Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Get Down. Saison 1. BILAN.

10 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Get Down

Critiques Séries : The Get Down. Saison 1. BILAN.

The Get Down // Saison 1. 6 épisodes.
BILAN


Le pilote de The Get Down était mauvais. Franchement, Baz Luhrmann s’est égaré et pourtant je suis plutôt fidèle à ce qu’il met en scène au cinéma. Sa mise en scène est d’ailleurs une vraie empreinte dans cette série musicale (qui va plus ou moins disparaître dès le second épisode quand il n’est plus derrière la mise en scène de The Get Down). Tout au long de la saison, The Get Down va suivre un schéma plus ou moins bon mais surtout décevant. Le plus gros problème de cette série est plus ou moins le même que Vinyl. Il y a d’ailleurs un excellent épisode (1.05 « You Have Wings, Learn to Fly ») qui nous permet de nous rendre compte des capacités de cette série. Dans cet épisode la plupart des personnages de la série ont l’opportunité de suivre un chemin. Ezekiel peut être créatif ou un interne. Jackie et Mylen peuvent faire du disco ou quelque chose d’autre avec leur musique. Ramon peut admettre ses péchés passés ou bien poursuivre son histoire comme un homme de foi qui ment sur sa vie. Et j’en passe. Chacun des personnages est capable de faire un choix dans son histoire et c’est la preuve qu’au fond The Get Down peut aussi être une bonne série.

Au delà de ça, la musique délivre une grande séquence musicale au sein de cet épisode qui joue le contraste entre le hip hop et le gospel. Un savoureux mélange qui donne au téléspectateur l’occasion de voir les choses de façon un peu différente. On avait réellement besoin de quelque chose de ce genre là pour se rendre compte des capacités d’une série qui n’a eu de cesse de me décevoir. A chaque épisode qui passait je me suis demandé pourquoi est-ce que The Get Down n’est pas une bonne série musicale. Il y avait pourtant tout pour en faire une bonne et il y a d’ailleurs toujours des tas d’idées. Les personnages aiment bien prouver qu’ils peuvent tout faire, qu’ils peuvent être au four et au moulin sauf que c’est loin d’être ce qu’il faut faire pour rendre l’histoire cohérente et passionnante. Surtout dans une série avec un casting aussi grand que celui de The Get Down, c’est ici une façon de nous égarer. Que Ezekiel réalise qu’il peut très bien réussir tout dans sa propre vie, forcément que c’est le chemin qu’il veut suivre, sauf que d’un coup The Get Down perd un peu le fil de ce que le téléspectateur a envie de voir dans la série.

Bien entendu, la narration de l’épisode suit un chemin beaucoup plus passionnant que l’on ne retrouve pas dans les autres épisodes de The Get Down. Qui va même à l’encontre de la narration traditionnelle : celle selon laquelle les personnages doivent faire un choix quand plusieurs choses se présentent à eux. Il y a une belle utilisation de la musique, des parallèles et des personnages dans cet épisode qui restera probablement le seul brillant épisode de The Get Down. Au delà de ça, The Get Down s’égare et tente de partir un peu dans tous les sens. On ne s’attache pas facilement aux personnages, sauf peut-être à Ezekiel et encore ce n’est pas suffisant. J’aurais tellement préféré que The Get Down soit capable d’aller beaucoup plus loin. Le fait est que la série a du mal à faire beaucoup de choses et qu’elle se bloque donc volontairement tant qu’elle n’a pas trouvé la clé de son succès. Ce n’est pas facile d’écrire une bonne série, encore moins quand elle est musicale. Martin Scorsese, Terence Winter et Mick Jagger se sont déjà heurté à la chose avec Vinyl qui a été en grande partie un échec, comme The Get Down l’a peut-être même été un peu moins.

Car il y a beaucoup plus à attendre de la part de The Get Down que l’on ne pourrait probablement l’imaginer. Et certains épisodes sont teintés de tout un tas de choses intéressantes. Il y a forcément une séquence importante, induite par la musique qui nous permet de suivre l’évolution des personnages petit à petit. En mélangeant parfois un peu tout et trop de personnages, The Get Down a du mal à se concentrer et à se recentrer sur ce qu’il y a de plus important là dedans. Prenons l’exemple du dernier épisode de la saison qui est en grande partie un échec car la série ne sait pas du tout quoi faire de ce personnage. Cela part donc un peu dans tous les sens, si bien qu’il n’y a aucun enjeu autour des « vilains » de la saison. La série n’a pas su présenter de menaces intelligentes ou en tout cas qui impliquent quelque chose de différent. Du coup, The Get Down se contente de faire ce qu’elle a sous les yeux et c’est dommage, séparant les hommes et les femmes dans des intrigues divergentes qui vont à un moment donné leurs permettre de se rencontrer. Finalement, The Get Down est donc une légère déception qui n’est pas à la hauteur des préceptes qu’elle voulait prêcher au départ. C’est dommage mais si Netflix la renouvelle pour une saison 2 (ce qui sera sûrement le cas), il va falloir muscler la narration et probablement changer de showrunner, comme ce qui était prévu avec Vinyl avant que HBO ne revienne sur le renouvellement de cette série et l’annule.

Note : 4.5/10. En bref, une saison décevante malgré un excellent épisode qui présentait tout le potentiel de la série partant en fumée dans le dernier épisode de la série.

Commenter cet article