Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Stranger Things. Saison 1. Episodes 6 et 7.

21 Juillet 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Stranger Things

Critiques Séries : Stranger Things. Saison 1. Episodes 6 et 7.

Stranger Things // Saison 1. Episodes 6 et 7. Chapter Six : The Monster / Chapter Seven : The Bathtub.


Dans chaque épisode de la saison 1 de Stranger Things, il y a des références qui sont bien trouvées comme dans « The Monster » où l’on retrouve des éléments de Carrie et plus particulièrement de la fin du film. La fin de Carrie reste mémorable alors que la main de Carrie sort de sa tombe. Et l’on retrouve une scène assez proche dans cet épisode avec la main de Nancy. C’est ce genre de petites références qui donnent à Stranger Things tout son charme. Au delà de l’histoire qui évolue plutôt bien grâce aux révélations qui sont faites (notamment dans les flashbacks sur El) ou encore Jonathan qui décide enfin de s’en prendre à ceux qui le harcèlent depuis le début, l’ensemble reste étonnant. On pourrait également parler d’une référence à Invasion Los Angeles (1989) de John Carpenter mais les références à l’univers de Carpenter sont tellement nombreuses, notamment dans la musique, que l’on ne sait plus où donner de la tête. Dans l’épisode six, Jonathan confronte Steve, le petit ami jaloux de Nancy, qui le suspecte d’avoir laissé des tas de graffitis se moquant de Nancy dans toute la ville. On retrouve alors dans ce « combat » un peu de Roddy Pipper et Keith David dans le film de Carpenter. Ce que j’apprécie également avec Stranger Things c’est la capacité de cette série de sortir des sentiers battus.

Elle passe d’ailleurs un peu plus du côté de l’horreur surnaturelle dans « The Monster » avec deux jolis jump-scares dans la séquence pré-générique. En reprenant des éléments qui sont connus de tous (si l’on a vu les films en question), les frères Duffer ont su créer une série plus originale que les autres, qui sait revisiter un monde que l’on connaît en offrant de nouvelles perspectives. En considérant qu’il y a des grosses références à Carrie dans « The Monster », on peut assumer le fait que El vient tout droit de « Charlie » de Stephen King. Avec deux épisodes pour conclure la saison après celui-ci, Stranger Things fait des tas d’avancées dans l’histoire afin de nous rapprocher petit à petit de la conclusion. On sent alors que des personnages se rapprochent et que des histoires viennent petit à petit se lier les unes aux autres. Dans « The Bathtub », les choses sont assez similaires. Il est difficile de ne pas penser à Les Griffes de la Nuit quand on regard El dans ce tank de privation sensorielle. Cet épisode est mené alors tambour battant, ne laissant que très peu de répit au spectateur. Le problème avec El, comme avec les adolescents du film de Wes Craven, est la confiance. Elle va embarquer pour un endroit horrible, un qui semble anéantir ses pouvoirs de télékinésie, et elle a besoin de quelqu’un pour la sortir de là si les choses tournent mal.

Nous savons grâce aux flashbacks que le Dr. Brenner n’était pas cet homme là. Il l’a poussé à aller toujours plus loin dans un endroit qu’elle appelle « the Upside Down ». Joyce a une motivation encore plus importante que celle que Brenner avait à pousser El à faire tout ce qu’il faut. Elle cherche toujours son fils après tout. Stranger Things a suivi l’histoire d’El au fil des épisodes avec une progression constante et touchante. Dans un premier temps avec Mike et ses amis, et puis désormais avec Joyce et les autres. Elle commence à comprendre que les choses peuvent se soucier de son cas sans qu’elle n’ait besoin de faire quoi que ce soit avec ses pouvoirs. Quand Mike nettoie son visage comme Newt dans Aliens, on a l’impression que les références sont non seulement là pour séduire les fans des genres dépeints mais également pour créer des liens forts et émotionnels entre ce que l’on a vu et ce qui tente d’être reproduit ici. Je ne dis pas que cela fonctionne toujours mais cela fonctionne très souvent. « The Bathtub » est aussi clairement l’occasion pour la série d’unifier les personnages : Mike et le gang, Hopper et Joyce, Nancy et Jonathan, qui ont tous opérés indépendamment des autres jusqu’à maintenant. Il n’y a pas vraiment de questions en suspend, pas de secrets à garder. C’est juste un groupe de citoyens d’Hawkins qui cherchent à sauver deux des leurs. J’ai désormais hâte de voir le dernier épisode plein de promesses.

Note : 8.5/10. En bref, derrière une tonne de références et une histoire qui évolue drastiquement, Stranger Things continue d’être fascinante.

Commenter cet article

Johan 21/07/2016 18:54

Toi qui est un grand fan de cette série d'abrams je pense, la scène de la cuve me fait aussi beaucoup penser a Fringe, même si a mon avis ce n'est pas voulu.