Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Broken Vows (2016)

8 Octobre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Broken Vows (2016)

Broken Vows // De Bram Coppens. Avec Wes Bentley, Jaimie Alexander et Cam Gigandet.


Je dois avouer que je ne peux pas résister à un guilty pleasure avec Cam Gigandet. Pourtant, ce dernier n’est pas très présent dans le film (et c’est bien dommage) mais à jouer les gentils garçons, c’est Wes Bentley qui récupère le rôle le plus important du film. En bon cabotin qu’il peut être, Wes incarne donc le « vilain » de Broken Vows, assommé de tous les poncifs du genre de ces thrillers de seconde zone que l’on a déjà vu des dizaines de fois auparavant. Mis en scène par un réalisateur inconnu au bataillon et de façon assez médiocre, ce n’est clairement pas pour cela que l’on vient voir Broken Vows. Ecrit par Jim Agnew (Rage, Giallo) et Sean Kelly (Mammouth la résurrection, Rage), Broken Vows repose sur des bases très classiques de thriller avec un point de départ, la menace qui se met en place, des morts et une fin sensée être palpitante. Le problème c’est que même si globalement ce plaisir coupable sert plutôt bien son rôle, le montage est catastrophique, la mise en scène très peu inspirée et les personnages bien trop vides pour que l’on ait réellement l’occasion de s’attacher à eux. Je pense notamment à Tara (et sa meilleure amie). Ce sont deux personnages qui ont l’air sympathiques mais rien ne fonctionne vraiment.

Patrick Flynn, un homme profondément psychotique et au charme vénéneux, séduit Tara Bloom. Mais cette dernière ne donne pas suite à ses avances. Un refus qui va plonger Patrick dans une spirale d'illusion et de folie...

Le casting est plutôt solide mais mal utilisé. Wes Bentley en fait des caisses et cabotine dans un rôle qui n’était pourtant pas compliqué. Mais en mettant la tartine, il devient très rapidement une caricature de vilain désolante. Jaimie Alexander a de son côté de très gros problèmes de zygomatiques. Je crois que son visage est trop crispé et figé pour qu’elle puisse esquisser des sourires. Du coup, on a l’impression qu’elle s’ennuie et cela n’aide pas vraiment à passer un bon moment. Dans Blindspot, la série dans laquelle elle joue, ne lui demande pas de grands sourires donc c’est parfait, mais ici pour jouer la femme heureuse en couple elle a bien du mal à décoller ses lèvres. Quant à Cam Gigandet, le pauvre il ne s’en sort pas trop mal mais il en est réduit à un rôle de pot de fleurs. On se retrouve donc avec un film qui a l’allure d’un téléfilm de seconde zone. Les scènes s’enchaînent mais le spectateur se demande quand est-ce que le spectacle va s’achever. Finalement, avec un scénario digne d’un téléfilm de l’après-midi des années 90 que l’on peut encore retrouver sur les chaînes françaises (et que je regardais assidûment quand j’étais plus jeune), vous pouvez passer votre chemin… il n’y a rien de bien palpitant là dedans.

Note : 3/10. En bref, un thriller plaisir coupable qui a bien du mal à décoller en dehors de tous les poncifs du genre.

Date de sortie : inconnue - Directement en VOD

Commenter cet article