Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episodes 18 et 19.

27 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episodes 18 et 19.

Brooklyn Nine-Nine // Saison 3. Episodes 18 et 19. Cheddar / Terry Kitties.


Il n’a jamais fallu beaucoup à Brooklyn Nine-Nine pour réussir. « Cheddar » et « Terry Kitties » sont pourtant deux exemples de ce que la série peut faire d’un côté quand elle est dans un mode plus automatique et de l’autre côté dans ce qu’elle peut faire quand elle cherche à s’inspirer plus profondément. J’ai beaucoup aimé « Cheddar » malgré sa simplicité. L’idée de mettre Jake de nouveau en avant est forcément un risque, à la fois quand le téléspectateur est fan du personnage mais aussi quand il n’est pas fan. L’avantage de cet épisode est d’avoir su faire quelque chose de Jake et accessoirement du groupe. Tout le monde a sa place dans l’histoire et chacun parvient même à grandir. On a de toute façon parfois juste besoin d’un épisode comme « Cheddar », comme le fromage dans un cheeseburger que l’on a envie de sentir coulant, quitte même à ce qu’il y en ait trop. C’est un épisode assez inoffensif, qui ne tâcle rien de neuf et pourtant, même si c’est parfois un peu décevant pour du Brooklyn Nine-Nine, l’ensemble parvient à se tenir du début à la fin. Il y a quelque chose de charmant et puis notre attachement pour les personnages qui fait que cela fonctionne. Je suis certain cependant que si quelqu’un venait à découvrir Brooklyn Nine-Nine avec cet épisode, il ne serait pas forcément convaincu.

Car « Cheddar » n’est pas une démonstration de ce dont Brooklyn Nine-Nine est réellement capable et de ce qu’elle a pour habitude de nous offrir depuis ses débuts. L’épisode a ses petits moments, jamais pour en faire des caisses et Jake s’en sort plutôt bien car justement, l’épisode n’est pas un grand épisode de Brooklyn Nine-Nine et que c’était ce qu’il fallait pour éviter de nous donner l’impression que Jake est du genre à être irritant par moment quand il est mis en avant. En tout cas pas pour moi qui l’adore. Il y a une scène poignante aussi dans cet épisode alors que Holt révèle à Jake et Amy ses problèmes maritaux avec Kevin. C’était un moment touchant que la série n’a pas su enrober de belles choses. On se retrouve donc plus ou moins avec quelque chose d’un peu trop banal à mon goût. Mais peu importe, de toute façon Brooklyn Nine-Nine n’a pas cherché à nous démontrer quoi que ce soit et Andre Braugher est dans ce moment là particulièrement fort. C’est ce que j’aime avec cet acteur, toujours au poil avec ce qui se passe dans la série avec son personnage. Entre émotions quand il faut et surtout humour, ne serait-ce que taquin. Avec « Terry Kitties » on se retrouve un peu plus avec ce que j’aime dans Brooklyn Nine-Nine. Peut-être aussi car Jason Mantzoukas, déjà apparition dans un précédent épisode de la série, est présent et qu’il apporte de l’humour bien sauvage avec lui.

Le côté un peu irrévérencieux de son personnage et la façon dont l’acteur navigue dans l’épisode permet de donner à Brooklyn Nine-Nine une allure différente de ce que l’on a pu voir dans l’épisode précédent. C’est aussi pour ça que j’apprécie grandement cette série mine de rien. C’est un épisode complètement con au fond, mais sa connerie est aussi son plus grand atout. Ce qui est la clé de la réussite de l’épisode. Il n’y a rien qui nous donne l’impression d’un épisode réchauffé, ou bien de nous ennuyer, ou encore de voir un épisode classique de la série. Avec Boyle/Pimento/Gina, Brooklyn Nine-Nine délivre déjà une bonne partie de la réussite de cet épisode. Il n’en fallait pas beaucoup plus de toute façon. Et c’est ce genre de choses que la série réussi le plus, quand elle ne cherche pas à en faire des caisses mais simplement à nous raconter une petite histoire à sa façon avec son lot d’agréable petites surprises bien évidemment. Terry est de son côté là pour donner son nom à l’épisode donc forcément, il fallait qu’il ait droit lui aussi à ses moments. Et quels moments ! L’épisode ne s’arrête jamais, constamment dans une démarche humoristique qui lui sied étrangement bien. On en redemande et j’ai vraiment hâte de voir la suite de la saison.

Note : 6/10 et 7.5/10. En bref, on a parfois des scènes coincées dans des épisodes trop banaux et parfois des épisodes trop drôles qui se dégustent comme de vrais bonbons.

Commenter cet article