Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : War Dogs (2016)

15 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : War Dogs (2016)

War Dogs // De Todd Phillips. Avec Jonah Hill, Miles Teller et Steve Lantz.


Alors qu’en France on parle plus du fait que Jonah Hill a été vexé par Ornella Fleury, la miss Météo du Grand Journal, on ne parle pas forcément tant que ça de War Dogs, le nouveau film du réalisateur de Very Bad Trip. Todd Phillips trouve ici un sujet qui lui va à merveille et donne même un rôle plutôt fun à Bradley Cooper (car bon, ce dernier est parfait pour le rôle d’Henry qu’on se le dise). War Dogs c’est inspiré d’une histoire vraie, celle de deux jeunes hommes qui sont au coeur des histoires du trafic d’armes avec le gouvernement américain pour la guerre en Irak. C’est un point de départ parfait pour une histoire. Il s’associe alors à Stephen Chin (Another Day in Paradise) et Jason Smilovic (My Own Worst Enemy, Kidnapped) afin d’adapter en film l’article de Guy Lawson, « Arms and the Dudes » paru dans Rolling Stone il y a plusieurs années de ça. Si je n’avais pas du tout eu vent de cette histoire il y a quelques années, je découvre donc avec le ton Todd Phillips une aventure aussi barrée qu’efficace. War Dogs parle avant tout d’un sujet assez grave, ce qui dans un sens est parfait pour une comédie qui cherche à critiquer jusqu’au bout le ministère de la défense américain.

Deux copains âgés d'une vingtaine d'années vivant à Miami Beach à l'époque de la guerre en Irak, profitent d'un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d'offres de l'armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d'argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu'ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain…

Dans sa façon de moquer le système américain et sa capacité à donner les clés à tous d’une sorte d’eBay pour les marchands d’armes, c’est presque surréaliste. Mais cela fonctionne et c’est avec tout cela que deux amis vont s’associer afin de créer une petite entreprise dont ils vont rapidement perdre le contrôle. Qui de mieux que Jonah Hill et Miles Teller (Whiplash) pouvaient incarner ces deux personnages emblématiques. Le duo fonctionne dès les premières minutes du film et ce malgré quelques longueurs qui sont, à la longue, un peu dérangeantes. En effet, je trouve que tout ne fonctionne pas toujours. Le passage albanais par exemple traine légèrement en longueur, malgré tous les efforts du film pour tenter de nous donner une impression contraire. Fort heureusement que les artifices fonctionnent et que les personnages ne sont pas superficiels. En effet, nos deux héros sont transparents et nous racontent tout de leur vie sans pour autant tomber dans certains mauvais clichés. Il y a donc des trucs qui fonctionnent très bien (le voyage en Jordanie par exemple démontre la capacité du film à associer comédie et drame de façon intelligente).

Mais c’est aussi là où le scénario se trouve être le plus efficace : quand War Dogs se concentre sur la comédie grinçante qu’elle veut être sur la défense américaine. Jonah Hill est parfait dans le registre de la comédie à laquelle il parvient à insuffler une vraie énergie. C’est lui le moteur comique de War Dogs quand Miles Teller est l’angle plus dramatique. L’histoire personnelle de ce dernier est d’ailleurs attachante. On apprend à le connaître, à connaître les difficultés de sa vie. Finalement, War Dogs est un film drôle, pas toujours réussi, mais intelligent qui ne prend jamais son spectateur pour un con. Le scénario veut que l’on comprenne de quoi War Dogs parle tout en prenant les choses sous un angle décomplexé. A certains moments, War Dogs donne l’impression de voir un hommage à Scarface enrobé dans ce que Lord of War (avec Nicolas Cage) avait déjà plus ou moins tenté de raconter sur la vente d’armes.

Note : 6.5/10. En bref, malgré des défauts apparents, War Dogs est une comédie grinçante sur l’Amérique de George Bush plutôt réussie.

Commenter cet article