Critiques Séries : Black Mirror. Saison 3. Episode 3.

Critiques Séries : Black Mirror. Saison 3. Episode 3.

Black Mirror // Saison 3. Episode 3. Shut Up and Dance.


Le twist de « Shut Up and Dance » est tout de même assez inattendu. Dans un sens, il est vrai que l’on aurait dû se demander pourquoi un adolescent choisit de suivre les indications d’un inconnu alors qu’au fond il n’a fait que se branler devant son écran d’ordinateur. Sauf que l’on ne savait pas devant quoi il se branlait et c’est là le twist intéressant de l’épisode. Cet épisode vient donc nous parler du hacking et des dérives que cela pourrait avoir. Après tout, si actuellement le hacking est utilisé pour voler des numéros de carte de crédit, il pourrait très bien être utilisé pour autre chose et notamment trouver les points faibles des gens, jouer dessus, en les menaçant de tout révéler aux autres. Nous suivons alors les aventures de Kenny, un jeune adolescent incarné par Alex Lawther. Ce qui est dommage avec cet épisode c’est qu’il ne cherche pas vraiment à nous surprendre et suit donc un schéma assez classique. L’épisode prend ici place dans le monde que l’on connaît, à l’époque où on le connaît plutôt que de jouer à fond la carte de la dystopie ou même de la réalité alternative. Les aventures de Kenny ne sont pas toujours passionnantes car la série a beau nous vendre tout cela très bien au début, au bout d’un moment on s’ennui terriblement. Certaines idées se noient alors en plein milieu (comme par exemple le braquage ou encore le combat à mort à la fin de l’épisode).

Et ne parviennent pas du tout à avoir l’impact que cela devrait probablement avoir. Pourtant, l’épisode est aussi en partie sauvé par la prestation de son casting. Alex Lawther, sous les traits de Kenny, brille du début à la fin. On ressent la terreur qu’il y a chez ce garçon jusqu’à ce qu’à la fin de l’épisode on est finalement envie de se dire qu’il a peut-être bien mérité tout cela. Car au fond, la morale de l’histoire c’est que l’on est prêt à tout pour cacher les pires facettes de nous mais que ferions nous si ces pires facettes étaient révélées. Accompagné par Jerome Flynn (Game of Thrones), Kenny se retrouve donc au coeur de cette petite histoire à sa façon. Mais l’on peut facilement imaginer où est-ce que Black Mirror veut aller avec cet épisode alors qu’au fond ce n’était pas facile de l’imaginer dans les premières minutes. L’épisode cherche la surprise dans son premier quart d’heure puis tout part un peu en sucette. Car oui, la série cherche à parler de sujets complexes mais ici se heurte à sa façon de le mettre en scène. Même le combat à mort entre deux pédophiles à la fin de l’épisode manque d’un brin de surprise. Du coup, Black Mirror passe à côté du hacking et donc des conséquences que cela pourrait avoir sur notre monde.

Note : 3/10. En bref, une vraie déception qui casse l’ambiance.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

anonye 29/10/2018 12:09

Bjr, je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre critique.
Cet épisode montre une facette de la vidéosurveillance possible grâce à la caméra de nos ordinateurs bien trop méconnue par la population malheureusement! Il démontre qu'il faut faire attention de ne pas exposer trop notre vie devant les nouvelles technologies en générale. Il faudrait ainsi par précaution cacher la caméra en permanence pour éviter d'être filmé. Cet épisode nous ouvre la porte des méfaits de la surveillance massive dont peut être victime la population comme l'espionnage visuel mais aussi la mise sur écoute qui peut être effectué à une plus grande échelle comme celle de la NSA à l'échelle mondiale. N'avez-vous pas vu les révélations de Snowden ?
Alors bien sur l'épisode aurait pu être plus complet mais ce n'était pas l'enjeux ici. Ici, l'enjeux était l'espionnage visuel qui peut être effectué par les particuliers à des buts personnels. Hacker un ordinateur ou un portable étant devenu tellement facile pour les personnes qui en ont les compétences, que toute nos données personnelles peuvent ne plus être privées à la seconde près où quelqu'un se sera infiltré dans notre outil technologique.
Quant à la nature des images que Kenny a regardées pour se masturber, je ne l'ai découvert vraiment qu'a la fin. Je pense que le réalisateur voulait ici prouver que certaines facettes que l'on pense vraiment personnelles et inconnues des autres peuvent devenir virales et connues par tout le monde à cause des traces que l'on laisse sur l'Internet (toutes les métadonnées que l'on laisse derrière nous). L'empressement de Kenny pour voir la petite fille ne veut rien dire, tous les gens ou la plupart sont complètement "baba" devant l'insouciance des enfants. De plus, lorsqu'il décide de se masturber, c'est après avoir vu un clip vidéo de jeunes adultes. Ce qui nous fait penser que c'est les filles de cet âge qui l'attire. Au moment où Hector lui proclame que c'est quelque chose d'anodin, de banal, "que tout le monde fait ça", On se dit tout simplement que cette action anodine ne deviendra pas anodine si elle se retrouve sur Internet et que cela détruira sa vie pour un petit moment du moins, si ce n'est toute sa vie sachant que lorsque que quelque chose devient viral sur l'Internet, cela reste à jamais comme nous l'avez déjà démontré l'épisode 1 de la saison 1 avec les captures d'écran, les repost, les partage… Kenny semble tout simplement être un garçon de son âge tout à fait banal qui a peur des conséquences et est affolé avec l'insouciance de la jeunesse. L'épisode pointe aussi l'idée que de nos jours certaines personnes qui en ont les compétences informatiques pourraient décider de faire justice elle-même, comme des super-justiciers. Après tout, même si le hacker devient aussi malsaine par ces moyens de pressions et ces demandes glauques et glaçantes comme le combat à mort (elle devient ainsi complice de braquage, de meurtre…), elle dénonce et condamne des personnes qui étaient elles-mêmes plus ou moins malsaines…
Je pense que cet épisode est un des meilleurs de la série.

