Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 11. Episodes 17 et 18.

28 Juillet 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 11. Episodes 17 et 18.

Esprits Criminels // Saison 11. Episodes 17 et 18. The Sandman / A Beautiful Disaster.


« The Sandman » c’est tout de même le 250ème épisode de Criminal Minds. Je me souviens que fût un temps, arriver à un chiffre de ce genre là était toujours une façon de célébrer la série, d’inviter des tas de guests et de faire une intrigue qui sort un peu du lot. Cet épisode n’est pas mauvais mais disons que l’épisode n’avait rien de véritablement novateur par rapport au précédent par exemple qui utilisait Morgan de façon assez intelligente et c’est ce genre de choses que j’attends de la part de Criminal Minds. Accessoirement, cet épisode est surtout là pour préparer le terrain du suivant. Ces deux épisodes montent aussi l’implication du casting dans la série. « The Sandman » est réalisé par Joe Mantegna, « A Beautiful Disaster » par Matthew Gray Gubler mais ce dernier a aussi été co-écrit entre Erica Messer (une scénariste de Criminal Minds) et Kristen Vangsness que l’on connait tous sous le nom de Penelope Garcia. De toute façon, qui mieux que les acteurs peuvent comprendre les personnages qu’ils incarnent, surtout après onze ans, je pense que chacun sait comment la série fonctionne et ce qu’il faut faire pour mettre en avant telle ou telle chose. La mise en scène de Joe Mantegna n’apporte pas grand chose de neuf par exemple mais contrairement à l’intrigue de base de l’épisode, je trouve que c’est une assez sympathique façon de mettre tout cela en avant.

Accessoirement, « The Sandman » nous raconte l’histoire d’un cinglé qui a simplement voulu se venger de sa mère alcoolique qui l’a laissé entre les mains d’un pédophile quand il était plus jeune. C’est souvent qu’il y a une justification dans l’enfance du héros et cet épisode trouve encore une fois une façon de raconter le passé du personnage. Le seul problème avec ce fou de la semaine c’est que sa mère est morte alors il a forcément cherché une famille qui ressemblait avec laquelle il pourrait jouer sa vengeance du début à la fin. L’histoire est assez difficile tout de même mais elle permet de poser encore une fois des tas de questions sur le système et la façon dont les enfants sont élevés. J’ai cependant largement préféré l’histoire secondaire alors que Criminal Minds continue de nous plonger dans l’histoire de Morgan. Ce dernier doit gérer les conséquences de la torture qu’il a subit dans l’épisode 11.16 alors forcément, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile. Mais rapidement, le scénario utilise les choses de façon intelligente. C’était assez sympathique de voir Reid gérer le problème parfaitement. C’était aussi touchant de voir le groupe accueillir Morgan avec une petite fête. Tout le monde est aux petits soins avec Morgan, comme si ce dernier n’avait pas été présent depuis très longtemps alors qu’il n’a pas été absent de quoi que ce soit.  

Ce que j’ai apprécié dans cet épisode c’est la façon dont Criminal Minds tente d’introduire de nouvelles menaces pour la BAU. Après tout, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile mais c’est quelque chose que j’apprécie malgré tout. « A Beautiful Disaster » fonctionne assez bien dans son ensemble, et surtout beaucoup mieux que « The Sandman », peut-être car la BAU est en danger et qu’elle doit trouver un menace de venir à bout de cette menace qui plane autour d’elle. On reprend les choses là où elles avaient été laissées. C’est toujours appréciable de voir une série avoir des épisodes qui se suivent avec un cliffangher et la suite directe, pas des conséquences six mois plus tard. J’ai toujours détesté cette façon de raconter des histoires car c’est comme fuir la difficulté que cela peut être de rebondir sur un élément introduit. Le mystérieux ennemi de Morgan nous est révélé dans cet épisode. Il s’agit de Chazz Montolo, le patron d’une mafia criminelle et le mère de Giuseppe Montolo, l’homme emprisonné qui a été empoisonné quand il était interrogé par Morgan dans l’épisode 11.07. Finalement, Criminal Minds créée des liens intéressants entre les intrigues et les personnages, ce qui sort un peu du commun. Chazz en veut donc à Morgan pour la mort de son fils. Les conséquences sont assez bien développées et l’épisode est utilisé de façon intelligente pour donner un coup de fouet aux intrigues personnelles.

Finalement, Criminal Minds trouve donc toujours quelque chose à raconter afin de mettre en danger ses personnages préférés. Cette année c’est Morgan et je trouve que son histoire est peut-être bien l’une des plus intéressantes que Criminal Minds nous ait offert depuis ses débuts. J’aimerais bien que cela dur un peu plus longtemps mais bon, le plaisir aura été court mais efficace. Parfois, ce n’est pas toujours bon les intrigues qui trainent en longueur. Je me demande toujours si Jennifer Love Hewitt va revenir un jour dans la série, son personnage me manque un peu (comme celui de Rachel Nichols par exemple mais bon, je sais que cette dernière ne reviendra jamais dans la série, à mon grand déplaisir).

Note : 5/10 et 8.5/10. En bref, les intrigues touchant de très près la BAU sont toujours les plus intéressantes.

Commenter cet article

Duchatelet 23/11/2016 23:35

Stop stop et stop.... Vous ne savez que parler de skisophrenie et soumettant qu ils sont des criminels. Pensez aux souffrants, famille etc... Et revisez la definition de cette terrible maladie. Ceci doit etre denonce.