Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Halt and Catch Fire. Saison 3. Episodes 4 et 5.

19 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Halt and Catch Fire

Critiques Séries : Halt and Catch Fire. Saison 3. Episodes 4 et 5.

Halt and Catch Fire // Saison 3. Episodes 4 et 5. Rules of Honorable Play / Yerba Buena.


Maintenant que Halt and Catch Fire semble avoir compris quoi faire de ses personnages cette année, la série peut enfin nous surprendre de nouveau. Dans « Rules of Honorable Play » chacun fait des choix alors que les intrigues de chacun des personnages sont en train d’évoluer de façon plutôt drastique et prometteuse. Tout cela est couplé avec des séquences assez funs qui viennent rappeler aussi pourquoi on apprécie chacun de ces personnages. Bien entendu il y a quelques couacs à certains moments mais l’on ne peut pas dire que cette saison 3 de Halt and Catch Fire n’est pas menée avec une certaine fois de but. L’histoire de Joe est ici la plus problématique notamment car elle permet à Lee Pace d’être connard homophobe. Lors de la première saison de la série, la série nous parlait de Joe comme de quelqu’un de bisexuel. Ce n’était pas la meilleure intrigue de la série, révélée avec lourdeur et par la suite rien n’avait été fait dans le bon sens du terme pour me séduire. La sexualité de Joe n’est donc pas spécialement passionnante et n’apporte rien de neuf. Ce qui dans un sens est réellement dommage car Lee Pace n’est pas un mauvais acteur mais Joe est détestable. Tout semble être fait pour que l’on déteste toujours plus Joe. Joe a toujours été ce dont Halt and Catch Fire avait besoin qu’il devienne dans le but de faire évoluer l’histoire de la série.

Et cet épisode tente une fois de plus de faire évoluer l’histoire grâce à ce personnage. Du côté de Gordon, son histoire dans cet épisode est différente mais elle est pleine d’espoir. Il brule sa main à cause de son Danish qu’il a passé au micro-ondes, renverse son café, etc. Gordon est ici une sorte de loser mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt du personnage. C’est là que des séquences comme celle du lasergame qui apportent aussi des moments de funs sans que cela ne soit nécessairement cohérent avec le reste de Halt and Catch Fire. L’histoire de Cameron est la plus importante de cet épisode. Nous avons également Craig dans les parages. Joe Dinicol apporte un peu de jeunesse dans une série qui au fil des années prend la poussière avec ses personnages. Heureusement que Cam et Donna sont là car mine de rien, Halt and Catch Fire ne serait pas aussi intéressante sans elles. Pourtant, Donna a été un peu mise de côté cette année. Et puis il y a une petite histoire, celle de Diane et John Bosworth. J’aime bien le petit flirte qu’il y a entre ces deux personnages. Annabeth Gish et Toby Huss ont une vraie alchimie. C’était le bon point de départ pour parler de l’émotion dans « Yerba Buena ». Le titre de l’épisode est un vieux nom pour San Francisco, quelque chose dont Joe et Ryan discutent dans cet épisode alors que Joe regarde la ville depuis son balcon.

Ryan, en réponse à Joe, parle du fait que la ville a brûlé de nombreuses fois et a été reconstruite par la suite. C’est forcément une métaphore pour parler du fait qu’il y a toujours de l’espoir pour faire quelque chose de grandiose si l’on a la foi de le faire. Quand Joe dit « Look, that’s what makes the city so great. You can screw up, you can fail, and so what. You get another chance » il a raison. Dans cet épisode, chacun des personnages est coincé entre son désir d’être en sécurité et le frisson de la découverte. L’épisode, écrit par Mark Lafferty, est bourré d’idées. Notamment quand Joe et Ryan sont en train de faire la carte de l’ARPANET, un réseau académique tout petit qui va devenir par la suite l’une des bases de l’Internet que l’on connaît aujourd’hui. C’est une histoire excitante et Halt and Catch Fire tente d’en faire quelque chose de véritablement intéressant. Et cela fonctionne. Cameron de son côté voit Mutiny comme une forteresse nécessaire, comme un endroit qu’elle aurait construit pierre par pierre dans lequel elle se sentirait chez elle, en sécurité en somme. Comme ce qu’elle a fait quand Mutiny a acquis Swap Meet, Cameron a résisté au désir de Donna de transformer Mutiny en quelque chose de beaucoup plus lucratif. De ce fait, Cameron dit à Donna « Mutiny is a castle. You and I built it. Then we gave a little piece to Diane, and a little piece to freaking Doug and Craig. Making deals with credit card companies is lowering the drawbridge »

Et tout cela a une certaine logique. Finalement, Halt and Catch Fire trouve toujours de quoi nous surprendre quand elle le veut bien et ici elle semblait vouloir quelque chose. C’est suffisamment intelligent et fun pour que l’on passe un agréable moment. On n’a envie que d’une chose, en voir encore un peu plus. Notamment quand Cameron revient du Texas et qu’elle découvre que Donna est aller plus loin avec le plan de Craig et Doug. On sent que cette relation va à un moment donné être réduite à néant. Au fond, dans cet épisode il y a un vrai sens du désespoir, quelque chose qui nous permet de nous surprendre compte de la difficulté de vivre, tout simplement.

Note : 6.5/10 et 7.5/10. En bref, la série grandie de nouveau.

Commenter cet article