Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Kingdom. Saison 2. Partie 2. BILAN.

4 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Kingdom

Critiques Séries : Kingdom. Saison 2. Partie 2. BILAN.

Kingdom // Saison 2. Episodes 11 à 20 (Partie 2).
BILAN


Kingdom est une série étonnante. Sortie de nulle part elle a su dépeindre un univers que l’on ne voit pas souvent en télévision, celui du MMA. Si cet univers est intéressant, ce que j’apprécie d’autant plus là dedans c’est le drame familial que cela cache. Certes, les combats et les entraînements sont intéressants mais ce n’est pas ce qui nous attache aux personnages. Ce sont leurs histoires personnelles qui font tout le boulot et qui construisent un univers à part. Au delà de l’aspect sportif, Kingdom est finalement une série qui creuse la personnalité complexe de chacun de ses personnages avec une complexité étonnante. Le découpage de cette saison 2 en deux parties est une bonne idée dans le sens où cela permet de construire deux grandes histoires différentes et complémentaires sur 20 épisodes. Le nombre d’épisodes est important alors il faut absolument qu’une série sache se renouveler et Kingdom semble plutôt bien savoir le faire ce qui est assez encourageant. Il y a des histoires de violence, de sexe, de relations presse, de sport, de querelles familiales, etc. et la série ne nous donne jamais l’impression de se répéter ce qui au fond est une excellente nouvelle. Au delà de ça, dès l’épisode 2.11 on est remis dans le bain.

On retrouve alors tous nos repères et Kingdom ne prend pas de pincettes. Les scénaristes savent que l’on connaît la série et que l’on n’a donc pas besoin de beaucoup plus pour renouer avec chacun des personnages. Un petit retour en arrière n’est pas forcément nécessaire mais l’on apprend aussi des tas de choses entre la fin de la première partie de la saison et le début de la seconde. Kingdom a su démontrer durant de multiples occasions comment la colère peut jouer dans le monde du MMA, sur le ring mais aussi dans la vie de tous les jours. C’est ce sentiment là qui continue de me fasciner et de nous plonger avec une vraie efficacité dans ce récit détonnant. Au fond, le MMA est fait pour tout le monde, surtout si l’on a un peu de rage en soit. Le rôle que cela soit dans ce sport est intéressant et est toujours mis en scène au travers des différents personnages. J’apprécie donc aussi que Kingdom justifie le besoin d’avoir du talent ou encore une raison pour poursuivre. Après tout, on ne peut pas être sportif MMA sans un but ou une raison de continuer. Comme Jay le dit aux reporters, il aime se battre et il ne pourrait pas le faire s’il n’aimait pas ça. Je pense que c’est aussi ce que Kingdom cherche à démontrer à certains moments, l’amour d’un sport qui reste en partie étrange. Après tout, se battre et se mettre sur la gueule ce n’est pas forcément le sport le plus sympa.

Mais il y a de l’action et Kingdom sait très bien maîtriser les scènes de combat. Dès que l’on est sur le ring avec la série, cette dernière continue de surprendre et de mettre tout cela en scène comme si l’on y était. A certains moments c’est un peu trop simple et l’on sent que la série prend la tangente car elle n’a pas non plus du temps extensible mais dès qu’elle prend le temps de mettre en scène des séquences de combats, c’est tout de suite différent et beaucoup plus palpitant. Tous les personnages retrouvent aussi une certaine forme de stabilité au milieu du chaos qui les aura attendu. A l’issue de la saison on sent les plaies ouvertes de la saison et le fait qu’elles n’ont pas été refermée. De toute façon, les scénaristes savent pertinemment qu’ils ont encore le temps pour conclure Kingdom alors que la série a été renouvelée pour une saison 3 de 20 nouveaux épisodes par DirecTV. L’une des intrigues de la saison les plus prenante est probablement celle de Nate. Toute cette histoire de Bob qui le drogue avec toute cette séquence de sexe qu’il y a derrière c’est presque ce qu’il y a de plus terrible mais dans un sens, Kingdom continue aussi de parler d’un monde complexe que l’on ne comprend pas toujours et de la difficulté d’être gay dans un sport de ce genre là. La sexualité de Nate reste un élément important et toute l’histoire avec Bob semble vouloir le démontrer intelligemment.

Ainsi, la saison 2 est globalement une belle petite réussite avec son lot de bonnes surprises. Kingdom n’hésite jamais à nous prendre de court afin de nous dégotter des moments dramatiques forts et passionnants. J’ai très peu de choses à retenir sur Kingdom si ce n’est que j’ai déjà hâte de voir la suite de la série, d’autant plus qu’il y a de belles promesses qui sont faites à l’issue de cette saison.

Note : 8/10. En bref, une seconde partie maîtrisée.

Commenter cet article