Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Preacher. Saison 1. Episode 4.

27 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Preacher

Critiques Séries : Preacher. Saison 1. Episode 4.

Preacher // Saison 1. Episode 4. Monster Swamp.


Après la légère déception que j’ai ressenti devant l’épisode précédent, « Monster Swamp » me permet de retrouver un peu de sérénité. Bon, ce n’est pas l’épisode le plus cohérent du monde, ni même le plus facile à comprendre. Il y a près d’une demi douzaine d’intrigues différentes, certaines sont d’ailleurs beaucoup plus intéressantes que d’autres. Mais chacune de ses intrigues ont du sens malgré tout, et certaines vont même dans une direction aussi surprenante que satisfaisante. La série donne l’impression qu’elle est en train de construire beaucoup trop de choses en même temps. Je discutais de la série ce week-end avec un ami qui s’est mis aux comics et qui n’a donc dit connaître beaucoup plus de choses que la série garde encore pour elle à ce stade de la saison alors qu’au fond c’est presque dommage de tout garder pour elle et ne rien nous révéler directement. Donc Preacher semble construire trop de choses en même temps, balançant le travail sur les personnages en même temps que l’intrigue d’une femme morte. Il y a fort heureusement quelques moments qui sortent du lot et permettent de nous rappeler aussi pourquoi on regarde Preacher. Car dans le fond, cela reste une série avec un univers riche et des tas d’idées. Elle ne les exprime juste pas toutes très bien.

Le cold open colle parfaitement à l’esprit de Preacher et surtout parvient à rapidement capter l’attention du téléspectateur. On a l’impression que la série démarre ici comme un bon petit film d’horreur des années 70. Il y a un côté un peu hommage là dedans mine de rien. Mais l’on réalise alors que tout cela fait partie d’un jeu et cela devient encore plus étrange. Puis la jeune femme tombe et meurt. Cette séquence joue presque le rôle d’une bonne blague potache, comme une référence au cinéma grindhouse avec son humour noir et ses séquences qui marquent l’esprit. Celle-ci en fait partie. Bon, Lacey, la jeune femme morte dans l’épisode, n’a pas vraiment droit à un développant sous jacent mais sa mort énerve Tulip. C’est une façon de remettre sur le devant de la scène les problèmes de Tulip dans le contrôle de sa colère. L’histoire de cette dernière fonctionne réellement et ce qui fait que c’est une belle réussite c’est que la série parvient à révéler des choses en parallèle. Pas seulement vis-à-vis de Cassidy, mais de bien d’autres choses encore. Il peut survivre à des tas de choses et boire du sang, alors elle n’est pas bête, elle sait faire le lien avec ce qui se passe et c’est pour cela aussi que cet épisode fonctionne aussi bien finalement.

Etant donné qu’il y a une relation assez forte qui se construit entre Cassidy et Jesse, et entre Jesse et Tulip (oui, c’est compliqué les relations dans Preacher), cela veut dire que le trio de tête de la série est proche d’être sur la même longueur d’ondes ce qui est un bon signe et va permettre à la série d’aller de l’avant avec un groupe de personnage. Tulip ne sait cependant toujours pas pour les pouvoirs de Jesse mais c’est quelque chose que j’ai hâte de découvrir. Cet épisode permet d’ailleurs à Jesse de toujours tenter de travailler sur la meilleure façon d’utiliser ses nouveaux pouvoirs. Jesse veut faire les choses bien mais imposer à quelqu’un d’obéir à Dieu montre aussi un brin d’arrogance sans penser aux responsabilités qu’il y a derrière son pouvoir. Je pense que tout cela ne va pas bien se terminer, cela ne peut pas être aussi facile de toute façon. Preacher est une série difficile à juger sans connaître tout ce qu’il a à suivre encore derrière. Les choses pourraient d’ailleurs très bien partir en sucette dans le prochain épisode.

Note : 7/10. En bref, la série continue son boulot et le réussi assez bien.

Commenter cet article