Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Flash. Saison 2. Episode 21.

12 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Flash

Critiques Séries : The Flash. Saison 2. Episode 21.

The Flash // Saison 2. Episode 21. The Runaway Dinosaur.


Un épisode de The Flash réalisé par Kevin Smith c’est un petit évènement. Encore plus en étant nommé « The Runaway Dinosaur ». Après une série d’épisodes décevants, on pourrait croire seulement avec ce titre que la série est partie en sucette mais au fond, je trouve que cet épisode est assez réussi dans son ensemble, jouant la carte de la métaphore du dinosaure qui permet à Barry d’aller de l’avant avec son traumatisme. L’épisode ne fait pas vraiment évoluer l’histoire de Zoom (et il fallait s’y attendre), surtout quand on voit qu’il n’apparait que dans les deux dernières minutes de l’épisode, et cela aurait pu être un vrai problème en sachant qu’il ne reste que deux épisodes après celui-ci avant la fin de la saison. Du coup, la série tente de jouer une carte différente où le but est de récupérer Barry (qui avait disparu à la fin de l’épisode précédent) mais aussi de permettre à ce dernier de passer outre ses traumatismes. Dans un sens, cet épisode fonctionne bien car il change un peu la dynamique que l’on a pour habitude de voir. Certes il y a toujours un méchant de la semaine que notre Team Flash doit combattre mais c’est loin d’être ce qu’il y a de plus important. C’est un épisode qui permet aussi d’étendre la mythologie de Flash, au moins pour l’univers de la série, pas nécessairement pour toute la mythologie de l’univers DC des séries de The CW.

Cet épisode nous permet de comprendre que l’histoire de la rapidité de Barry est beaucoup plus complexe que simplement de la rapidité. C’est une bonne chose de voir nos personnages préférés jouer des versions différentes d’eux ce qui change de ce que l’on a pour habitude de voir une fois de plus dans The Flash. Kevin Smith adopte de son côté les codes de la série tout en apportant sa propre vision des choses, elle aussi bien sympathique qu’elle ne change finalement rien du tout. Ce n’est pas un cinéaste d’auteur qui aurait été engagé pour son visuel légendaire. C’est un grand fan de DC, un nom, mais au delà du fait qu’il donne un caméo à Jason Mewes, ce n’est pas un épisode impressionnant. Il n’y a pas de Kevin Smith touch, mais peu importe. Cet épisode ressemble à un bon épisode de The Flash qui tente de creuser un peu plus les émotions de son héros. Les questions que ce dernier se pose et le traumatisme d’avoir perdu sa mère reviennent sur le devant de la scène avec en parallèle un vilain qui semble sortir tout droit d’un épisode de The Walking Dead avec un peu plus de protéines bien entendue. Du coup, The Flash délivre un épisode classique mais dans le bon sens du terme. Je n’en attendais pas moins de sa part, surtout après les deux déceptions que l’on a connu ces derniers temps.

Note : 7.5/10. En bref, un retour avec émotion sur les traumatismes de notre héros.

Commenter cet article