Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Game of Thrones. Saison 6. Episode 8.

13 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Game of Thrones

Critiques Séries : Game of Thrones. Saison 6. Episode 8.

Game of Thrones // Saison 5. Episode 8. No One.


A la fin de l’épisode précédent, la série nous laissait avec Arya, à mi chemin entre la vie et la mort sauf que l’on sait qu’elle ne va pas mourir. Pourquoi ? Car c’est prévisible et que George R.R. Martin ne peut pas tuer un personnage amené à devenir aussi intéressant qu’Arya. Pour ce qui est de la suite directe de cette aventure, il faut attendre la fin de l’épisode pour que cela prenne réellement forme alors qu’Arya est de nouveau en danger dans une scène de course poursuite assez efficace dans les rues pavées. Si l’issue est là aussi prévisible, l’intérêt est de donner à Arya la force de retourner chez elle. Quand elle dit que la maison Stark est à Westeros et qu’elle doit donc retourner là bas, c’est le premier signe que Game of Thrones est en train de petit à petit rassembler tous ses personnages au même endroit. Arya a créé un piège pour la Waif avec Needle et bien que l’issue de tout cela soit assez logique et simpliste, dans un sens j’ai beaucoup aimé le passage fun de la course poursuite. C’est filmé presque comme un film d’horreur avec la Waif qui marche et parvient toujours à rattraper Arya alors que cette dernière court à moitié. C’est donc dommage de jouer autant sur le destin d’Arya car c’est loin d’être ce qu’il y a de plus intéressant. On connaît déjà le destin du personnage et sans même avoir lu le livre, j’imagine déjà ce à quoi il faut s’attendre l’année prochaine (car il ne reste que deux épisodes cette année et c’est trop maigre encore).

Par ailleurs, j’aime bien la façon dont Cersei a été déchue depuis l’an dernier. Elle est là, mais sa place n’est plus celle qu’elle était auparavant. Tommen semble prendre les choses en charge désormais, bannissant le procès par combat, mais le plus important est le fait que Kevan la force à joindre les autres femmes de la cour. Pour celle qui a été la Reine de Westeros, la Régente, etc. elle est désormais réduite à personne, comme le titre de l’épisode vient le dire. Enfin, surtout comparé à ce qu’elle a pu être par le passé. J’aime bien l’évolution de Cersei dans Game of Thrones. C’est une femme qui est constamment trainée dans la boue qu’elle a créé. Elle subit les conséquences de ses bêtises mais justement c’est ce que j’aime dans cette série. Elle a fait en sorte de se battre toute sa vie pour être respectée par son père et ses frères, alors être réduite à une femme de la cour, forcément c’est quelque chose qui touche à sa dignité. Pour autant, cela n’en fait pas un arc important dans l’épisode. Cersei a beau représenter quelque chose, c’est surtout le passé de la série qui lui donne cet intérêt. Autrement, son personnage est en train de s’effacer petit à petit. Dans un sens ce n’est pas plus mal, cela permet de mettre de la lumière sur d’autres personnages.

Sandor Clegane de son côté renoue avec son passé dans le but de venger la mort de Septon Ray et des villageois dans l’épisode précédent. On apprend qu’ils étaient des traitres de la Brotherhood. D’un point de vue de la violence, Game of Thrones délivre encore une fois ce qu’il faut. Mais Sandor Clegane n’est pas encore quelqu’un d’aussi intéressant et/ou important que The Hound par exemple. Je me demande donc comment Game of Thrones va faire évoluer toute cette histoire car cela a du potentiel mine de rien mais il faut laisser le temps au temps. A côté de ça, la bataille à Meereen ne fait que commencer. Comme chaque année, Game of Thrones délivre une grande bataille, épique, avec son lot de morts et de rebondissements. L’épisode 9 de chaque saison de Game of Thrones (ou presque) a toujours été un épisode important, mais l’épisode le précédent était aussi important dans sa façon de mettre les choses en place. Pour la première fois (et surtout par rapport à l’an dernier), l’épisode 8 est un peu plus insignifiant à mon goût et c’est peut-être bien ce qu’il y a de plus dommageable finalement. Varys, Tyrion, etc. n’ont pas l’aplomb nécessaire pour donner aux prémices tout l’intérêt que cela devrait avoir. Il faudra sûrement attendre le prochain épisode pour voir le tout décoller.

Note : 6.5/10. En bref, un épisode un brin décevant dans sa façon de mettre des choses en place de façon un poil prévisible.

Commenter cet article

Pascal 14/06/2016 19:14

@delro ta première phrase est très très drôle : Martin ( ou plutôt D & D ) ne peut pas tuer Arya parce qu'elle est importante... Mais t'étais où les 6 saisons précédentes ? Si Martin a prévu de la tuer à un moment ( et c'est bien possible avec lui ) elle mourra comme n'importe qui.

La seule chose de certaine c'est qu'elle n'y passerait pas dans cet épisode.

Florian 14/06/2016 05:27

l'épisode 9 c'Est pour la bataille de Winterfell (the battle of the bastards le titre)
Meereen, on va pas trop l'a voir je pense...

Pascal 14/06/2016 19:12

L'épisode sera consacré à Winterfell et Meereen : visiblement la majorité de l'épisode tournera néanmoins autour de Winterfell sachant que l'épisode dure une heure.

Tim 13/06/2016 20:24

Je ne vois pas pourquoi tu parles de George Martin au début de l'article: il ne participe plus à l'écriture de la série et les showrunners ne sont pas gênés pour tuer des personnages bien en vie dans les romans quand ça les arrangeaient ...

Tim 14/06/2016 19:18

En réalité la série n'appartient pas à George Martin. Il est consulté mais en cas de divergence d'opinion, c'est celle de HBO qui primera.

vts 14/06/2016 12:02

Je suis d'accord mais l'avis de G.R.Martin est très important je pense qu'il est au courant de tout dans la série (peut être pour ne pas le brusquer) mais en tout cas je pense qu'aucun personnage n'est tué sans son accord

Louca 13/06/2016 16:28

Merci pour cette critique. Cependant, je trouve dommage que tu ne parles pas de ce qui se passe du côté des Tully. Et j'aurais bien aimé que tu parles des retrouvailles entre Brienne et Jaime.