Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Silicon Valley. Saison 3. Episode 1.

25 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Silicon Valley

Critiques Séries : Silicon Valley. Saison 3. Episode 1.

Silicon Valley // Saison 3. Episode 1. Founder Friendly.


Je crois bien que la quête la plus importante dans Silicon Valley est celle de l’égo, de l’individualisme poussé à l’extrême afin de créer de la comédie. Richard a été chanceux de créer l’algorithme d’une vie a toujours refusé d’abandonner ou de vendre son idée, simplement car c’est SON idée. Maintenant que Pied Piper c’est terminé pour Richard et que l’entreprise qu’il a fondé se retrouve entre les mains de ses investisseurs, « Founder Friendly » nous introduit un nouvel but dans le monde de Silicon Valley. C’est une saison qui va gérer les conséquences des choix de la saison précédente. Désormais Pied Piper est entre les mains de l’ennemi, les clés ont changé et la situation est différente. Le but est de voir comment chacun va gérer ces conséquences. Les dialogues sont toujours bien trouvés et la série en fait de belles choses. Car les personnages sont attachants, chacun à sa façon. Contrairement au premier épisode de la saison précédente, qui avait sauté quelques mois dans le temps après le final de la première saison, celui-ci reprend les choses directement après le cliffangher du final de la saison 2 quand Richard apprenait qu’il était viré de sa place de PDG de Pied Piper. Cela nous permet de nous remettre directement dans l’ambiance et je dois avouer que j’ai beaucoup aimé.

Surtout que Richard est le parfait personnage à mettre face à son destin dans Silicon Valley. C’est en tout cas une scène qui apparaît comme une définition parfaite de la série et du côté narcissique et individualiste de l’ensemble quand l’un demande « Et nous ? On est virés aussi ? » et que Richard répond « Vous avez pensé à moi ? » comme s’il n’y avait que lui dans le lot et que les autres ne servaient à rien. Richard est un personnage qui a appris au fil des épisodes et des années à être quelqu’un de fort, capable de faire des choix, de dire ce qu’il pense. C’est aussi ça qui l’a trahi finalement, cette confiance en lui, cette rage. Maintenant que Richard se retrouve dans Pied Piper, il va devoir trouver une manière de se réintroduire dans le monde de la Silicon Valley et de ses start-ups. Je me demande vraiment ce qu’ils vont faire dans le prochain épisode pour tenter de donner une direction à Richard car ce dernier reste plus que jamais attaché à son bébé. Pied Piper était fondée sur une bonne idée et quand il cherche un nouveau job, il apprend qu’il est recruté pour aider à gérer un projet pour mettre des moustaches. Bon, si le tout reste drôle par rapport à la séquence que cela va donner avec les différentes moustaches : Sam Elliott, Hitler et Fu Manchu, on sait que Richard n’est pas fait pour ça.

En ajoutant dans l’ensemble Stephen Tobolowsky, un acteur toujours bienvenu dans une comédie comme Silicon Valley, la série parvient à dérouler une partie de ses projets pour l’année prochaine. Jack Baker est peut-être bien le parfait antagoniste dont Silicon Valley avait besoin afin de pouvoir aller dans une toute nouvelle direction. Si l’acteur reste très peu présent dans ce premier épisode, il est sûr et certain qu’il va probablement être un mentor pour Richard dans la conquête que ce dernier pourrait mener dans la Silicon Valley. Richard a du mal à se retrouver là où il est actuellement mais je suis persuadé que la série a encore de belles choses à faire.

Note : 7/10. En bref, solide retour.

Commenter cet article