Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 3. Episodes 9, 10, 11 et 12.

9 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sleepy Hollow

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 3. Episodes 9, 10, 11 et 12.

Sleepy Hollow // Saison 3. Episodes 9 à 12. One Life / Incident at Stone Manor / Kindred Spirits / Sins of the Father.


Rattraper une mauvaise saison ce n’est certainement pas ce qu’il y a de plus facile mais Sleepy Hollow a tenté de le faire. La première partie de la saison 3 était bien souvent une catastrophe. La série a voulu revenir à la formule du début de la saison 1 avec le cas de la semaine, ses conséquences et sa résolution sauf que c’est loin d’avoir fait l’unanimité. En plus d’être quelque chose de particulièrement ennuyeux, je dois avouer que je n’ai pas été totalement convaincu du reste. Le problème de la première partie de la saison est finalement de ne pas avoir su quoi faire pour surprendre ou en tout cas nous offrir un moment de légèreté et de fun. La seconde partie commence avec « One Life », dans la continuité de ce que la saison 3 nous avait offert jusqu’à présent. Puis est arrivé la fin de l’épisode 3.09 et c’est à ce moment là que la série a réellement enfin à décoller, à nous montrer qu’elle n’a plus rien à perdre et qu’elle compte bien nous le démontrer. La disparition d’Abbie était une bonne idée pour relancer la saison et donner un nouvel élan créatif à certaines dynamiques. La série n’avait pas réussi à faire grand chose de neuf jusque là. Si le coup du Abbie dans une autre dimension a déjà été fait, que cela semble un peu usé et frustrant à la fois, l’épisode tente de jouer au mieux de l’absence d’Abbie.

Ichabod est obsédé par l’idée de la traquer, peut-être au delà de la raison et Jenny est tout aussi déterminée à l’idée de retrouver sa soeur. L’agent Foster suspect alors Ichabod d’avoir un lien avec la disparition d’Abbie et Reynolds, a besoin de réponses comme tout le monde. Personne ne prétend que tout va bien et l’épisode tente ainsi d’aller de l’avant par rapport aux bêtises habituelles de Sleepy Hollow. « One Life » a cependant le problème d’être parfois trop centrée sur des monologues émotionnels ennuyeux. Du coup, l’histoire n’évolue pas vraiment et il faut attendre la fin de l’épisode avant d’avoir une vision un peu plus intéressante de ce qui se passe. Mais la disparition d’Abbie était une très bonne idée, qui a donné aux scénaristes une occasion de laisser un peu de côté tous les problèmes narratifs de la première partie de la saison et de rappeler à l’ordre la mythologie de Sleepy Hollow. Je pense que les scénaristes n’ont jamais voulu du mini-reboot que FOX a voulu afin de lui donner une dernière chance (et l’on sait pertinemment que cette saison 3 risque bien d’être la dernière, un renouvellement pour une saison 4 est très éloigné pour le moment) et ils sont en train de le démontrer dans la seconde partie de la saison.

Ils n’ont pas besoin du cavalier sans tête, juste de la mythologie de Sleepy Hollow et de ce que cela peut bien impliquer pour chacun des personnages de la série. « One Life » est donc une introduction modeste, parfois un peu fun, à quelque chose qui n’a pas forcément de sens mais qui reste prometteur. Les promesses sont uniquement tenues dès « Incident at Stone Manor ». Cet épisode joue parfaitement bien avec les codes de Sleepy Hollow. L’une des choses que j’aimais bien dans la première saison de Sleepy Hollow c’était sa capacité à créer des scènes qui pouvaient être effrayantes. Enfin, pas effrayante dans le sens où l’on va crier et tenter de se cacher sous son lot, mais plutôt dans le sens fun du côté effrayant et étrange. La série montrait les dents. C’est ce que l’on retrouve ici dans cette seconde partie de saison. Sleepy Hollow tente de renouer avec les racines de la série qui étaient celles d’une série d’horreur avec des éléments fantastiques dedans. La saison 3 tente donc ici de revenir aux premiers amours de la série, utilisant à merveille le côté sombre. En faisant un usage judicieux de la mise en scène et des personnages, « Incident at Stone Monor » par exemple (qui est mon épisode préféré parmi les 4) est un rappel de ce que j’ai aimé au départ.

