Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du series finale à la renaissance

26 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Série Express

Du series finale à la renaissance

Depuis quelques années maintenant (surtout depuis 24 : Live Another Day), les chaînes tentent de faire revivre de vieux succès en jouant sur la carte de la nostalgie. Netflix l’a fait avec Fuller House et Arrested Development, FOX l’a fait avec X-Files récemment, mais la nostalgie semble avoir un prix, celui de dénaturer l’oeuvre d’origine. On attend le retour de Twin Peaks, de Prison Break, une nouvelle version de 24, etc. On attend tout un tas de séries qui vont tenter de revivre. Je me demande combien de temps il faudra avant que ABC ne cède à la tentation de réunion ses housewives préférées le temps d’une petite saison et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui pourraient voir le jour. Il n’y a plus de limites désormais. C’est en train de devenir une tendance et c’est un vrai problème car un series finale n’en est finalement plus un. Arrested Development vous avait manqué ? Ce n’est pas grave, Netflix vous a offert une saison 4 (et prépare une saison 5). Vous êtes énervé car X-Files n’a eu que neuf saisons et deux films ? FOX s’est dit que ce serait une bonne idée de commander six nouveaux épisodes (et potentiellement plus suite au succès de cette saison 10). Sauf que les fans n’attendaient qu’un troisième film. C’est en tout cas ce que j’attendais, un film qui puisse répondre à mes questions mais des tas de désaccords avec la production ont repoussé le projet. Et Chris Carter est revenu avec une mini-saison.

Désormais se joue les parie sur ce qui va bien pouvoir revenir parmi les succès du passé. Prison Break ? C’est fait. 24 ? C’est fait. Veronica Mars ? Pas encore mais quand on voit la base de fans que la série a et qu’elle a été capable de donner des millions de dollars pour faire un film, imaginez si la série revenait. Desperate Housewives ? Soyons fous. Law & Order ? C’est en projet. Le problème (comme avec Fuller House dernièrement sur Netflix) c’est que la nostalgie n’est pas toujours nécessaire. En tout cas, pas en commandant de nouveaux épisodes. Parfois, se refaire les vieux épisodes est une occasion de se rappeler une époque. Mais maintenant, tout cela est biaisé. On a tous envie de voir une suite à Jericho, à Firefly, à Tru Calling, à John Doe, à … et j’en passe, mais même si un service de streaming ou une chaîne serait suffisamment folle pour donner suite à ces séries, ce sont plutôt d’autres séries qui reviennent… Le fait est en tout cas que les téléspectateurs ont grandi. C’est le problème que j’ai eu avec La Fête à la Maison. J’aimais bien cette comédie à l’époque. On riait de bon coeur sauf que des années se sont écoulé et les problèmes ne se règlent plus avec un câlin comme à cette bonne vieille époque.

X-Files de son côté était une série avec laquelle il était facile de devenir fasciné par l’univers. Peut-être car avant Internet, la tension pouvait être créée autour de cliffangher et tout le monde pouvait alors élaborer des théories. Désormais, cela a beaucoup changé et toutes ces séries n’ont pas forcément appris des séries actuelles et de leurs codes pour les apprendre et faire corps avec eux. Il y a cependant eu deux réussites dans le lot : le retour de 24 et celui de Arrested Development. Cette dernière, dont j’attends avec hâte la prochaine saison, a eu de la chance et elle l’a mérité cette chance. Le casting a beau être plus connu et donc peut-être plus difficile à gérer sur qui veut la tête d’affiche, mais globalement la saison 4 était assez sympathiques avec de vrais moments. Pour en revenir au problème actuel, c’est ce qui se passe quand des téléspectateurs grandissent mais que les séries ne grandissent pas. Regarder Fuller House est un peu la même chose que d’ouvrir une boîte à souvenirs triste. Même X-Files n’a pas appris des séries qu’elle a inspiré (comme Fringe) et s’est retrouvée face à un mur dès qu’elle a voulu réintroduire de nouveaux éléments narratifs afin de creuser encore plus la mythologie d’une série qui n’avait clairement pas besoin de ça. On avait juste besoin d’un film, des extra-terrestres et de notre duo vedette. Rien de plus.

Surtout quand dans la saison, Murder passe le plus clair de son temps à être convaincu qu’il est une relique du passé. Peut-être qu’il n’a pas si tord que ça. Mais voilà, les séries peuvent revivre, renaître de leurs cendres. Cependant, elles ne peuvent pas prétendre que rien n’a changé, que tout le monde va être heureux d’être là. Quand on voit par exemple Ash vs. Evil Dead, qui a fait quelque chose de vraiment courageux. C’est prendre une franchise de trois films, portés par un seul personnage (Ash Williams incarné par Bruce Campbell) qui a par la suite donné des personnages secondaires. Ou comme Wet Hot American Summer : First Day at Camp qui a utilisé les souvenirs des téléspectateurs du film original et a réussi à en faire quelque chose. Ces deux exemples ne sont pas des séries qui sont revenues à la vie mais des films cultes qui ont donné une suite à l’écran (ou un prequel dans le cas de Wet Hot). Ces deux séries n’ont jamais cherché à jouer la carte du clin d’oeil : est-ce que vous vous souvenez de moi ? (rires enregistrés) Oui, vous vous souvenez de moi alors prenons soin de ruiner la série que vous avez aimé par le passé. Ces deux séries fonctionnent donc car elles ne ne regardent pas le passé. 24 : Live Another Day fonctionnait aussi car elle ne jouait pas totalement cette nostalgie mal placée, mais tentait simplement de poursuivre les aventures de Jack Bauer de la meilleure façon qu’il soit, dans un tout nouveau lieu.

Ainsi, la nostalgie à la télévision ne fonctionne pas totalement car elle vit dans le passé alors qu’elle devrait apprendre du présent afin de ressembler à quelque chose de plus actuel qui n’a pas besoin de jouer avec les références au passé pour séduire. Fuller House aurait été une bien meilleure comédie si elle n’avait pas chargé le clin d’oeil à tout prix et à faire des dialogues insipides pour enrober le tout. X-Files aurait fonctionné si elle n’avait pas complètement foiré la mythologie de la série en introduisant des enjeux ridicules au milieu de quelque chose qui tenait la route. Et je suppose qu’ils vont encore merder avec Prison Break (surtout quand on sait qu’un personnage va revenir mais bon, ce n’est pas la première fois qu’ils font revenir quelqu’un d’entre les morts alors la frontière reste maigre).

Commenter cet article