Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale. Saison 17. Episodes 16, 17, 18 et 19.

22 Juillet 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : SVU

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale. Saison 17. Episodes 16, 17, 18 et 19.

New York, Unité Spéciale // Saison 17. Episodes 16, 17, 18 et 19. Star-Struck Victims / Manhattan Transfer / Unholiest Alliance / Sheltered Outcasts.


Avec un peu de retard, j’ai décidé de me mettre à jour sur SVU. Cela fût tout de même très difficile dans le sens où je ne m’attendais pas nécessairement à être autant à la bourre. Mais trêve de plaisanterie, avec ces quatre épisodes, j’ai surtout découvert à quel point SVU lie ses intrigues et ses personnages pour proposer une réflexion intelligente sur la société actuelle et surtout sur les crimes de la société actuelle (et si l’on veut être encore plus précis, les crimes sexuels puisque c’est le domaine de prédilection de SVU). Donc nous avons encore une affaire de viol, une conspiration, des flics corrompus, un prêtre qui abuse sexuellement d’enfant (et ceux qui couvrent ce genre de crimes, un peu comme Barbarin à Lyon…), etc. Ce que j’apprécie avec ces épisodes c’est surtout ce que l’histoire tente de raconter autour d’eux. La série cherche donc à proposer de plonger dans la vie de chacun, notamment dans « Unholiest Alliance » qui est probablement l’un de mes épisodes préférés de la saison. Les histoires de flics corrompus et de prêtres qui abusent sexuellement d’enfants est l’occasion pour Carisi de nous en dire un peu plus sur son passé et ce qui l’a conduit à devenir flic précisément à l’unité spéciale.

C’est une histoire forte, que la série tente de dégorger dans un premier temps dans cet épisode car l’affaire rappelle quelque chose à Carisi, mais oasis dans « Sheltered Outcasts » où Carisi reste là aussi un personnage essentiel de l’histoire. J’aime bien quand les personnages de SVU ont un passé qu’il est difficile de cerner car c’est justement dans ce genre de moments qu’elle démontre toute la dextérité qu’elle a à gérer ses personnages et ses diverses intrigues. Le scandale dévoilé dans l’épisode 17.18 est l’occasion aussi pour SVU de rappeler que l’Eglise est souvent impliquée dans des affaires de ce genre là. Mais c’est une occasion comme une autre de gérer plusieurs aspects très différents de la narration de la série. Je trouve qu’ils ont réussi à manier intelligemment l’ensemble en délivrant tout un tas de bonnes surprises. Au delà de ça, la série aime bien tacler un peu des sujets de société à sa façon, c’est pour cela que la foi de Carisi peut facilement être remise en question. Combien de temps se sont posé des questions sur leur foi après avoir entendu parlé de choses de ce genre là ? Je me le demande mais cela ne peut pas faire du bien à l’Eglise en elle-même.

Fin - « Why keep all this? »
Sonny - « Cause they're Catholics. They don't get rid of anything. They just bury it. »

Par ailleurs, un autre épisode était assez important dans l’histoire de SVU dans cette salve et je parle bien évidemment de « Manhattan Transfer ». Dans cet épisode, la relation entre Tucker et Olivia a enfin du sens. C’est une occasion de revenir sur les relations entre les personnages et de tenter d’en faire quelque chose derrière. Tucker est le parfait personnage pour se retrouver avec Olivia dans une telle situation. De plus, cela sort un peu SVU de sa mécanique ronronnante qu’elle s’emploie à utiliser abondamment depuis quelques temps. Cette année n’est clairement pas la meilleure année de la série même si les personnages ont chacun eu leur bonne petite histoire. Avec une petite conspiration (et le fait que l’on ait pu croire à la fin de l’épisode que Olivia était virée fonctionne). Tucker était-il corrompu ? Olivia virée ? C’était des questions que l’épisode pose plus ou moins. Sans compter que cette histoire de trafic sexuel d’être humains est là aussi une affaire qui n’est pas sans faire écho à ce que SVU a déjà fait en compagnie de Chicago P.D. il me semble il n’y a pas si longtemps que ça. Quoi qu’il en soit, la relation entre Tucker et Olivia est un peu venue de nulle part et n’avait pas nécessairement de sens au premier abord mais l’épisode parvient à nous faire croire à l’ensemble et surtout à donner à SVU l’impression qu’elle a des choses à faire avec ses secondaires comme Tucker.

Je crois que cette année est l’affaire des secondaires. Après le commissaire impliqué dans une sale affaire, Tucker et Carisi, la série aime donner à ses secondaires des rôles un peu plus intéressants, peut-être car Olivia ne peut pas porter indéfiniment la série sur ses épaules. Ses intrigues pourraient alors devenir redondantes et c’est loin d’être ce dont j’ai envie et besoin. Finalement, ces nouveaux épisodes de SVU ont su chacun avoir le bon truc pour m’accrocher jusqu’au bout mais je reste persuadé qu’il y a encore des trucs à faire pour donner un nouveau sens à l’ensemble et peu-être rendre le tout un poil plus agressif. Quand Olivia est en danger, je préfère SVU. Je suis sadique avec elle mais bon, peu importe.

Note : 5.5/10, 6/10, 8.5/10 et 6/10. En bref, la série démontre encore une fois sa capacité à se renouveler intelligemment même si il y a encore du boulot pour que cela soit équilibré.

Commenter cet article