Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Célibataire, mode d'emploi (2016)

4 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Célibataire, mode d'emploi (2016)

Célibataire, mode d’emploi // De Christian Ditter. Avec Dakota Johnson et Rebel Wilson.


Célibataire, mode d’emploi est une énième comédie romantique qui dans un premier temps cherche à nous laisser penser qu’elle a cassé les codes avant de revenir avec la bonne dose de bons sentiments qui vient déglinguer tout le film. Du coup, bien que l’ambiance soit pile poil celle que j’aime dans ce genre de comédies romantiques, je n’ai pas été si passionné que ça par le résultat. Tiré d’un roman d’une ancienne scénariste de Sex & the City, la forme de ce film ressemble énormément à la série de HBO. Mais plus dans le ton que la série avait utilisée pour ses adaptations cinématographiques que le ton de la série en elle-même. Ce n’est donc pas très filou, mais cela ne veut pas pour autant dire que l’on ne passe pas un bon moment. C’est juste que derrière ce film ne se cache aucune vraie originalité. Nos quatre amies new-yorkaise (cela ne vous rappelle rien ?) enchaînent les flirts dans des lofts de 200m2 en plein Manhattan. Autant dire que c’est un poil too-much. J’aurais préféré une comédie romantique qui évolue et évite d’imaginer qu’elle a changer le tout alors que rien n’a vraiment changé. On retrouve alors certains poncifs du genre, des gags éculés (et un peu lourdingues).

Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s'y prennent bien, ceux qui s'y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David... À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d'amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d'une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l'amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais !

Célibataire, mode d’emploi pioche donc un peu de partout, notamment dans Mes meilleures amies puisque Rebel Wilson est une sorte de bien pâle copie de Melissa McCarthy dans ce film. Sans compter que depuis Mes meilleures amies, j’ai l’impression qu’il y a un genre de la comédie romantique (et d’amies) qui est en train d’être usé jusqu’à l’os. A défaut de trouver Célibataire, mode d’emploi véritablement drôle ou passionnant, le casting se suffit plus ou moins à lui-même. J’adore Dakota Johnson dans le rôle de la femme un peu paumée (on l’avait déjà vu dans 50 Nuances de Grey de toute façon), j’aime bien aussi Rebel Wilson (surtout pour ce qu’elle a déjà fait dans des comédies comme Pitch Perfect ou la série Super Fun Night). Cette dernière a d’ailleurs besoin d’un vrai espace de liberté avec ses personnages, ce qu’elle n’a pas vraiment ici dans cette mauvaise copie d’un personnage que l’on a déjà l’impression d’avoir vu des dizaines de fois. Tout le monde surnage donc au milieu de tout un tas de séquences plus ou moins anecdotiques ce qui dans un sens est un vrai problème mais bon, on a surtout envie de revoir Mes Meilleures amies et un peu oublier la référence pour apprécier un minimum ce que l’on a ici sous les yeux.

Car le divertissement reste honorable par moment, notamment durant la première demi-heure que j’ai trouvé suffisamment bien troussée pour que l’on n’ait pas l’impression de perdre son temps. Puis Célibataire, mode d’emploi plonge petit à petit dans les méandres de la romance à l’eau de rose. Les bons sentiments et les gags lourds viennent s’empilent au grand désarroi d’un spectateur qui était venu cherché autre chose, ou en tout cas une comédie romantique un peu plus engagé. Notamment car ce son des femmes, je m’attendais à quelque chose de féministe, alors que tout est faussement féministe. Christian Ditter (Le club des Crocodiles) ne brille pas par sa filmographie et sa façon de mettre en scène n’a rien de désolant. C’est très formaté, très Hollywood post-Mes meilleures amies. Pas de quoi fouetter un chat en somme…

Note : 4.5/10. En bref, il y a de bons trucs dedans mais petit à petit le film s’enfonce dans les méandres de la comédie romantique à la mord moi le noeud. Dommage.

Commenter cet article