Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black Mirror. Saison 3. Episode 2.

22 Octobre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Black Mirror

Critiques Séries : Black Mirror. Saison 3. Episode 2.

Black Mirror // Saison 3. Episode 2. Playtest.


Ce n’est pas la première fois que Black Mirror traite de la vie comme un jeu vidéo. Le second épisode de la première saison était déjà un assez bon exemple du genre, beaucoup plus réussi que « Playtest ». Dans ce tout nouvel épisode, le problème vient du fait que le héros de l’histoire n’est pas attachant. Quand on passe du brillant premier épisode à celui-ci un choc se créé. On n’a pas spécialement envie de connaître la fin tant celle-ci ne semble pas aussi intéressante qu’elle ne devrait probablement l’être. Pourtant, « Playtest » avait tous les atouts du conte sombre sur le fait que l’on vit finalement comme un jeu vidéo notre vie alors que l’on devrait réellement se poser les bonnes questions. Oui, c’est aussi un épisode avec des éléments d’horreur qui fonctionnent plutôt bien et mieux que le précédent sauf que je n’attends pas de la part de Black Mirror des épisodes qui pourraient ressembler à une série horrifique mais plutôt une vraie morale, une réflexion sur la société actuelle. Le fait que le héros ne soit pas attachant pour un clou n’aide pas à se plonger dans l’univers de Cooper. Wyatt Russell l’incarne avec pas mal de désinvolture et au fond on ne peut pas trop lui en vouloir étant donné que c’est aussi ce que cherche à faire le personnage. Malgré tout, Cooper a l’air de quelqu’un de tout à fait normal, décent mais cela ne colle peut-être pas suffisamment car justement Cooper est trop passe-partout.

Les gens que Cooper va rencontrer dans cette sorte de réalité alternative devraient être des gens mauvais, comme bien des épisodes de Black Mirror ou des films d’horreur nous ont déjà informé auparavant. Au travers de l’épisode il y a des moments où l’on pourrait croire qu’ils vont faire quelque chose d’infâme mais non. Rien ne se matérialise réellement et ils semblent tous plus ou moins incapables de réellement nous plonger dans cette aventure. Rien ne colle comme prévu alors que Black Mirror avait entre les mains un sujet intéressant. L’épisode tourne alors au chaos dès que la série tente de faire le lien avec la vie actuelle et surtout la façon dont nos expériences ne sont finalement devenues que des extensions de nos applications, jeux ou encore smartphones. C’est une morale qui veut démontrer à quel point nous avons transformé nos vies en de grands jeux. Et comment nos plus grands désirs, même les meilleurs rêves, pourraient finalement n’être que des manifestations artificielles de notre dépendance à notre smartphone. Et la connexion avec la morale il faut aller la chercher loin. Elle est pourtant sous nos yeux au début de l’épisode et à la fin avec ce smartphone où Cooper se retrouve avec un appel de sa propre mère.

Finalement, si Black Mirror voulait raconter quelque chose de réellement fort, elle échoue à la porte d’entrée. On n’est jamais vraiment enthousiasmés par la vie de Cooper, qui n’a rien de palpitante et surtout de réellement impliquante. Si l’on peut comprendre le but final et la morale qu’il y a derrière cet épisode, Black Mirror a énormément de mal ici à décoller. Dommage.

Note : 2/10. En bref, un épisode superficiel qui n’arrive jamais à nous attacher à l’histoire et encore moins à son héros.

Commenter cet article

Isilthil 03/12/2016 21:24

Je ne suis pas d'accord avec la critique. Et même sans aimer l'épisode autant que les autres, mettre une note de 2/10 c'est de la mauvaise foi.

Underases 25/11/2016 01:14

En voyant cet épisode je me suis senti perdu, en me demandant si les premières minutes de l'épisode n'étaient finalement pas dans la réalité virtuelle. Après tout, le test a duré 0.04 secondes et il a eu le temps de faire le jeu des taupes + la maison hantée. Alors pourquoi pas plus ? Auquel cas l'épisode est le point de vue du personnage qui voit "défiler sa vie devant ses yeux"... A cause du logiciel ou du fait qu'il s'agit de l'instant de sa mort ? Un mélange des deux ?
Un peu perdu en tout cas mais je pense qu'il ne faut pas juger cet épisode trop hâtivement, je le regarderais de cet autre point de vue.

