Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.. Saison 3. Episode 18.

1 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Agents of S.H.I.E.L.D.

Critiques Séries : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.. Saison 3. Episode 18.

Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. // Saison 3. Episode 18. The Singularity.


Après la fin de l’épisode précédent, je dois avouer que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre dans cet épisode. Mais j’avais hâte de voir ce que Agents of S.H.I.E.L.D. avait en stock. Le résultat est très différent de ce que j’avais réellement envie de voir. En effet, « The Singularité » n’est pas un mauvais épisode mais il n’est pas totalement à la hauteur des attentes que le cliffangher précédent a créé. Avec la transformation de Daisy en une super-vilaine je pensais vraiment que la série allait capitaliser là dessus mais c’est un peu le contraire de ce qu’elle fait. L’épisode sépare tout le monde en deux parties. La première se transforme en une sorte de série d’espionnage d’un autre temps quand la seconde se balade un peu afin de réaliser des missions discutables. On sent que les scénaristes cherchent surtout à mettre en place des choses pour le dernier épisode de la saison. Dans un sens, cet épisode reste assez correct mais c’est aussi un épisode qui ne prend le temps de rien faire et de ne pas trop peser les conséquences de l’épisode précédent. Les enjeux augmentent mais tout cela se fait sans donner aux personnages de l’espace pour respirer et donc nous intéresser vraiment à ce qu’ils entreprennent.

Je trouve que ce qui se fait de mieux dans cet épisode c’est toute la partie avec Daisy (même si Ward continue de me taper sur le système avec sa nouvelle garde robe inspirée de Matrix). Cela permet de continuer l’histoire de la saison tout en augmentant les enjeux. Certes, Agents of S.H.I.E.L.D. ne donne pas suffisamment de place à cette histoire pour qu’elle ait le temps de faire grand chose mais c’est sympathique malgré tout. Ensuite, je pense que je mettrais Fitz et Simmons, uniquement car ces deux là vont très bien ensemble. Leur histoire n’a pas de grand intérêt. En transformant cette partie de l’épisode en une sorte de Mad Men des années 2010 avec une touche d’espionnage dedans, Agents of S.H.I.E.L.D. ne fait rien de vraiment palpitant. Mais Fitz et Simmons vont tellement bien ensemble que cela passe assez bien. Ils sont grandement aidé aussi par la présence de John Hannah. J’adore ce dernier et à chaque fois que je l’ai vu apparaître dans l’épisode, je n’ai pu m’empêcher de repenser à A Touch of Cloth, la série parodique policière britannique dans laquelle il a joué par le passé. Il se trouve qu’il a une place intéressante dans cet épisode, même si ce n’est pas forcément ce que Agents of S.H.I.E.L.D. ait fait de plus palpitant.

Puis je dirais que c’est au tour de May et Coulson. Ces deux là errent un peu dans tous les sens et si l’intérêt de l’histoire reste minime, j’ai au moins ri quand Coulson sort son bouclier estampillé S.H.I.E.L.D.. Finalement, Agents of S.H.I.E.L.D. délivre ici un épisode en demi-teinte qui pèse les conséquences par moment mais ne réussi pas totalement à être palpitant comme il devrait l’être.

Note : 5.5/10. En bref, la série fait quelques erreurs de débutante.

Commenter cet article