Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 3. Episodes 18 et 19.

5 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Goldbergs

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 3. Episodes 18 et 19.

The Goldbergs // Saison 3. Episodes 18 et 19. 12 Tapes for a Penny / Magic is Real.


Cela n’a jamais été facile de faire une bonne comédie familiale. J’en conviens et pourtant, a chaque nouvel épisode de The Goldbergs j’ai l’impression de voir cette série est une réussite sans équivoque. Il n’y a rien à redire et même si certains épisodes sont un poil en dessous d’autres, globalement on s’y retrouve. « 12 Tapes for a Penny » est de qualité assez égale avec « Magic is Real » car une fois de plus, alors que la série arrive petit à petit vers la fin de la saison, quelque chose commence enfin à devenir clair au fil des années : la série est bien plus sympathique quand elle se concentre sur deux intrigues différentes (alors que c’est quelque chose que Modern Family a encore du mal à faire après 7 ans par moment, et de plus en plus ces derniers temps !). Du coup, moi qui n’était pas forcément fan de The Goldbergs lors de la première partie de sa saison 1, je me suis petit à petit laissé avoir et maintenant la série est devenue l’une de mes préférées. Quoi qu’il en soit, « 12 Tapes for a Penny » a plusieurs intrigues et certains éléments sont drôles, d’autres un peu plus touchants, mais tout est fait de façon à ce que l’on n’ait jamais une mauvaise impression. Le Columbia House Tape Club est une intrigue sympathique encore une fois, peut-être car justement The Goldbergs sait s’y prendre avec ses idées nostalgiques d’une certaine époque.

J’aime bien la façon dont tous les éléments sont utilisés afin de nous donner l’impression de retrouver les années 80. Je n’ai jamais connu ces années mais une scène sur Chicago entre Erica et Bev est finalement particulièrement touchante. En repassant à ce moment, j’en ai encore les larmes aux yeux. C’est bête d’être ému autant par ce genre de scènes mais j’aime beaucoup. De plus, l’intrigue d’Erica est directement liée à celle d’Adam cette année, ce qui permet de mettre Bev aussi dans les parages dans le sens où cette dernière a énormément développé sa relation avec sa fille cette année. Bon, rien n’est simple mais peu importe car tout ce qui se passe dans cet épisode fonctionne bien et les personnages ont tous des choses à nous raconter qui savent sortir un peu du lot. Comme quoi, c’est bien la preuve qu’il peut se passer des tas de choses différentes. « Magic is Real » est un autre exemple de ce que The Goldbergs est capable de faire bien. Les comédies familiales peuvent parfois souffrir de leur longévité mais parfois ce n’est pas du tout le cas. Elles ont beau toucher plus ou moins aux mêmes idées, aux mêmes ressorts comiques, The Goldbergs arrive à nous donner une impression différente des choses qui nous donne forcément envie d’en voir toujours plus.

Outre la nostalgie, ce que la série a su créer ce sont des personnages loufoques qui sont fidèles et eux-mêmes et qui nous donnent l’impression d’exister réellement, beaucoup plus que les personnages de Modern Family ou même ceux de Black-ish pour citer deux autres comédies de ABC. Est-ce l’image des années 80 qui nous donne cette impression ? Je ne le sais pas forcément mais en tout cas, je suis toujours aussi ravi du résultat et ce n’est pas plus mal. Finalement, même si parfois j’ai peur que The Goldbergs ne réussisse pas à me séduire comme elle le devrait, je suis toujours heureux de voir qu’elle suit une évolution vraiment intéressante à la fois comique et touchante. Il y a donc des tas de scènes émouvantes dont elle seule semble avoir le secret. La scène finale de ces deux épisodes sort vraiment du lot, en grande partie car finalement la série réussie à nous délivrer encore de belles choses autour de ses personnages. Les ressources semblent inépuisables. Je me demande cependant quand est-ce que The Goldbergs va passer aux années 90 et donc plus à mes années à moi (je suppose que cela ne risque pas d’arriver avant un bout de temps car le but n’est pas de raconter les années 90 mais 80 de ce que je vois depuis le début) mais bon, j’appréhende toujours autant.

Note : 8/10. En bref, encore deux solides aventures.

Commenter cet article