Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Preacher. Saison 1. Episode 3.

20 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Preacher

Critiques Séries : Preacher. Saison 1. Episode 3.

Preacher // Saison 1. Episode 3. The Possibilities.


Après deux épisodes particulièrement forts et riches, « The Possibilities » semble avoir un peu trop de mal avec le rythme d’un coup d’un seul. Disons qu’il y a tellement de choses à décanter que cela reste compliqué de le faire dans un épisode. Le ton reste le même que les deux précédents épisodes, le casting continue d’être bon dans sa façon de faire, et certaines séquences sont assez fortes et efficaces. Mais il y a quelque chose qui me chiffonne un peu dans cet épisode, c’est peut-être le sentiment que les scénaristes ne savent pas trop comment raconter cette (belle) histoire. Ils continuent de nous balancer des tas de trucs en pleine figure à l’écran, ce qui dans un sens et à court terme reste intéressant. On ne s’ennuie pas et tout le monde semble s’agiter autour de quelque chose mais même si cela colle parfaitement à l’idée que je me fais de Preacher, qui est celle d’une série qui nous balance des trucs en pleine figure constamment, ce n’est pas suffisant pour le long terme. On apprend encore à connaître les personnages mais les enjeux ne sont pas super bien définit. Le « Preacher » est un personnage important, il continue d’apprendre à connaître et utiliser ses pouvoirs mais une fois de plus autour de ça il manque un petit liant qui pourrait soutenir un peu mieux ce que veut devenir la série sur le long terme.

Ce n’est que le troisième épisode donc ce n’est pas encore le plus gros problème de Preacher, mais disons que cela peut rapidement en devenir un. Du coup, le coeur même de Preacher et donc de cet épisode ici est censé être la découverte de Jesse qui va tester un peu ses pouvoirs. C’est ce qui donne envie de revenir après l’épisode précédent, et ce qui nous donne envie de suivre les aventures de Jesse dans cet épisode. C’est aussi ce que le premier épisode de Preacher installait et la série montre alors Jesse avoir du mal à comprendre la nature de ses pouvoirs. Bien entendu, nous avons les gros bras que Cassidy a tué dans l’épisode précédent, qui sont des hommes envoyés du Paradis, ce qui explique en grande partie comment ils ont réussi à revenir cette semaine. Ils disent à Cassidy qu’ils veulent le pouvoir que renferme Jesse, ce qui explique aussi l’idée que le Paradis serait donc impliqué dans toute cette sale histoire et c’est important pour développer la mythologie. Enfin, dans l’idée seulement car Preacher ne semble pas être encline à prendre tout cela en compte assez rapidement, préférant encore une fois nous en jeter plein la figure. Visuellement, c’est donc toujours aussi travaillé, aussi joli. Et le visuel fait une bonne partie de l’intérêt que j’ai pour Preacher.

Mais ce n’est pas suffisant. Il va m’en falloir un peu plus. Je pense qu’une bonne narration demande du temps, demande de se concentrer sur certaines choses et c’est bien ce dont Preacher manque actuellement. Cela ne veut pas dire que c’est mauvais. Comme l’histoire de Tulip qui tente d’amener Jesse avec elle afin de tuer quelqu’un qui les a trahi et qui s’appelle Carlos. Il y a beaucoup à avaler d’un coup d’un seul et Preacher ne cherche pas vraiment à détailler son approche, mais seulement à nous rentrer directement dans la mâchoire. Bien que cela ne soit pas l’histoire la plus compliquée du monde, je trouve qu’il aurait peut-être été intéressant d’en dire plus avant de réellement entrer dans le vif. Du coup, Preacher souffre cette semaine de ce manque de narration ou en tout cas de connaissance des principes narratifs pour pouvoir raconter les choses sous le meilleur angle. Cela ne veut pas pour autant dire que je ne reste pas accroché, mais j’en attend un peu plus. On ne peut pas toujours nous surprendre avec le même plat, il faut aussi savoir changer un peu la formule par moment afin de ne pas nous lasser et le prochain épisode de Preacher aura ce but précis.

Note : 6/10. En bref, un épisode un peu rouillé narrativement parlant qui s’en sort grâce à la folie dont la série continue de faire preuve.

Commenter cet article