Critique Ciné : King Cobra (2016)

Critique Ciné : King Cobra (2016)

King Cobra // De Justin Kelly. Avec James Franco, Christian Slater et Garrett Clayton.


Tout gay connaît Brent Corrigan, la star du porno. Lorsqu’il s’est lancé dans le porno, il est instantanément devenu une star. Cependant, ce que vous ne saviez pas forcément c’est l’histoire qu’il y a derrière et la relation que Brent a eu avec son producteur et le scandale qu’il y a eu en 2007 quand Bryan Kocis, le directeur de Cobra Video, est retrouvé mort chez lui. Les tueurs étaient des escorts et Brent avait été accusé d’avoir monté ça en épingle afin de se sortir du contrat qui le liait à Bryan. Le film tente de raconter les problèmes de Brent (ou plutôt Sean Paul Lockhart dans la vraie vie) tout en montant racontant aussi son histoire et l’histoire de l’industrie du porno à cette époque. La scène d’assassinat dans la seconde partie du film est tout de même sacrément forte. Le film en fait des tonnes, comme si nous étions dans Psychose. Ce que j’ai apprécié avec King Cobra c’est le look du film. Des décors à la mise en scène il y a quelque chose de très kitch et qui fait rapidement penser au début des années 2000. Le film cherche à coller au plus près de ce qui se passe à cette époque avec le visuel de l’époque et je trouve ça assez étonnant dans son ensemble.

Un producteur de films pornographiques découvre sa nouvelle star Brent Corrigan, mais se trouve la cible d'un producteur rival et de son ancienne escorte masculine.

Pour autant, King Cobra ne brille pas vraiment non plus. Le film de Justin Kelly (I Am Michael, Front) a beaucoup de choses à offrir, de son histoire vraie sombre et intrigante à son casting 5 étoiles. Mais il ne maîtrise pas toujours la matière qu’il a entre les mains. Du coup, le film passe son temps à rester superficiel et pas vraiment à plonger au coeur de l’industrie pornographique. Justin Kelly était pourtant à l’origine de I Am Michael, un film plutôt sympathique qui mettait en scène également James Franco dans le rôle d’un pasteur chrétien qui avait un passé gay. Il connaît donc le territoire qu’il explore ici avec King Cobra mais le tout ne fonctionne pas toujours comme il ne devrait. C’est là que l’on se rend compte aussi que le film est plus sur des histoires de masturbations homo-érotiques et pas grand chose de plus. Quand j’avais pris connaissance du projet, je dois avouer que j’avais hâte de voir ce que cela pouvait donner. Malheureusement, le résultat est un peu différent de ce que j’avais espéré. Il manque une vraie surprise, une vraie folie dans la mise en scène et surtout quelque chose de plus piquant dans le scénario que ce à quoi nous avons le droit durant 1h30.

Le film ne cherche pas non plus à trop en montrer et reste donc très gentil. Ce n’est même pas érotique pour un sous alors que justement, le côté fauché du film et son histoire auraient pu faire des choses différentes au sujet des images explicites. Tout est trop gentillet alors dès que Bryan Kocis est assassiné, tout tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Je connaissais l’histoire alors forcément je savais déjà comment tout cela allait se terminer mais je m’attendais à ce que le film soit un peu plus engagé à l’idée de conserver certains mystères. Dommage car certaines idées sont intéressantes et l’introduction du film reste engageante. Cependant, la personnalité de Corrigan n’est pas suffisamment bien définie (notamment son côté maniaco-dépressif) et c’est réellement dommage.

Note : 4/10. En bref, malgré de bonnes idées, King Cobra échoue à devenir le drame qu’il devrait être.

Date de sortie : Directement en DVD

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

T
Où as-tu trouvé le film? J'ai beau chercher sur internet, pas moyen de le trouver...
Répondre