Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Graves. Saison 1. Pilot.

22 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Graves

Critiques Séries : Graves. Saison 1. Pilot.

Graves // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Epis se lance dans les séries originales et c’est avec Graves qu’elle entre dans le jeu. Les satires politiques sont à la mode et c’est probablement pour cela que la chaîne a décidé de se lancer dans cette aventure. Créée par Joshua Michael Stern (Swing Vote, Jobs), la série met en scène Nick Nolte et Sela Ward dans le rôle d’un vieux couple présidentiel qui revient sur le devant de la scène pour la simple bonne raison que Margaret (incarnée par Sela Ward) veut entrer en politique. A certains moments, Graves m’a fait penser dans un registre différent à The Royals (E!). Il y a la même volonté colorée dans la mise en scène, le ton un peu léger et fun, etc. En soi, ce n’est pas une série exceptionnelle et il n’y a pas vraiment grand chose à dire dessus. On retrouve alors les standards de la satire politique sauf que Veep a déjà ringardisé le style de Graves. J’ai eu l’impression par moment de voir l’un de ces films des années 90 nous racontant des histoires politiques fantaisistes (comme par exemple Dave ou The American President). C’est le genre de fiction qui prend son téléspectateur pour une triple buse et ne cherche pas vraiment à lui laisser penser qu’il est suffisamment intelligent pour comprendre une série politique complexe.

Margaret Graves, femme de l'ex-président des Etats-Unis Richard Graves, entre en politique alors que son mari joue les Don Quichotte et tente de mettre en lumière les erreurs de son administration vingt ans après son mandat.

Je pense que l’un des problèmes de Graves n’est pas tant le sujet mais plutôt le fait que la série laisse entrevoir le fait qu’elle est un rêve devenu réalité. Tout semble trop simple. Même quand il lit un article de Slate qui parle de lui comme du pire Président de l’histoire des Etats-Unis. Afin de tirer les bons sentiments vers le haut, Graves retourne au pupitre faire un discours afin de dire qu’il n’a pas envie d’être le pire Président mais quelqu’un qui est encore là pour les américains. C’est un peu too-much pour le coup et l’ensemble de cette série reste difficile à apprécier à sa juste valeur. On se retrouve avec une galerie de personnages qui ne sont pas tous aussi passionnants qu’ils devraient l’être. Je pense à l’assistant qui débarque dès le début de l’épisode comme un cheveu sur la soupe : Isaiah Miller. Ce dernier, incarné par Skylab Astin, n’est pas le personnage le plus inspiré. Pourtant, l’acteur est plutôt bon dans le registre de la comédie comme il avait pu le démontrer par le passé. Je trouve dommage que Nick Nolte fasse plus que le script ne fait pour lui. Cela aurait justement été intéressant que Nick Nolte ait un bon rôle à incarner mais Graves ne semble pas trop comprendre ce qu’elle veut être pour le moment. Bien entendu, ce n’est pas la pire série du monde et elle a aussi ses atouts mais il manque un truc pour rendre l’ensemble extasiant.

Note : 4/10. En bref, une introduction un peu ennuyeuse pour une série qui sur-castée.

Commenter cet article