Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Cape Town. Saison 1. BILAN (Afrique du Sud).

23 Juillet 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Cape Town

Critiques Séries : Cape Town. Saison 1. BILAN (Afrique du Sud).

Cape Town // Saison 1. 6 épisodes.
BILAN


Cape Town, la capitale de l’Afrique du Sud, a désormais une série qui porte son nom. Egalement connue sous le nom Mat Joubert, Cape Town est une série basée sur le roman Dead Before Dying de Deon Meyer. L’écrivain a déjà été adapté plusieurs fois. Adapter ce roman de 1996 était un enjeu, surtout vingt ans plus tard. Dans le fond, Cape Town n’a rien d’exceptionnel. C’est une série policière comme les autres qui raconte une histoire comme les autres. Mais à la surface la série sait nous faire voyager au coeur de Cape Town ce qui dans un sens reste assez dépaysant. La dernière fiction que j’ai vu se dérouler dans cette ville doit sûrement être un film avec Paul Walker, pas trop mauvais au demeurant mais pas exceptionnel non plus. Grâce à un casting international, dont l’allemand Boris Kodjoe (qui s’est fait une place dans les séries américaines depuis Undercovers de J.J. Abrams et vu récemment dans The Last Man on Earth), le sud africain germanique Arnold Vosloo (La momie) et puis le norvégien Trond Espen Seim (The Thing, Les héritiers), la série tente de nous proposer un voyager au coeur de la capitale sud africaine. On retrouve certains trucs gênant des fictions allemandes mais aussi d’autres productions qui se déroulent à l’étranger comme Meurtres au Paradis par exemple.

Alors qu'il travaillait sous couverture, le capitaine de police Mat Joubert apprend le meurtre de sa femme Laura. Un an plus tard, il a du mal à remonter la pente malgré la pression que lui mettent ses supérieurs pour qu'il reprenne du service. D'autant plus qu'un nouveau partenaire, Sanctus Snook, lui est associé.

Cela ne fait pas pour autant de Cape Town une mauvaise série. Après tout il y a pas mal de choses intéressantes là dedans et suffisamment de rythme dans les derniers épisodes pour que les personnages aient des choses à nous raconter pour éviter de nous ennuyer. Cependant, la série repose sur trop de choses que l’on a déjà vu en mieux ailleurs. Les personnages ne sont pas nécessairement mauvais mais ils ne sont pas suffisamment bien développés à mon goût. On a donc l’impression de se retrouver avec une série qui ne va pas au fond des choses. Le scénario ne sait pas mettre en avant son histoire, tentant des tas de trucs mais ratant plus ou moins tout ce qu’elle entreprend qui pourrait être mémorable. Une fois que l’on a vu les six épisodes, on ne sait pas trop quoi penser de ce que l’on vient de voir. Tout n’est pas à jeter mais il y a énormément de problèmes narratifs qui donnent l’impression que Cape Town est finalement un écran de fumée. Constamment, on retrouve aussi des tas de plans de vue de Cape Town, sans raison valable et comme un gimmick datant des années 90. Beaucoup de choses superficielles proviennent tout de même de la série, comme la scène embarrassante du voisin qui commente l’homosexualité de Drew Wilson.

Fort heureusement pour nous, Cape Town est aidée par une belle mise en scène. Cape Town est une ville toujours très jolie à regarder qui dépaysement suffisamment pour aider une série au scénario confus. La conclusion de cette histoire est d’autant plus étrange que le suspense est presque inexistant. Je ne connais pas le roman mais apparemment c’est un grand classique de la littérature sud africaine. Mais certaines scènes comme le flashback à la fin qui raconte le pourquoi du comment semble assommer une dernière fois la série d’un coup de massue dont elle n’avait réellement pas besoin. Cape Town est juste stupide de temps en temps, oubliant de nous intéresser à ce qu’elle raconte. On s’ennuie donc terriblement et puis tout d’un coup la série délivre une scène d’action qui vient nous réveiller. L’action est crétine certes mais elle a le mérite d’être suffisamment correcte pour que l’on passe un moment pas trop désagréable. Finalement, si vous aviez envie de tenter l’aventure sud africaine avec cette nouvelle série policière, je peux vous dire que vous faites fausse route. Laissez bien Cape Town où elle est, elle ne mérite pas vraiment votre attention.

Note : 3/10. En bref, souvent écrite avec les pieds, Cape Town manque le sel qui aurait pu la rendre accrocheuse.

Commenter cet article