Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Jack Reacher - Never Go Back (2016)

24 Octobre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Jack Reacher - Never Go Back (2016)

Jack Reacher : Never Go Back // De Edward Zwick. Avec Tom Cruise, Cobie Smulders et Robert Knepper.


Après la bonne surprise qu’était le premier volet des aventures de Jack Reacher, un second volet avait été mis en chantier. Adapté de l’un des romans des aventures du personnage créé par Lee Child, par Richard Wenk (Equalizer), Edward Zwick (Nashville saison 5) et Marshall Herskovitz (Nashville saison 5), Jack Reacher : Never Go Back n’est pas une aussi agréable surprise que le premier volet. Mais… le divertissement reste présent et le film ressemble au polar que l’on est sensé attendre de la part de ce personnage. Ce que je trouve dommage avec ce film c’est le fait qu’il ait énormément de mal à assurer son côté désuet. On se croirait dans le cinéma des années 70 et 80 et pourtant Jack Reacher : Never Go Back n’a de cesse de chercher à rappeler qu’il s’agit d’un film moderne. Malgré tout, ce côté un brin rétro participe au plaisir que l’on peut prendre, même si ce n’est pas totalement assumé. Le film repose alors sur Tom Cruise qui continue de casser la baraque à sa façon. Lui qui fait toutes ses cascades tout seul (et lors d’une séquence il s’est fait frapper jusqu’à presque perdre connaissance) sans doublure afin de rendre le tout d’autant plus réaliste. C’est le nouveau Belmondo et sincèrement, il se débrouille très bien.

Jack Reacher est de retour, prêt à tout pour obtenir justice. Susan Turner, qui dirige son ancienne unité, est arrêtée pour trahison : Jack Reacher ne reculera devant rien pour prouver l'innocence de la jeune femme. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d'État.

Le premier volet de Christopher McQuarrie était différent et bien mieux réussi à mon goût que celui-ci, car le personnage de Jack Reacher perd ici de sa superbe. Un peu moins drôle et surprenant, on a déjà l’impression de tout connaître du héros. Il n’y a rien à apprendre sur son passé et au fond, l’une des histoires de ce film vient nous le rappeler intelligemment quand à la fin la révélation sort du lot. Pour une fois, ce n’est pas un happy end dégueulasse que l’on a l’impression d’avoir vu des dizaines de fois auparavant. Mais que vient-on réellement chercher en allant voir Jack Reacher : Never Go Back ? C’est une bonne question. J’ai eu la bonne dose d’action qu’il me fallait. Le film a très bien trouvé en Patrick Heusinger (Frances Ha, Black Swan) un vilain à la hauteur. Il est froid, sans émotions et sans valeurs. C’est un soldat qui obéit aux ordres tout simplement avec un brin de revanche bien entendu. Ce que je trouve donc dommage ici c’est le manque cruel de surprises qu’il y avait dans le premier volet. Le film suit un schéma tellement classique que la fin devient un peu trop rapidement téléphonée et la réflexion qu’il est sensé y avoir derrière ne fonctionne pas toujours car Jack Reacher : Never Go Back ne lui laisse pas suffisamment de place.

Cela aurait été intéressant de réellement parler du fond du problème qui est la délégation par l’Etat américain de certaines tâches à des sociétés para-militaires. Ainsi, Jack Reacher : Never Go Back ne marquera pas le spectateur autant que le premier volet mais le film reste suffisamment correct pour passer un bon moment. On n’en demandait pas forcément beaucoup plus.

Note : 5.5/10. En bref, un petit film qui reste sympathique bien que pas à la hauteur du premier volet qui établissait une franchise plus surprenante.

Commenter cet article