Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Last Ship. Saison 3. Episodes 7 et 8.

4 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Last Ship

Critiques Séries : The Last Ship. Saison 3. Episodes 7 et 8.

The Last Ship // Saison 3. Episodes 7 et 8. In the Dark / Sea Change.


Au travers de ces deux épisodes, les pouvoirs en place changent. A commencer par Tom et ses collègues qui parviennent à sécuriser Takehaya, la dernière menace connue de leur pays, dans une pièce secrète sur le Nathan James. Le fait que Takehaya soit aussi enclin à tout avouer est presque trop simpliste surtout que les séquences le mettant en scène sont d’une lourdeur assez problématique. L’une des scènes les plus drôles de ces deux épisodes apparaît dans « Sea Change » alors que sur le bateau d’un trafiquant de drogues se retrouve une ogive nucléaire. Le truc était too-much, surtout que c’était trop facile à trouver pour eux, comme si c’était logique et qu’ils savaient très bien qu’il y avait beaucoup plus que l’on ne pourrait l’imaginer. Takehaya de son côté reste un personnage un peu trop simpliste lui aussi, aux sentiments faciles à renverser. Je trouve ça assez dommage surtout que The Last Ship est capable de faire beaucoup mieux (elle nous l’avait prouvé dans les deux épisodes précédents). The Last Ship est parfois trop patriotique ou en tout cas trop encline à faire du zèle avec les américains. C’est comme si les américains étaient les seuls personnages importants et que tout le reste leur était dû ou en tout cas était plus facile à attraper. Alors qu’au fond c’est tout l’inverse et on le sait très bien.

Tout ce qui se passe sur le Nathan James est donc à la fois sympathique pour toute l’action que cela délivre, mais c’est aussi sacrément redondant tant le tout a énormément de mal à fonctionner. Après les actions de Takehaya, le plus intéressant était de voir ce que cela pouvait avoir comme conséquences dans les épisodes suivant. Sauf qu’il n’y a rien de neuf non plus dans « Sea Change ». Le changement s’opère surtout au pouvoir avec le Président. Son discours au public était touchant, très touchant et permet de rappeler qu’au fond il se sent responsable de ce qui s’est passé quand des milliers d’innocents ont été infectés par le virus. Il admet qu’il a amené son fils, qui était infecté sans qu’on le sache, dans un endroit sûr en Floride, où la maladie s’est par la suite très rapidement développée et a emporté une bonne partie du sud du pays. Heureusement qu’il y a ce petit moment là. La mort surprise et étonnante du Président Michener à la fin de l’épisode était très différente de ce que j’avais imaginé. Je ne pensais pas que ce personnage allait quitter la série aussi tôt, ou en tout cas qu’il allait quitter la série tout court. L’enjeu de « Sea Change » est donc de voir comment le changement opéré au pouvoir va modifier l’histoire.

Et The Last Ship reste fidèle à elle-même, il n’y a donc que très peu de changements. La mort d’un tel Président est donc une tragédie qui aurait dû rassembler les américains mais également dans le monde entier. Cependant, tout cela a encore une fois créé des discordes avec de supposés alliés. Kara est sans surprise le personnage le plus important à la Maison Blanche et elle a énormément de mal à accepter la mort du Président qu’elle aimait. Cela se comprend. D’un point de vue narratif, la mort de Michener n’est pas gérée de la meilleure façon alors que tout ce qui se passe sur le Nathan James prend énormément de place. Mais j’ai l’impression que les problèmes s’enchaînent dans une série qui reste au demeurant très plaisante à suivre. En effet, il y a suffisamment d’action pour passer un bon moment et c’est le principal (en tout cas de mon point de vue) mais les intrigues sont traitées encore et toujours en surface, sans laisser vraiment de place à la profondeur. Le Vice Président Howard Oliver, qui prend la place de Président suivant la ligne de succession, aurait quant à lui pour se réveiller et prouver qu’il a une place qu’il mérite sauf que c’est tout l’inverse de ce que semble réellement faire The Last Ship.

Note : 5/10. En bref, heureusement que l’action est là pour nous divertir.

Commenter cet article