Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 4. Episodes 7 et 8.

24 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Orange is the New Black

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 4. Episodes 7 et 8.

Orange is the New Black // Saison 4. Episodes 7 et 8. It Sounded Nicer in my Head / Friends in Low Places.


J’ai réellement réussi à me réconcilier avec Orange is the New Black cette année. Outre le fait que je ne peux plus me voir en peinture les flashbacks, la série parvient malgré tout me faire plaisir. Elle délivre des intrigues intéressantes et les développe comme il se doit. Quand Nicky revient, elle se rend compte que les choses sont différentes : des gardes qui ne répondent pas à de simples questions, des Nazis qui sont confortables à l’idée de dire qui ils sont réellement, et des limites strictes sur les câlins alors qu’elle retrouve sa famille. Après avoir passé trois saisons à humaniser les personnages dans la prison, cette saison 4 menace cette humanité et c’est peut-être pour cela que Orange is the New Black fonctionne si bine cette saison. Je n’ai le souvenir que d’un mauvais épisode pour le moment et « It Sounded Nicer in the Head » est le premier épisode de la saison qui m’a donné l’impression qu’il voulait s’attarder sur Piper. Les flashbacks sur Lolly nous permettent de comprendre mieux le personnage mais la série fait le double propos à la fois dans le passé et dans le présent quand elle a sa petite discussion avec Healy. Le fait de se répéter autant est un problème narratif récurrent dans les séries avec des flashbacks. Cependant, c’est Piper qui est le centre de l’attention et c’est sur elle qui se concentre les terribles conséquences alors que le cliffangher la transforme en … nazi.

Elle n’a jamais voulu s’associer avec un mouvement blanc et au fond elle n’a jamais voulu tout cela. Mais les erreurs de Piper ne sont pas pour autant innocentes et je n’ai pas spécialement de sympathie pour elle. Elle n’est pas invitée à la petite sauterie de Nicky et elle n’a personne avec qui parler. Dans un sens, Piper est seule. La conclusion prouve cette solitude et le fait qu’au fond elle ne peut pas se relever aussi facilement. Je ne comprends pas nécessairement où est-ce que Orange is the New Black veut en venir par moment, notamment car cela manque toujours d’un brin d’âme pour moi. J’ai perdu mon attache à la série l’an dernier et je n’arrive pas à réellement la retrouver cette année non plus. Quoi qu’il en soit, les intrigues sont bonnes et l’évolution de chacun démontre aussi à quel point la série fait les choses différemment. Piper de son côté est quelqu’un que je ne m’attendais pas du tout à voir ainsi. Et puis Lolly et sa machine à remonter le temps c’est sacrément ridicule. Je sais bien que Lolly est complètement tarée mais franchement, ce n’était pas nécessaire de tomber là dedans. En tout cas, pas de mon point de vue. Il n’y a pas vraiment d’espoir pour les femmes de Litchfield et l’épisode s’achève sur quelque chose de particulièrement sombre.

La série n’oublie pas pour autant son axe comique avec quelques scènes qui valent réellement le coup d’oeil. Dans « Friends in Low Places », c’est encore une fois Piper qui est au centre de l’histoire sans que l’on ne s’en rende réellement compte. Elle a besoin de réconfort au début de la série et c’est ce qu’elle va tenter de trouver difficilement. D’ailleurs, Piper n’a même pas Nicky ou Alex, deux femmes qui étaient souvent avec elle ces dernières années. Alex et Nicky ont été volontairement éloignées d’elle ce qui dans un sens est une très bonne chose. Judy King est peut-être bien un personnage qui a pris plus de place cette année que beaucoup d’autres. En effet, elle a presque pris la place de Red dans un sens et bien que cela ne soit pas forcément une mauvaise idée, je ne suis pas toujours pour le changement et en l’occurence ici je ne suis pas pour. Blair Brown (Fringe) est excellente dans son rôle et ce n’est pas elle le problème. Je dirais même qu’elle aide réellement à apprécier son personnage. Le problème de Orange is the New Black vient ici d’ailleurs, en grande partie car Red a été mise de côté alors que Kate Mulgrew incarne parfaitement tout ce que j’aime dans cette série, tant dans le dramatique que dans la comédie.

En demandant l’aide de Poussey, Judy se retrouve encore une fois dans l’évolution d’une relation. Les deux femmes développent cette relation depuis la séquence au réfectoire il y a 3 épisodes de ça. C’était une jolie petite séquence et cette relation a beau rester assez anecdotique elle n’en reste pas moins agréable dans un sens. Piper retrouve aussi dans cet épisode Nicky et Alex au milieu du mini champ de maïs qu’il y a au milieu de la prison. Piper est au fond du trou, cela se voit sur le visage de moins en moins bien apprêté de Taylor Schilling. Le moment confession dans les maïs est peut-être bien l’un des meilleurs moments de la saison. Ce que je regrette c’est que cela ne dure pas plus longtemps car il y avait justement le potentiel de faire beaucoup plus. Finalement, Orange is the New Black continue d’être sur la bonne voie même si tout n’est pas pour autant parfait.

Note : 7/10 et 9/10. En bref, il y a de belles choses dans ces deux épisodes et c’est grandement aidé par un épisode sans flashbacks (4.08) encore une fois…

Commenter cet article