Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scott & Bailey. Saison 5. BILAN (UK).

28 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Scott and Bailey

Critiques Séries : Scott & Bailey. Saison 5. BILAN (UK).

Scott & Bailey // Saison 5. 3 épisodes.
BILAN


ITV a annoncé l’annulation de Scott & Bailey, il n’y aura donc pas de saison 6 alors que la série continue de rassembler plus de 6 millions de téléspectateurs. Cette saison 5 a donc su rassembler même si d’un point de vue qualitatif, je trouve que cela n’a pas été totalement au rendez-vous. Ce duo de flic n’était pas forcément exceptionnel mais il était réussi et changeait un peu de ce que l’on avait pour habitude de voir. Cette saison 5 permet de rendre les choses un peu plus sombres tout d’un coup. La série abandonne alors en partie son côté un peu plus tendre et fun pour des éléments plus dramatiques. Scott & Bailey continue donc de dérouler son propre univers autour de cas policiers ici traités de façon légèrement différente. 3 épisodes seulement oblige, la série a su resserrer certains éléments un peu comme a pu le faire Luther a certains moments de son existence quand elle est passée d’un format plus long à un plus court. L’occasion ici est donc de creuser un peu plus les personnages au travers d’une histoire à suivre tout au long de la saison. Si je trouve regrettable de ne pas avoir une saison complète (et donc de ne pas avoir de saison supplémentaire malgré de bons scores d’audiences), Scott & Bailey prouve qu’elle a voulu faire quelque chose de différent et s’est alors accommodée de ce qu’elle a trouvé ici.

En cassant un peu la dynamique des précédentes saisons, Scott & Bailey a voulu prouver que Suranne Jones et Lesley Sharp pouvaient faire d’autres choses dans une ambiance légèrement différente. En choisissant de s’attaquer à une affaire totalement différente de toutes celles que Scott & Bailey a traité auparavant, la série s’est assurée de proposer quelque chose de véritablement nouveau. De plus, la série se rapproche un peu plus des outils modernes alors qu’elle parle cette année d’Internet et de ses dangers. Le monde que cache Internet est forcément intéressant, d’autant plus dans une série policière. Si derrière cela Scott & Bailey reste assez classique et brosse des portraits simplistes, c’est une façon de mieux aborder un sujet complexe en filigrane. En mettant la pression sur l’équipe, en complexifiant les ressorts policiers de l’affaire, Scott & Bailey peut alors se concentrer sur des émotions simples et sur les relations entre les personnages sans avoir besoin d’en faire des tonnes pour compenser. Car c’est souvent ce dont les séries policières classiques ont besoin, de rendre les relations plus complexe afin de ne pas nous donner l’impression que tout est trop facile.

Le fait que l’on soit maintenant attachés aux deux héroïnes rend certains moments critiques pour elles un peu plus intéressants. Cette saison 5 est donc à prendre un peu comme une mini-série jointe au reste de la série, un cas à part traité de façon différente avec des angles de vue qui changent de la série policière traditionnelle (même si dans le fond, les cas de ce genre là sont déjà vu). Mais c’est le fond qui change un peu avec l’arrivée de nouveaux personnages, l’arrivée de nouveaux enjeux aussi dans les relations entre chacun. Par exemple la soeur de Rachel, Alison. Mais ce n’est pas tout, Scott & Bailey pousse alors un peu les murs et décide de ne pas s’arrêter à ce qu’elle faisait déjà auparavant. On est alors très loin de Rizzoli & Isles, la série qui ressemblait le plus à Scott & Bailey. En s’émancipant grandement d’un modèle assez fun et léger, la série a su développer les bons sentiments et des histoires beaucoup plus noires au fil des années. Déjà l’an dernier c’était le cas, mais ça l’est d’autant plus cette année. Surtout que Scott & Bailey n’a pas peur de parler de sujets forts sur l’éthique, sur les problèmes relationnels, etc.

Note : 6.5/10. En bref, une saison réussie grâce à une nouvelle dynamique et des éléments plus sombres.

Commenter cet article