Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episodes 12 et 13.

31 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episodes 12 et 13.

Brooklyn Nine-Nine // Saison 3. Episodes 12 et 13. Nine Days / The Cruise.


Brooklyn Nine-Nine est une série solide, capable de faire des choses différentes ou encore capable de faire des intrigues assez grandes avec des petites choses. Mais son concept ne va pas toujours avec ce que peut vraiment développer. C’est une série où les protagonistes s’inspirent souvent d’univers policiers comme Die Hard et avec « The Cruise », la série tente quelque chose de différent qui n’est pas sans rappeler Speed 2 : Cruise Control. L’inspiration est bonne et cette année, après un épisode sur Die Hard (« Yippie Kayak »), cette fois-ci, Brooklyn Nine-Nine s’intéresse à un autre film d’action culte. Bon, ce n’est pas non plus Speed 2 de A à Z mais cela fonctionne. Avec le retour du Pontiac Bandit, Doug Judy (incarné par Craig Robinson) est une bonne chose. L’acteur est drôle, charismatique qui n’a pas encore trouvé la bonne série pour utiliser au mieux son talent. Les épisodes avec le Pontiac Bandit c’est un grand classique pour Brooklyn Nine-Nine depuis que le personnage a été introduit, un peu comme les épisodes d’Halloween. Et j’adore ce personnage, non seulement par rapport à l’humour que la série a développé autour de lui, mais pas seulement car c’est un personnage que j’aime beaucoup.

« The Cruise » est donc un bon classique, un bon épisode dans son ensemble qui donne l’impression que Brooklyn Nine-Nine ose des choses et parvient à faire fonctionner tout son univers autour. Il y a des scènes assez drôles dans leur ensemble, peut-être aussi car « The Cruise » utilise à merveille les personnages dans l’univers donné. Le cold-open avec Boyle et Jake était déjà un bon signe que cet épisode ne pouvait pas être raté. Mais tout se suit très bien, en grande partie car justement Doug est l’un des personnages récurrents qui s’intègre le mieux dans l’univers de Brooklyn Nine-Nine.

Amy - « I love you »
Jake - « Noice. Smort. I love you too. »

Tout au long de l’épisode, il y a des petites répliques qui engagent encore une fois le téléspectateur dans le développement des personnages mais pas seulement. Toute l’intrigue Holt, Terry et Gina a beau être plus ou moins annexe au reste, elle n’en reste pas moins très drôle aussi. Je crois que ce qui fonctionne le mieux ici c’est Holt. Ce dernier est continuellement un personnage à la hauteur du talent de Andre Braugher et ce dernier sait nous montrer tous ses atouts. Cependant, on ne peut pas parler de réussite avec « Nine Days » qui fait clairement partie des épisodes les plus décevants de la saison.

Non seulement cet épisode n’était pas vraiment drôle mais en plus de ça, je l’ai trouvé un peu pathétique à mon goût. C’est un épisode avec des choses qui fonctionnent mais pas l’énergie qui va avec. On a donc l’impression que les personnages sont retenus par un scénario qui ne sait pas vraiment utiliser leurs atouts de la façon la plus judicieuse qu’il soit. Je dois surement en attendre un peu trop avec Brooklyn Nine-Nine par moment, mais je ne pense pas que cela soit une mauvaise chose, d’autant plus que globalement cet épisode démarrait de façon assez solide, puis après un bon cold-open, délivre ce qui se fait de plus mauvais dans le registre de la série. Peut-être aussi que cet épisode un peu trop simple et classique de Brooklyn Nine-Nine ne colle pas avec ce à quoi la série nous avait habitué ces derniers temps, osant des trucs comme « Yippie Kayak » ou encore l’épisode suivant « The Cruise ». Du coup, « Nine Days » ne supporte pas vraiment la comparaison, et c’est peut-être pour cela que je n’aurais pas dû regarder ces deux épisodes l’un à la suite de l’autre. Quoi qu’il en soit, il y a donc de bonnes idées ici et là qui sont justement mal utilisées ou qui ne font pas la part belle à l’humour dont les personnages sont capables.

Du coup, l’intrigue principale de l’épisode tombe à plat, Andy Samberg ne parvient pas à faire grand chose de neuf et l’ensemble a peut-être des problèmes. Même Rosa et Boyle n’ont pas grand chose à nous offrir nécessairement et c’est vraiment dommage. Quoi qu’il en soit, je suis persuadé que la série a énormément de choses à raconter et ce n’est pas plus mal. J’ai juste hâte de voir la suite de la saison.

Note : 3/10 et 9/10. En bref, deux épisodes très divergents.

Commenter cet article