Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : StartUp. Saison 1. Pilot.

12 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #StartUp

Critiques Séries : StartUp. Saison 1. Pilot.

StartUp // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Crackle continue de lancer de nouvelles séries. Après la très sympathique Chosen, puis The Art of More l’an dernier, StartUp arrive parfois un peu comme un cheveu sur la soupe. StartUp est une série non évènement, dont personne n’a probablement entendu parler mais qui reste intrigante malgré tout. Bon, il y a déjà un premier truc avec cette série et c’est le sexe. Plus ou moins tous les personnages de la série vont avoir des relations sexuelles à l’écran, ce qui dans un sens est presque un peu trop dans un épisode comme celui-ci qui perd donc parfois un peu de temps à l’introduction des personnages. Visuellement, la série s’avère intéressante. Elle est soignée, léchée, et nous présente Miami de façon assez intelligente pour que l’on passe un très bon moment. La série nous présente un monde ambitieux, avec des personnages tellement divergents qu’au fond le monde dépeint est grand. Tout est raconté au travers des yeux des personnages principaux ce qui permet de se concentrer sur les aspects les plus importants de StartUp dès le départ. La série ne cherche pas à errer dans tous les sens avant de réellement en venir au but. Ce focus sur les personnages afin de mieux les connaître aide la série à aller de l’avant et permet de garder StartUp dans l’action. La série ne tombe donc pas sous le poids de ses ambitions.

Un banquier désespéré doit cacher de l'argent volé. Un chef de gang veut passer dans la légalité. Un hacker a une idée qui va révolutionner l'avenir de l'argent. Amenés à travailler ensemble, ils créent leur propre version du rêve américain : le crime organisé 2.0.

L’une des réussites de StartUp est probablement d’avoir su préparer le terrain dans ce premier épisode afin de rassembler toutes ces cultures différentes. Après tout, chacun des personnages de la série vient d’un monde totalement différent et c’est là que StartUp fonctionne. StartUp nous introduit petit à petit aux personnages et aux rencontres afin que l’on n’ait pas l’impression que tous ces personnages sont trop facilement faits pour travailler ensemble. La série ne cherche pas à être celle de la naissance d’une nouvelle technologie, juste l’histoire d’un monde que l’on ne comprend pas forcément avec des personnages que l’on aurait probablement jamais pu imaginer voir travailler ensemble. Mais voilà, c’est pour cela que StartUp est une série intrigante. Ce premier épisode a beau ne pas toujours être satisfaisant, la suite fait de belles promesses qui risques bien d’être à la hauteur des attentes. Au casting, on retrouve tout de même pas mal de bonnes têtes, à commencer par Martin Freeman (Sherlock, Le Hobbit) qui s’est investi de nouveau dans une série. Nous avons également Adam Brody (Newport Beach) qui se fait très rare à la télévision mais qui semble choisir ses projets en fonction de l’intérêt qui leur porte. Enfin, nous avons Edi Gathegi (Blacklist) qui a peut-être un peu de mal à faire passer le fait qu’il s’agit d’un vilain.

Mais peu importe, l’homogénéité des personnages et de leurs rencontres fait le succès de StartUp. Ou en tout cas son intérêt pour le moment. Passé le premier épisode, je me demande ce que la série a en stock pour nous. Son point de départ est suffisamment curieux pour que l’on ait envie de voir où est-ce que cela peut réellement aller par la suite. C’est encourageant et je n’ai qu’une seule hâte, celle de poursuivre l’aventure en espérant que le chemin soit pavé de bons épisodes.

Note : 5.5/10. En bref, une introduction pas si mal qui laisse entrevoir une série ambitieuse.

Commenter cet article

hitori 12/09/2016 15:59

Perso j'en peux plus concernant Chosen, je trouve rien sur le net, ça fait des plombes qu'on attend ne serait-ce qu'une date concernant la saison 4! Et Crackle sort de nouvelles séries, c'est cool, mais donner des nouvelles concernant Chosen ce serait quand même sympa.