Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Criminal Minds : Beyond Borders. Saison 1. Episodes 8 et 9.

15 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Criminal Minds Beyond Borders

Critiques Séries : Criminal Minds : Beyond Borders. Saison 1. Episodes 8 et 9.

Criminal Minds : Beyond Borders // Saison 1. Episodes 8 et 9. De Los Inocentes / The Matchmaker.


Un épisode xénophobe sur le Mexique, cela devrait sûrement faire plaisir à Donald Trump. Je pense que ce dernier doit être un grand fan de Criminal Minds : Beyond Borders et s’il n’a pas encore regardé cette série, elle colle parfaitement à sa peur et haine de l’étranger sur le sol américain. Dans « De Los Inocentes », quand une femme part en vacances au Mexique avec sa famille, elle est victime de quelque chose de terrible. Notre équipe de IRT enquête alors que son mari est le premier suspect dans cette affaire une fois qu’il décide de s’échapper. S’appuyant sur la vision très raccourcie des américains des mexicains, Criminal Minds : Beyond Borders continue de tenter de démontrer qu’aller à l’étranger c’est quelque chose de dangereux. Mais bon sang qui peut oser dire des trucs pareil ? Certes, raconter des histoires de crimes à l’étranger n’est pas une mauvaise idée mais je trouve que cela ne fonctionne toujours pas ici. Christopher Barbour signe ici son premier épisode pour cette série après avoir travaillé pendant des années sur Les Experts. Je trouve dommage qu’ils n’aient pas utilisé le Mexique comme un terrain de jeu différent. C’est un pays frontalier aux Etats-Unis, ils devraient donc éviter d’être aussi xénophobe avec eux mais malheureusement, le ton de la série ne change pas et les erreurs continuent.

C’est vraiment dommage, d’autant plus que Criminal Minds : Beyond Borders semble complètement partir en sucette par moment. Tout au long de cet épisode mexicain, je me suis demandé si Criminal Minds : Beyond Borders pouvait réellement nous surprendre et aller dans une direction un peu plus judicieuse. A contrario « The Matchmaker » est un poil différent. Les scénaristes ne comprennent pas forcément plus le pays dans lequel ils vont se rendre (en l’occurence la Turquie) mais le scénariste maîtrise un peu mieux l’action. Déjà à l’origine d’épisodes de NCIS : Los Angeles et consultant sur des séries comme Rogue ou The Following, Tim Clemente semble cerner à quoi doit ressembler une série qui fonctionne sans passer pour la plus ridicule de toutes. Il faut dire que le scénariste est aussi un ancien du FBI et est connu pour son travail sur plusieurs films et séries (dernièrement sur Blindspot). La seule chose qui lui fait défaut c’est sa connaissance plus qu’étriquée du sol turc. Une jeune américaine décide de partir rejoindre son petit amie en Turquie et l’IRT suspecte qu’elle est en danger après avoir été piégée par quelqu’un qui se fait passer pour son petit ami. L’histoire n’est pas sans faire certains échos à Taken (et plus particulièrement le second volet qui était tourné à Istanbul) mais contrairement à la production de Luc Besson, Criminal Minds : Beyond Borders n’est pas tourné sur le sol du pays.

Du coup, tout ce qui est représenté l’est fait avec un laxisme assez détonnant. Il n’y a pas vraiment de respect du pays et de sa culture et les gros sabots américains débarquent pour tenter de régler une histoire sans pour autant faire attention aux règles. Car sur le sol turc, on a l’impression que le FBI agit comme s’il était sur le sol américain alors qu’au fond, on sait pertinemment qu’ils n’ont pas la juridiction nécessaire. On pourrait donc surtout dire que l’ensemble fonctionne grâce à de l’action assez bien maîtrisé et des personnages suffisamment sympathiques pour ne pas nous perdre complètement. Je pense vraiment que c’est déjà beaucoup (et suffisant). Au rythme auquel je vais, je vais sûrement terminer la saison 1 de Criminal Minds : Beyond Borders mais je dois avouer que malgré certains épisodes sympathiques comme celui-ci (par rapport à d’autres), je reste circonspect par tant d’horreurs sur les étrangers. Criminal Minds : Beyond Borders va être difficile à accepter à l’export, à moins que les pays étrangers ne soient pas trop regardant…

Note : 2/10 et 4.5/10. En bref, avec certains efforts sur l’action faits dans le second, il évite de trop prendre l’eau. L’épisode au Mexique est certainement le pire que j’ai vu depuis le début…

Commenter cet article