PS 04/10/2018 13:45

Brrr ... en regardant cet episode que j'ai trouve intense et plein de mysteres, je me suis rendu compte de l'impact que peut avoir fait de se laisser aller sur la toile, on voit que l'internet n'est pas aussi confidentiel qu'on veut nous faire croire je dirais plutot que c'est une grande porte ouverte sur sa vie privee ... je trouve ici que l'auteur met plutot en garde les telespectateurs cad nous des dangers et derives de la fausse impression de securite et du secret bien garde que veut nous faire croire la toile car quoi que tu fasse avec ta machine ca peut se savoir ... rien ne s'efface et tout s'auto-enregistre sur tellement de bases de donnees un peu partout dans divers serveurs a travers le monde !!!

Justin Commore 16/09/2018 03:29

Pour ma part voici certainement l'épisode culte de la série, je n'ai pas encore visionné les suivante mais pour moi il est évident que ce troisième épisode de la troisième saison a monté le prestige de la série à un nouveau sommet en comparaison avec les précédents épisode. Tout était parfait, en commençant pas le jeu d'acteur qui était excellent, jusqu'à la fin serte attendue mais tout de même plus que choquante. On voit que Kenny aime bien les enfants quand il rend son jouet à cet enfant au début de l'épisode mais on peut en comprendre plus sur son intérêt pour ceux-ci lorsqu'il se précipite clairement trop vite vers la jeune fillette, qui se précipiterait aussi vite pour rendre un jouet à un enfant, mais ce n'est pas suffisant pour nous faire deviner qu'il s'était masturbé devant de la pédopornographie. On peut le réaliser également tout au long de l'épisode, notamment lorsqu'il en vient à tuer un homme pour éviter de voir la vérité être dévoilée.

Pour ma part j'ai adopté le comportement de kenny davantage que celui des hackers. Pour moi ce n'est pas justice que de forcer un jeune de cet âge à braquer une banque et tuer un homme, le tout avec un pistolet sans munition! Est-ce vraiment un crime que de faire se qu'il a fait? Sur un plan légale oui, mais peut-on reprocher à un jeune avec certainement des pulsions intenses et une frustration tout aussi énorme que de se faire plaisir tranquillement devant son ordinateur? Il n,avait fait de mal à personne, se qu'on fait les hackers était bien pire! C'est une chose que de tromper sa femme et s'en est une autre que d'être entrain de se masturber peu importe sur quelles photos d'enfants cela a été fait. En somme les criminels dénoncés ici sont pour moi les hackers et la dernière scène où l'on voit les policiers prendre tendrement les bras de Kenny en est une preuve quant à moi.

Cette épisode pousse les réflexions loin et nous pousse à nous mettre à la place de chacun des personnages ainsi que des hackers. pour ceux qui ne le sauraient pas: des groupes semblables existes bel et bien, Anonymous en est un exemple, bien qu'ils n'agissent pas de la même manière ni pour les mêmes motivations. Cela soulève un débat concernant un sujet bien précis, est-il bien ou mal de se faire justice sois-même? Je vous laisse en juger;)

Esk 25/03/2018 21:02

Est-ce que Kenny est vraiment un pédophile ? Oui. Cela se confirme pendant la confrontation avec l'autre pédophile dans les bois. Il est là, seul avec un gars qui l'accuse de s'être touché sur des photos de très jeunes filles et Kenny ne s'en défend à aucun moment. Ensuite, les hackers n'ont jamais dénoncé de choses fausses avec les autres personnes, alors pourquoi commencer avec Kenny ?
Par contre, est-ce que les hackers sont les "gentils" de l'histoire : non. Simplement parce qu'on ne peut pas se faire justice sois-même. Dans le cas de ces hackers, ils se rendent tout aussi coupables que les personnes qu'ils "punissent". Allant, même, bien que personne ne semble le souligner, à faire commettre un meurtre à Kenny. Parce que oui, même si ce n'est pas explicite, il repart vivant, avec le sac à dos sur le dos. Alors comme mes hackers les ont toujours forcés à aller au bout, la seule solution pour qu'il soit parti, sachant que l'autre l'avait attaqué, est qu'il a eu le dessus, et donc, a tué quelqu'un...
Et sur cette critique : pas DU TOUT D'ACCORD, cet épisode est FABULEUX et cela se prouve ne serait-ce que par toutes les questions qu'il soulève.

anonye 29/10/2018 12:11

J'adore la façon dont les réalisateurs de Black Mirror laisse le mystère et l'implicite planer dans tous leurs épisodes!

pi3 10/02/2018 06:02

bref si kenny avait simplement avoué a sa mere qu'il setait fait piraté son ordinateur, au lieu de cacher la verité, il ne serait pas coupable de pédophilie et il n'aurait jamais été acccusé de vol a main armée.
alors évidemment on peut interpreter l'histoire au premier degrés en pensant que cela dénonce la pédophilie et en pretendant que les pirates sont des justiciers. mais ca c'est la premier interpretation mais elle ne concerne pas directement le theme de l'épisode qui est l'usage d'internet et l'atteinte a l vie privée qui déborde sur la vie personnelle et familiale voire professionnelle.
or ce n'est pas juste une sombre histoire de pédophilie de racisme ou de prostitution.