Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : BrainDead. Saison 1. Episode 2.

23 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #BrainDead

Critiques Séries : BrainDead. Saison 1. Episode 2.

BrainDead // Saison 1. Episode 2. Playing Politics… A Critique.


Ce qui est étrange avec BrainDead au delà de ce sentiment de voir une version loufoque de The Good Wife, c’est qu’elle arrive à briller par moment et à d’autres pas vraiment. J’ai notamment beaucoup aimé le précédemment dans BrainDead sous forme de chanson. C’était parfait pour nous remettre dans le bain de la satire qu’est cette série. De plus, il y a des séquences qui sont véritablement funs comme celle des fourmis que Laurel n’arrive pas à tuer avec son insecticide ou encore la séquence finale qui est assez digne d’un bon Mars Attack ! sans avoir la folie d’un Tim Burton bien entendu. Les King tentent encore des choses dans ce second épisode, afin de donner de la matière à Laurel pour mener sa petite enquête. Car petit à petit, on en apprend des choses sur elle, l’univers dans lequel elle évolue et ses découvertes sont plutôt intéressantes finalement. Cette histoire de cerveau qui explose c’est presque beaucoup mais dans un sens cela fonctionne très bien. L’aspect comédie est là, comme un bon gimmick qui permet aussi à BrainDead d’être agréable à suivre. Ce n’était pas gagné d’avance, clairement, mais la série fait donc de très belles choses. Laurel est clairement le meilleur personnage de BrainDead, peut-être aussi car cela semble être le seul a avoir encore une conscience.

Elle se pose des questions et la paranoïa constante dans laquelle BrainDead nous plonge s’avère suffisamment accrocheuse pour nous donner envie de rester jusqu’au bout. BrainDead est de toute façon une série ambitieuse et son ambition est celle de combiner un thriller paranoïaque de SF avec de la comédie noire et une satire politique. Tout cela est mélangé avec un brin de genre horrifique histoire de nous accrocher à des moments gores qui peuvent devenir suffisamment mémorables pour imprimer chez le téléspectateur la case de diffusion de la série. Enfin, c’est ce que je pense. Situer la série dans le présent était une autre bonne idée dans le sens où BrainDead parvient à s’inspirer des figures politiques actuelles qu’il y a aux Etats-Unis afin de faire son beurre. C’est cynique par moment mais les King maîtrise les sarcasmes qu’ils ont déjà utilisé et testé dans The Good Wife (ne serait-ce que dans l’histoire de la NSA par exemple qui se rapproche presque du ton de BrainDead par moment). La mise en scène, toujours très proche de celle de la précédente série des King a de quoi perturber légèrement. C’est une marque de fabrique que ces zooms sur des écrans d’ordinateurs, ces violons qui en musique de fond viennent donner un certain ton d’urgence, etc. Les intrigues sont encore au stade de l’éclosion mais ce second épisode reste prometteur. A suivre en somme…

Note : 6/10. En bref, BrainDead reste prometteuse.

Commenter cet article