Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 4. Episodes 7, 8 et 9.

22 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ray Donovan

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 4. Episodes 7, 8 et 9.

Ray Donovan // Saison 4. Episodes 7, 8 et 9. Norman Saves the World / The Texan / Goodbye Beautiful.


La saison 4 de Ray Donovan continue de s’égarer et c’est bien là le problème. La série ne sait pas trop dans quelle direction aller mais elle veut y aller. C’est sympathique mais pas totalement réussi pour autant non plus. Il y a des tas de trucs qui dans ces trois épisodes n’ont pas vraiment d’intérêt et deviennent assez ridicules. A commencer par Mickey en prison qui va à un moment donner tenter de se faire passer pour un homosexuel. La scène de sodomie mimée était assez acerbe et je dois avouer qu’après ce moment assez homophobe, je n’avais plus vraiment envie de poursuivre l’aventure. Vous allez me dire que je suis une chochotte, mais sincèrement il y a des choses qui ne méritent pas un tel traitement. J’aurais largement préféré que la série nous raconte son histoire autrement cela aurait permis d’éviter un truc pareil. Mickey est de toute façon le pire personnage de Ray Donovan et ce n’est pas en train d’aller en s’arrangeant. Ces trois épisodes lui donnent une importance monstrueuse par rapport à l’intérêt que ce personnage a à mes yeux. Jon Voight n’est pas un mauvais acteur mais le personnage se retrouve avec les pires intrigues de la série. Ou en tout cas le scénario ne sait jamais transformer de bonnes idées en une bonne histoire à l’écran. La prison n’était pas une mauvaise idée, bien au contraire, mais Ray Donovan ne sait pas trop quoi en faire.

Du coup, on se retrouve avec tout un tas d’effets d’annonce qui n’ont rien de bien intéressant. Je pense que c’était aussi un bon moment dans « Norman Saves the World » pour lui dire au revoir une bonne fois pour toute, laisser le personnage au passé et en garder un minimum de bons souvenirs. Quand le copain de cellule de Mickey meurt, les choses sont d’autant plus terribles car au fond Ray Donovan démontre qu’elle ne cherche pas à donner aux bons le meilleur et aux mauvais le pire. Côté ring, la salle d’entrainement est toujours un lieu important dans la série, mais au travers de ces trois épisodes je n’ai pas spécialement vu de moments intéressants. Sauf peut-être dans l’épisode « Goodbye Beautiful » (et encore) lorsqu’il y a de quoi trinquer et s’amuser derrière. Mais cela ne fait pas avancer l’histoire. Mais Hector et Marisol ne m’intéressant pas du tout, je n’arrive pas à m’investir comme il se doit dans cette aventure. Au fond cela pourrait être un brin plus palpitant, avec des révélations ou alors quelques séquences plus émotionnelles mais il n’y a malheureusement rien de tout cela. Ray Donovan continue encore une fois de faire tout ce qu’il faut afin de nous dégouter de la série et de son univers. C’est dommage. Plus le temps passe et plus les intrigues se resserrent autour de Ray.

Ray est toujours le meilleur personnage de Ray Donovan et le seul ici qui semble avoir envie d’aller de l’avant. La série a besoin de Ray Donovan et elle nous le démontre une fois de plus, notamment dans le dernier épisode des trois. Reste à voir désormais comment toute l’histoire qui l’entoure, Sonia, les russes, etc. va bien pouvoir se conclure. C’est encore trop tôt pour le dire étant donné qu’il reste encore trois épisodes après le 4.09 mais Ray Donovan tente de nous investir dans son histoire et c’est déjà pas mal. Cela permet de rappeler aussi les forces de Ray et accessoirement de la série. Les russes n’ont pas apporté grand chose cette année alors que les menaces sont un peu trop simplistes et mal fichues. En tout cas, ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais et encore moins ce que j’avais envie de voir non plus. Dommage. Abby de son côté continue de prouver qu’elle n’est pas bête sans pour autant réellement le démontrer et c’est bien là qu’il y a un problème. Finalement, Ray Donovan reste une série qui bat de l’aile cette année. Elle a énormément de mal à se renouveler et à proposer des intrigues qui valent le coup d’oeil. Rien n’est particulièrement passionnant et l’ensemble a énormément de mal à tourner dans le bon sens. Dommage.

Note : 4.5/10. En bref, Ray Donovan a toujours autant de mal à se renouveler.

Commenter cet article