Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Angie Tribeca. Saison 2. BILAN.

22 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Angie Tribeca

Critiques Séries : Angie Tribeca. Saison 2. BILAN.

Angie Tribeca // Saison 2. 10 épisodes.
BILAN


L’idiote et absurde comédie de TBS était de retour cet été pour une seconde saison et l’esprit complètement barré de la première saison reste plus ou moins intact. Le problème avec ce genre de séries est de savoir se renouveler constamment afin de ne jamais lasser un public. Car quand la première saison abat plusieurs cartes, ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus facile que de se lancer dans de nouvelles aventures. Il fallait remplir dix nouveaux épisodes et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à certains moments cela coince un peu. De ce fait, des épisodes comme le 2.05 s’avèrent relativement faibles alors qu’avec un peu plus d’originalité, cela aurait probablement donné quelque chose de brillant. Par moment, la saison 2 se repose énormément sur les lauriers de la première, ce qui n’est pas toujours un choix judicieux. Cela fonctionne assez bien dans les deux premiers épisodes de la saison, mais ce sont des épisodes comme « You’ve Got Blackmail » (2.04) ou encore « Electoral Dysfunction » (2.10) qui font encore le charme d’une comédie qui ne s’impose pas (vraiment) de limites. Le registre sur lequel se bat Angie Tribeca n’est pas le plus facile, mais elle oublie aussi par moment qu’elle a des personnages qui doivent évoluer.

En laissant tout cela un peu de côté au profit de ses gags, la série s’éparpille et perd un peu le fil. Ce n’est pas vraiment gênant quand on ne regarde Angie Tribeca que pour se détendre et ne penser à rien d’autre mais je suis persuadé qu’ils auraient pu pousser un peu plus loin le filon tant il y avait énormément de potentiel. Du coup, au creux de la saison il y a quelques épisodes qui ne fonctionnent pas car ils tentent de faire des trucs que l’on a déjà plus ou moins vu auparavant sans chercher véritablement la nouveauté. « Boyz II Dead » par exemple est l’un des épisodes les plus décevants à cause d’une intrigue qui tourne au vinaigre. Pourtant, ce n’est pas le potentiel qui manquait, juste l’ambition de la série. TBS a donné à Angie Tribeca toute sa confiance ce qui dans un sens est une très bonne chose puisqu’elle méritait son renouvellement à l’issue de la première saison mais en renouvelant rapidement, les auteurs ont dû se sentir parfois pousser des ailes en oubliant ce qui avait fait le charme de la série lors de ses débuts. Sans pousser trop loin, Angie Tribeca sait aussi délivrer quelques moments plus sympathiques au cours des épisodes. Dès que la comédie est capable de mieux elle se permet donc des choses qui changent et sortent de la comédie barrée qu’elle peut être.

C’est un constat étrange d’ailleurs car ce qui fonctionne le plus là dedans reste les gags qui sortent bien souvent de nulle part mais les personnages incarnent tellement bien l’ensemble qu’il est dommage de les laisser tomber comme ça par moment. C’est ainsi qu’une très bonne comédie est en train de devenir un peu trop train-train quotidien à mon goût. Elle avait le potentiel d’aller encore plus loin dans ses conneries mais elle s’est peut-être un peu trop freinée à mon goût. Elle aurait très bien pu explorer d’autres terrains. Même si les lieux changent par moment et qu’il y a un vrai sentiment de suite dès que la série se concentre mieux sur ses personnages, il manque un peu du sel qui m’avait attaché à l’ensemble au premier abord. Déjà renouvelée pour une saison 3 par TBS, j’ai envie de faire encore confiance en la série et en sa capacité à faire d’autres choses car elle a su aussi prouver malgré ses erreurs cette année qu’elle en avait encore sous le chapeau. Reste à savoir comment cela va se goupiller, en espérant presque une histoire plus fluide que celle de cette saison et quelques nouveaux personnages farfelus afin de pimenter l’esprit tout aussi fou d’une série qui n’est pas sensée se reposer. Elle doit continuer à être folle car c’est pour ça qu’on l’aime et pour cela qu’on a envie de l’aimer au delà.

Note : 5.5/10. En bref, une saison en dents de scie.

Commenter cet article