Moi59 15/11/2016 22:13

Quelle nullite cet episode c'est mou long plat

Greepsy 08/11/2016 01:34

Apres avoir atteint le twist tout prend une secondr lecture. On comprend le concepte du jeu baser sur la réalité virtuelle mais la ou tout est subtile c'est donc de savoir qu'il est enfaite dans ces 4 seconde de probleme de charger du a son telephone qui sonne. La c'esg juste waw, on comprend donc que tout se qui c'est passer est la substance de ses emotion de ses peur, attente(parler au createur, tester new machine) de ses paranoia personelle jusquas meme vouloir les deconstruire dans cette realite ( sa copine qui vient pour lui prevenir que la compagnie est tare, se representer le createur parler anglais, ) et meme si la morale, l'appat du gain en voulabt gagner des sou avec les photo malgres la clause se qui est un vrais trait de black miror, la vrais morale est qu'il a laisser sa mere alors que son pere vient de mourir et il ne repond plus a ses appel, et la aussi coup tres etrange, a la fin quand il rentre chez sa mere et quil la voit appeller, que realise t'il, qu'il est ds une realite virtuelle et qu'elle l'appel durant le test et donc le bute ? Tout sa est une reel mise en abime de la psychologie et pensee dun personnage, un veritable cauchemard, un destructuration du psyche, jusqua se faire comprendre sois meme la realite de la chose et lultime vice qui lui a coter la vie,son tel et pas rep a sa mere. Tres complexe un de mes preferer

Underases 25/11/2016 01:21

Merci pour ton commentaire ! J'ais autant apprécié l'épisode que je n'ais pas validé cette critique xD

Yseult 22/11/2016 22:26

Merci pour votre commentaire ! En quelques lignes vous faites une bien meilleure analyse critique de l'épisode. Pour ma part c'est mon préféré de la saison 3 et je cherchais justement des éléments pour mieux le comprendre et en saisir toutes les subtilités. J'ai trouvé ce que je cherchais non pas dans l'article (qui ne fait que re-raconter l'épisode en répétant qu'il est nul...) mais dans les commentaires !

Cet épisode m'a fait rêver ! The future is bright !

Personne 31/10/2016 16:47

C'est très facile de critiquer ; tout le monde peut râler, et tout le monde le fait d'ailleurs. Le peu de critiques que j'ai lues au sujet de cette troisième saison de Black Mirror ne font que ça.
Mais je pense qu'au lieu de prétendre saisir précisément le sens d'une oeuvre, et surtout avant de la mépriser, il faut d'abord bien la contempler et avoir conscience qu'il n'y a pas qu'une interprétation possible ; justement, l'ambiguïté d'une oeuvre constitue une partie importante de sa beauté.
À propos de la critique sur le personnage, je dis que les personnages d'une histoire ne sont pas forcément sensés être attachants, surtout quand l'histoire se veut profonde.
Quand à l'analyse du fond de cet épisode, je pense qu'il serait intéressant de l'interpréter du point de vue psychologique. Ce n'est peut-être pas aussi profond que Shutter Iland, mais il y a quand même de la matière ; très intéressante même. Mais pour pouvoir bien interpréter, il faut avoir quelques background en psychologie.
Je pense aussi qu'au lieu d'interpréter la morale en tant que "la vie est un jeux", il serait plus profond de l'interpréter ainsi "comment les jeux vidéos (plus généralement la technologie) influencent-ils sur notre psychologie (ou notre cerveau) ?". Et même plus, je pense qu'il y a d'autres morales, plus psychologico-sociales.
Je tiens à pointer du doigt le jeux-de-mot ironique de la scène finale. J'ai adoré.
Enfin, j'aimerais pointer sur une ambiguïté qui m'a marqué : si la scène finale était réelle, comment Cooper a-t-il eu connaissance de certains éléments, qui apparaissaient dans ses visions : le visage du boss japonais, et surtout le fait que son assistante connais aussi le japonais...

ax 04/11/2016 10:21

Pour répondre a la question des connaissances de Cooper sur les éléments que tu cites, le visage du boss japonais: Sonja lui montre un magazine chez elle avec la tête du CEO japonais en couverture.
Pour le Japonais c’est peut-être seulement du bon sens, les japonais sont en général mauvais en anglais, l'assistante devait avoir cette notion linguistique ... ou peut-être le hasard rien de plus.
Mais j'ai beaucoup apprécié moi, que justement toute sa "partie" dans le jeux se base sur des choses qu'il a enregistré dans sa mémoire: le tableau qu'il voit sur l'écran d'une dévellopeuse etc...
Personnellement j'ai beaucoup aimé l'épisode, comment faire une généralité en disant que tel ou tel perso n’est pas attachant alors que c'est quand même ce qu'il y a de plus personnel.

brandon 02/11/2016 14:52

Revisionne l'épisode. Les deux ambiguïtés que tu cites n'en sont pas.