Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Ranch. Saison 1. Pilot.

3 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Ranch

Critiques Séries : The Ranch. Saison 1. Pilot.

The Ranch // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Netflix continue son entrée dans le monde des comédies. Après la brillante petite Unbreakable Kimmy Schmidt, nous avons eu des séries comme Fuller House, Wet Hot American Summer mais aussi des créations originales comme Real Rob ou Flaked. The Ranch est la dernière comédie en date de Netflix et sincèrement, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus drôle et beaucoup moins intéressant. Ashton Kutcher retrouve donc l’ambiance pipi-caca de Two and a Half Men dans une série créée par Jim Patterson et Don Reo, qui ont travaillé sur… Two and a Half Men également. En somme, c’est un peu comme si The Ranch était une suite de l’ancienne série de CBS mais uniquement dans l’idée car le résultat est très différent et beaucoup plus décevant. Ce premier épisode ne m’a pas plus emballé que ça alors que j’avais vraiment envie de retrouver l’ambiance de l’ancienne série de Chuck Lorre. Je sais que Two and a Half Men n’a pas toujours été parfaite ou adorée de tous mais personnellement j’ai toujours passé un agréable moment devant cette comédie. Je m’attendais donc à retrouver un peu de cette ambiance là dans cette comédie mais le résultat est sacrement décevant. Pourtant, cette série permettait aussi de retrouver un ancien duo d’acteur qui faisait fureur dans That 70s Show. Danny Masterson et Ashton Kutcher ont travaillé ensemble dans le passé.

Après une carrière honorable dans le football, un joueur à la retraite revient au ranch familial pour le gérer avec son frère...

Netflix démontre encore une fois son attachement à la nostalgie sauf que Fuller House a été un échec à mes yeux et The Ranch fait partie de ces erreurs. On retrouve donc dans cette série Ashton Kutcher le bras dans le cul d’une vache. Dans un sens, ce n’est pas si différent de ce que l’on a pour habitude de voir dans Two and a Half Men mais même si c’est un peu fidèle à l’humour Chuck Lorre, cela n’en a malheureusement pas du tout la saveur. Colt Bennett, le héros, retrouve alors son père, Beau, incarné par un Sam Elliott qui cabotine comme il se doit, un peu comme tout le monde accessoirement dans cette série. La série utilise alors tout un tas de poncifs pas nécessairement brillants non plus, passant de scènes en scènes sans que cela ne soit particulièrement drôle. Je n’attendais pas forcément d’être époustouflé mais je m’attendais au moins à rire de bon coeur. J’ai plus été gêné qu’autre chose. Je sais que le pilote d’une comédie est toujours ce qu’il y a de plus difficile à faire. Il va donc falloir prendre son temps et peut-être aller voir d’autres épisodes afin de confirmer ou infirmer le fait que The Ranch est un échec ou non.

Sur certains points, The Ranch donne l’impression d’être une comédie qui n’a pas forcément de grande ambition. Visuellement c’est d’ailleurs très laid. Cette ambiance image numérique dégueulasse qui donne l’impression de voir une série filmée avec le camescope familial, c’est franchement tout ce que je ne voulais pas voir. Si les décors étaient un peu plus intéressants, je suis certain que j’aurais pris plus de plaisir à suivre les aventures de cette famille Bennett. Cet épisode se concentre aussi sur une sorte de « cas de la semaine » avec le coup de la vache sauf que cela ne fonctionne pas vraiment non plus. Je me demande vraiment comment les prochains épisodes vont évoluer prochainement. Est-ce qu’il y a une place pour une comédie comme The Ranch ? Je pense que oui, mais est-ce qu’il y a un public pour ça ? J’en suis bien moins sûr et certain. Je ne suis pas forcément difficile en termes d’humour. Une bonne blague pourrie peut me faire rire mais ici, tout ce que la série tente de faire, même en jouant une part de nostalgie 70s Show, cela ne fonctionne pas vraiment comme j’aurais aimé que cela fonctionne.

Note : 3/10. En bref, un premier épisode manquant cruellement d’énergie dans un visuel sacrément laid.

Commenter cet article

Aurèle 06/04/2016 23:32

Pourriez-vous regarder la suite avant de poster des commentaires aussi peu gratifiants? J'ai regardé les 10 épisodes en 4 jours. Je suis une femme, j'ai la trentaine, je suis prof et j'ai adoré. Adoré me retrouver dans l'Amerique profonde trop peu souvent montrée, adoré me retrouver dans une série "Old school". Bref, poursuivez svp.

delromainzika 08/05/2016 19:12

Mais j'ai poursuivi.