Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 11. Episode 14.

11 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 11. Episode 14.

Esprits Criminels // Saison 11. Episode 14. Hostage.


Cette histoire m’a étrangement fait penser à l’histoire de cette femme qui avait été séquestrée dans un sous-sol, violée et qui avait ainsi donné naissance à plusieurs enfants qui vivaient avec elle dans ce sous-sol. Quoi qu’il en soit, cet épisode est assez intéressant pour ce qu’il tente de raconter. C’est l’histoire d’un homme qui kidnappe, qui torture. Le criminel de la semaine est un sadique qui n’a aucunes limites. Au fond, c’est pile poil ce dont on pouvait rêver pour une bonne histoire. Criminal Minds prouve qu’elle a su revenir à ses racines plutôt que de tomber dans certaines facilités qui manquaient cruellement d’intérêt. Ce pédophile misogyne (c’est sacrément fort comme notion mine de rien) est capable de toutes les saloperies. Son dada ? Torturer de jeunes filles et ensuite les mettre enceinte. Je me demande parfois comment quelque chose de ce genre là peut exister dans ce bas monde. « Hostage » est une façon de rappeler que dans le monde il y a des tas de gens complètement fous. La série cherche aussi à nous montrer à quel point notre équipe de la BAU a envie d’arrêter ce fou mais c’est sans compter qu’il y a quelques bons petits twists, notamment quand ils vont retrouver au milieu de l’épisode la seconde fille, Violet.

Tom - « I gave them a good life. They were clothed, fed. »
Hotch - « You repeatedly raped and tortured them. »
Tom - « Children need discipline. »

Cet épisode est aussi intéressant par rapport au fait qu’il n’offre pas d’histoire personnelle pour le tortionnaire afin d’expliquer ce qu’ils ont vécu. Rien n’était fait dans cet épisode pour tenter de rendre le méchant de l’histoire un peu plus humain. Je dois avouer que cela sort un peu de certains carcans du genre. Il a été un monstre du début à la fin. Il n’y a rien de pire que les criminels qui s’en prennent aux enfants et je pense que Criminal Minds s’est trouvée ici une belle petite histoire à raconter afin de nous montrer à quel point tout cela est justement terrible. Côté casting, nos jeunes filles incarnées par Amelia Rose Blaire (la plus intéressante de toute) et Rebekah Kennedy, ont fait du bon boulot là aussi afin de nous montrer à quel point elles ont été touchées par ce qui leur est arrivé. Surtout que Criminal Minds tente justement de créer une histoire autour de ce syndrome de Stockholm. De voir à la fin de l’épisode cette mère tuer celui qui a fait autant de mal à sa fille est une façon intelligente de conclure une histoire terrible. La citation finale a d’ailleurs toute sa symbolique là dedans. Comme quoi, c’est bien la preuve que Criminal Minds peut encore délivrer des histoires impressionnantes.

Note : 6.5/10. En bref, une bonne petite affaire.

Commenter cet article