre héros de parler de ses motivations, de ce qui fait qu’il est encore là finalement.

C’est très important dans cette série, notamment car cela justifie la place et la nature du héros. Au fond, si Lucifer est une série classique en apparence, elle a su développer son univers avec beaucoup plus de brio sur la longueur. Une fois achevée, la saison nous donne envie d’en voir beaucoup plus. Ne serait-ce que pour l’excellent dernier épisode qui donne un vrai but à la série et surtout justifie l’utilité de son existence. Ce n’était pas facile au départ de justifier pourquoi faire un telle série si ce n’est avoir un twist original pour raconter des affaires de la semaine tout ce qu’il y a de plus classiques. Mais Lucifer a beau jouer par moment sur certains rails usés de séries policières avec des consultants (une mode initié par The Mentalist il y a près de 10 ans maintenant), Lucifer va beaucoup plus loin et évolue aussi assez rapidement. Je pense aussi que Lucifer et Sleepy Hollow sont d’une certaine façon les deux mêmes séries. Les deux séries ont des cas de la semaine, avec un personnage fantastique (Ichabod et Lucifer sont tous les deux des résultats d’histoires fantastiques) et une fliquette pour les accompagnés (Chloe ici). Mais malgré les ressemblances, Lucifer a eu la chance de partir sur un truc trop classique pour délivrer un peu beaucoup plus passionnant sur la fin.

D’ailleurs, quand Sleepy Hollow est en train de devenir une série qu’il ne faut plus jamais prendre au sérieux, Lucifer débutait comme une blague potache que les dirigeants de FOX auraient pris pour une bonne idée et qui est devenue une série qui parvient à utiliser ses forces et ses faiblesses qui rend sa saison 2 à venir quelque chose que l’on a envie de vraiment voir évoluer.

Note : 7/10. En bref, finalement Lucifer est devenue une bonne série au fil des épisodes, une série que j’ai même hâte de retrouver la saison prochaine…

Commenter cet article

4evaheroesf 28/04/2016 00:15

Entre la série et le comics, il y a un gouffre...