Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Backtrack, les revenants (2016)

24 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Backtrack, les revenants (2016)

Backtrack, les revenants // De Michael Petroni. Avec Adrien Brody, Sam Neill et Robin McLeavy.


Ce n’est pas facile de faire du nouveau avec du vieux. En effet, Backtrack reprend tous les effets de style de films du genre comme Apparences, Intuitions, Sixième Sens et j’en passe mais étrangement, le mélange reste suffisamment savoureux pour ne pas tomber dans la tambouille dégueulasse que l’on a tendance à nous servir en milk-shake directement en DVD. Bien que Backtrack ne brille pas par son originalité, ce n’est pas vraiment ce qu’on venait lui demander. En partant du principe que Backtrack mélange les genres, il tente de les utiliser à sa sauce. Bien que cela ne soit pas de la plus grande finesse, dans sa globalité le film a au moins l’avantage de ne pas partir en sucette. Il reste agréable, jonglant entre les personnages et les genres de façon assez simpliste ce qui évite bien entendu de perdre son temps ou de passer un mauvais moment. Je dirais que mon avis face à Backtrack reste assez paradoxal puisque le film est prévisible et l’issue l’est tout autant mais sans trop savoir pourquoi, le scénario fourmille d’idées et s’avère creusé à sa façon. Sans compter que Backtrack parvient à installer une vraie ambiance ce qui permet de faire de ce petit film sans prétentions quelque chose de beaucoup plus agréable que prévu.

Un psychothérapeute souffre de cauchemars qui le perturbent. Des étranges visions le conduisent à sa ville natale où il est persuadé d'avoir à résoudre un mystère oublié depuis des décennies.

Michael Petroni (scénariste de La voleuse de livres, Le rite) délivre donc ici un scénario qui colle plus ou moins avec ses sujets de prédilection ce qui n’est pas plus mal. Il connaît son monde et cela se ressent. En effet, le fond de l’histoire est bien présent et nous délivre ainsi quelque chose de vraiment pertinent. Backtrack maintient le spectateur dans une ambiance particulière et les choix que les personnages font vont dans la bonne direction. Oui, on a déjà vu la plupart de tout ce que Backtrack voulait nous raconter depuis le départ et Michael Petroni n’est pas connu pour être un grand scénariste mais j’ai l’impression qu’il a appris des erreurs du passé. On retrouve donc le côté un peu old-school qui faisait notamment le charme de Le rite (bien que je sais que peu de gens partagent mon avis sur ce film). Côté mise en scène, il fait plus ou moins ses premiers pas (en tout cas pour moi) et grâce à une photographie pas trop dégueulasse et quelque chose d’un peu plus ambitieux, le film ne s’en sort pas trop mal et délivre finalement ce que l’on attendait plus ou moins de sa part depuis le début.

Accessoirement, Adrien Brody et Sam Neill sont peut être bien des faiblesses là dedans. Non pas qu’ils soient mauvais au demeurant mais disons qu’ils ne sont pas de grandes surprises. Adrien Brody incarne le héros de façon assez fade, sans creuser vraiment les émotions du personnage quand il le faut (ce qui est forcément une erreur à proprement parler). Puis nous avons Sam Neill le second rôle qui semble avoir perdu foi et incarne alors ses personnages toujours de la même façon. C’est peut-être pour cela que finalement Backtrack sévère aussi sympathique à mes yeux. Finalement, parfois c’est des films dont on attend le moins que l’on finit par être le plus surpris. C’est le cas de Backtrack, malgré tous ses défauts, qui s’avère être un divertissement que je ne m’attendais pas vraiment à voir venir.

Note : 6/10. En bref, un divertissement qui ne manque pas de profondeur.

Date de sortie : 20 avril 2016 - Directement en DVD

Commenter cet article