Je ne m’y attendais pas du tout, surtout que depuis le début de la saison j’ai eu tendance à avoir envie d’arrêter. C’est en grande partie pour cela que j’ai mis autant de temps à revenir vers Sleepy Hollow. En enchaînant ces 4 épisodes, je pensais venir à bout d’épisodes ennuyeux et pompeux et finalement c’est tout le contraire. Je n’ai pas vu le temps passé et j’ai passé un bon moment. Les visuels de la série continuent d’être légèrement décevants mais ce n’est pas tant ce qu’il y a de plus important puisque le scénario suit derrière le bon chemin. Cet épisode a deux intrigues très importantes. La première est que l’on découvre enfin ce qui s’est passé avec Abbie durant le mois de sa disparition (plus ou moins). La seconde permet d’associer Foster, Jenny et Joe dans une intrigue autour d’un monstre de la semaine. La seconde histoire est étrangement la plus intéressante et la plus importante de toute. Si l’histoire d’Ichabod et Abbie permet de développer la mythologie de Sleepy Hollow, ce n’est étrangement pas ce que j’ai préféré, peut-être que justement parce que l’intrigue de la semaine est un retour aux sources. Réussi qui plus est.

Je pense que Sleepy Hollow me manquait par rapport à ce qu’elle était capable de faire par le passé, de produire des épisodes farfelus mais dans le bon sens du terme. Sa force n’a jamais été la cohérence scénaristique ou bien des trucs plus complexes mais sa force a toujours été de nous proposer quelque chose d’un peu neuf et différent de ce que l’on avait pour habitude de voir dans d’autres configurations de séries fantastiques. Sleepy Hollow n’était pas Supernatural, Being Human, Warehouse 13, etc. C’était une série d’horreur avec des éléments fantastiques avant qu’elle ne devienne une série fantastique perdant ses éléments horrifiques au profit de trucs trop procéduraux à mon goût. Dans « Kindred Spirits », rappelle encore plus la nostalgie des débuts alors que nos personnages vont devoir faire face au passé. Cependant, je ne suis toujours pas un grand fan de Betsy Ross. La série a souvent été intelligente dans son utilisant des figures historiques du passé. Ross a donc été placé là comme pour remplacer Katrina sauf que Sleepy Hollow n’a pas réussi à la transformer en personnage aussi intéressant que Katrina. Avec le retour d’Abbie officiellement dans cet épisode, les choses les plus classiques peuvent reprendre. Notamment sa relation avec Ichabod qui a toujours été quelque chose que j’apprécie dans cette série.

Les signes d’Abbie qui tentent d’apporter des éléments plus mythologiques à Sleepy Hollow et surtout un but à la seconde partie de la saison sauf que cela ne soit particulièrement brillant. Le stress post-traumatique d’Abbie est bien géré mais les signes qu’elle voit me rappelle étrangement Smallville sans trop savoir pourquoi (et pas dans le bon sens du terme). Du coup, c’est encore une fois le monstre de la semaine qui donne à Sleepy Hollow tout son intérêt et qui nous rappelle aussi pourquoi j’apprécie cette série. Les démons d’Abbie prennent donc petit à petit de plus en plus de place, tout cela en parallèle du retour d’Atticus Nevins, présumé mort d’entre les mains de Pandora. L’histoire passé de la Guerre du Golfe avec August Corbin aurait pu être un poil plus entrainante mais là aussi, encore une fois, Sleepy Hollow parvient à utiliser de façon suffisamment intelligente l’Histoire avec un grand H. Finalement, Sleepy Hollow revient à ce que j’aimais auparavant, créant une vraie nostalgie pour la saison 1 en réussissant par moment à nous offrir de bons cas de la semaine.

Note : 5/10, 7/10, 6/10 et 5.5/10. En bref, Sleepy Hollow revient en forme.

Commenter cet article